Revente de plaque personnalisée au Québec

Revente de plaque personnalisée au Québec

Cette semaine du 3 septembre 2018, notre trouvaille est la revente de plaque personnalisée du Québec.

C’est sur le populaire site d’annonces classées Kijiji que nous avons trouvé l’annonce.

Depuis le 27 juillet dernier la SAAQ offre aux automobilistes québécois la possibilité de se procurer une plaque personnalisée de deux à sept caractères alphanumériques.

Or, comme à l’époque des premiers nom de domaine sur le web, il semble que certains ont flairé une occasion d’affaires d’enregistrer plusieurs plaques et de tenter de les revendre avec profits. Mais attention, ils n’ont que quatre ans pour les revendre car pour les conserver ils devront les apposer sur un véhicule.

Ainsi le revendeur de notre trouvaille de la semaine de l’annonce sur Kijiji demande 500$ et plus pour chaque plaque personnalisée qu’il revend.

Il a de disponible:

Vip1
Two
03
Four
Five
06
BC
CC
EC
DC
MC
AG
BB
WW
VW
WHITE
RABBIT
JULIE
X5
X1
monero
LUV
LOVE
Lexus1
XX
XXX
XXXX
888
77
Oil

Aucun doute que les plaques XXX, Julie, VW, 888,OIL et LOVE ne vont pas se vendre 500$ mais probablement davantage.

Avis aux intéressés!

 

 

Les plaques personnalisées au Québec, c’est parti… enfin presque!

Bon nombre de québécois attendaient ce jour du 27 juillet pour commander leurs plaques personalisées alors que c’était le jour du lancement du système permettant de le faire à la SAAQ.

Mais voilà qu’en plein jour de lancement, le système de la SAAQ connaît des ratés avec son service en ligne d’achat d’une plaque personnalisée et qu’un message dit de revenir le 30 juillet à 7h30.

C’est dommage, car ce 27 juillet c’est le lancement du plus grand événement rassembleur d’amateurs automobiles au Québec, le Granby International.

Les gens en auraient jasé tout le week-end.

Mais non, la SAAQ, à des difficultés avec son système.

Imaginez si vous vous présentez au Tim Horton’s un matin de semaine et qu’on vous annonce que la machine à café est défectueuse. Il  y a fort à parier que vous ne retourner pas à ce Tim Horton’s le jour suivant.

Sauf que la SAAQ étant un monopole d’État, la situation est quelque peu différente mais pas tant. Si ce matin vous étiez motivé à dépenser 250$ pour acquérir une plaque personnalisée, il y a de fortes chances que lundi matin votre motivation ne soit plus la même, voire même que cette motivation ait complètement disparue.

Dommage, très mauvais timing pour la SAAQ. Possiblement des pertes de revenus énormes découleront de cet incident. Rien de positif à discuter sur le gouvernement pour les acheteurs potentiels de plaques personnalisées.

Chez AutoCarbure nous avons estimé qu’un collectionneur automobile sur 3 se procurerait une plaque personnalisée et que possiblement un citoyen sur 10 s’en procurerai une. Ce qui signifie probablement que plus de 600 000 personnes vont se procurer une plaque personnalisée à 250$ pièce. Des revenus potentiels de 150 millions pour la SAAQ. Or, il semble que la SAAQ ne soit pas trop pressée. Son système reviendra en ligne dans 3 jours. Que c’est beau le monopole d’État!

 

 

taxi

Québec viens d’accorder une aide de 32 000$ pour chaque permis de taxi

Sans tambour et surtout sans trompette, le gouvernement du Québec viens d’accorder une aide de 32 000$ pour chaque détenteur d’un permis de taxi,

250 000 000$ au total. Vu le nombre de permis de taxi en vigueur cela équivaut à une aide de 32 000$.

C’est passé en douce dans le budget du gouvernement qui a été dévoilé hier à l’Assemblée Nationale du Québec.

Pire encore, le gouvernement est en train d’étudier à savoir si 250 millions seront suffisants.

Cette première tranche de 250 M$ proviendra du Fonds des réseaux de transport terrestre, financé principalement par la taxe d’accise sur l’essence et les droits d’immatriculation des automobilistes québécois. Le projet-pilote d’Uber (oui c’est toujours un projet pilote) finance également le Fonds, à hauteur d’environ 10 M$ annuellement.

L’industrie du taxi réclamait 1 milliards, elle aura 250 millions.

Il a été établit qu’en 2014, la valeur moyenne d’un permis de taxi au Québec était d’environ 200 000 $. Depuis l’arrivée d’Uber, celle-ci est passée à 118 375 $ sur l’île de Montréal et à 144 333 $ dans la ville de Québec. Oui plus cher à Québec car c’est ministériel, n’oubliez pas!

Le gouvernement du Québec avait déjà octroyé 44 millions à l’industrie du taxi afin de se moderniser.

Ce gouvernement aime aider des industries sur le déclin. Dans le même budget il est prévu une compensation afin d’aider les médias (lire ici les journaux) à prendre le virage numérique.

Québec veut un tramway de 3,3milliards

Un projet de tramway de 6 600$ par habitant à Québec qui ne règle rien pour un 3e lien

Le maire de Québec entouré du premier ministre du Québec a fait l’annonce hier d’un projet de tramway dans sa ville pour un coût de 3,3 milliards. (tous les détails dans Le Devoir).

Ce qui revient à 6 600$ par habitant de la ville de Québec pour uniquement la construction du projet. Presque le même montant pour inciter les québécois à acheter des véhicules 100% électrique.

Chez AutoCarbure on se questionne sur la rentabilité de ce projet. Tout d’abord aucun investissement du privé, que de l’argent issu des poches des contribuables. Ça met rapidement la puce à l’oreille quant à la rentabilité prévu de ce projet. Généralement quand ça s’annonce rentable, le privé est rapidement dans les parages et on demande au gouvernement de se faire le plus petit possible, sauf quand on a besoin de lui pour des subventions. Là dans ce cas-ci, le privé est complètement écarté comme initiateur du projet.

De plus, et c’est là qu’on veut en venir, rien n’est réglé quand au 3e lien entre Québec et sa Rive-Sud. Ce projet de tramway ne va pas désengorgé le pont Pierre-Laporte ou le vieux pont de Québec. Ce projet de tramway ne va pas rendre plus accèssible l’accès à la propriété dans la grande ville de Québec.

Au courant des années, la Ville de Québec a vu bon nombres de personnes s’étaler en dehors de son centre et sur la Rive-Sud parce que l’accès à la propriété y était plus facile.

Résultat de cet étalement, les deux ponts qui relient la Rive-Sud de Québec à la ville de Québec ne suffisent plus.

Ce n’est donc pas d’un projet de tramway que les citoyens ont besoin mais d’un 3e lien. Peut-être les deux diront certains mais la priorité devrait être au 3e lien.

Regis Labeaume, maire de Québec, a déjà fait dépenser 400 millions aux contribuables pour un nouveau Colisée, toujours vide d’une équipe de hockey de la Ligue Nationale.

Là il en demande 8 fois plus pour un projet de tramway qui ne va rien régler quant aux gens de la Rive-Sud.

Que fera M. Labeaume si des entreprises décidaient dorénavant de s’implanter sur la Rive-Sud de Québec plutôt que dans sa ville parce qu’elle est devenue difficile d’accès sur les heures de pointe?

3,3 milliards, c’est un beau pont entre la Rive-Sud de Québec et par exemple, Beauport.

 

Magazines Auto Ancienne du Québec

Magazines de l’Auto Ancienne du Québec est notre trouvaille de la semaine du 25 septembre 2017

Des anciens magazines de l’Auto Ancienne du Québec est notre trouvaille de la semaine du 25 septembre 2017.

C’est sur le site Internet LesPacs.com que nous avons déniché notre trouvaille de la semaine.

Ainsi l’anonce est une collection du magazine de l’auto ancienne du Québec (VAQ) à raison de 12 revues par année de janvier 1991 à décembre 2016, soit un total de 312 revues. Elles sont toutes en excellente condition. Il manque cependant 3 revues: oct. 1996, janvier 2001 et décembre 2002

Le vendeur demande $50.00 par année. Ces revues ne sont plus disponibles auprès du VAQ, puisqu’ils ne gardent que les deux
dernières années. Le vendeur demande de faire une offre raisonnable.

Les magazines sont à St-Rémi, au Québec.

Il y a plusieurs collectionneurs qui vendent d’anciens magazines sur l’automobile dans des sites d’annonces comme Kijiji ou LesPacs.com Craiglist ainsi même que sur le grand site d’enchères, eBay.

Consultez nos autres trouvailles de la semaine.

 

Autoroute 13 - intervention d'une garde nationale est nécessaire

MTQ, SQ et MSP, enquête externe sur la tempête de neige des 14 et 15 mars 2017 en lien avec l’autoroute 13

Dans le but de faire la lumière sur les événements qui ont paralysé l’autoroute 13 dans l’Ouest de Montréal durant la tempête de neige des 14 et 15 mars 2017, le gouvernement du Québec lance un appel à tous via entre autre le Ministère des Transports du Québec, la Sûreté du Québec et le Ministère de la Sécurité Publique.

Ainsi on peut lire sur ces différents sites Internet un texte similaire à ceci.

En lien avec l’enquête externe annoncée par le gouvernement du Québec au sujet des événements survenus lors de la tempête des 14 et 15 mars derniers, les usagers de l’autoroute 13 sont invités à soumettre leurs observations à l’enquêteur externe, M. Florent Gagné, à l’adresse de courriel suivante : fga13@msp.gouv.qc.ca.

Pour la transmission de documents audiovisuels, nous vous demandons de prêter une attention particulière à la taille de vos fichiers.

Le gouvernement du Québec vous remercie de votre collaboration.

AutoCarbure.com vous dit de ne jamais hésiter pas à communiquer votre témoignage. Comme dans toute enquête, le moindre détail peut parfois être la clé de l’enquête.

La qualité futur des services données par le gouvernement peut être grandement influencé par votre témoignage. C’est votre responsabilité comme citoyen de partagé ce dont vous avez été témoin.

Autoroute 13 - intervention d'une garde nationale est nécessaire

Problèmes de la récente tempête de neige, une garde nationale au Québec et ça presse!

Tout le cafouillage entourant la gestion de la tempête du 15 mars dernier au Québec laisse croire à AutoCarbure.com qu’il est grand temps que le Québec se dote d’une garde nationale.

Comme aux États-Unis, une sorte d’armée et uniquement au service des citoyens en cas de catastrophe majeure.

Qu’importe ce qui se passe de gros sur le territoire, le gouvernement pourrait faire appel à la Garde Nationale.

Certains diront que la garde ne serait pas très occupée par moment au Québec.

Mais en comparaison, l’armée canadienne s’occupe amplement lorsqu’il n’y a pas de conflits militaires. La Garde Nationale peut tout autant s’occuper, s’entraîner, recruter…

Dans le cas de la tempête et les gens coincés sur l’autoroute 13, la Garde Nationale aurait pu être déployée via des véhicules tout-terrain et secourir les automobilistes pris dans ce bourbier.

Ce n’est pas normal que des gens abandonnent leur véhicule sur l’autoroute 13 en pleine tempête de neige. On aurait dit une situation similaire au déluge sur l’autoroute Décarie le 14 juillet 1987… il y a presque 30 ans.

Pour l’instant c’est le gouvernement qui est pris dans ce bourbier, peu ont de réponses adéquates à donner aux citoyeurs pour leurs bavures de la semaine dernière et tous se regardent comme des chiens de faïence.

Actuellement, est-ce que le citoyen en a pour son argent? La réponse est NON.

Le gouvernement doit instaurer une Garde Nationale, indépendante de la Sûreté du Québec, une garde sous le Ministère de la Sécurité Publique dont la priorité est de secourir, point. La Sûreté du Québec pourrait se concentrer sur sa mission de patrouiller et sécuriser le territoire du Québec, la Garde Nationale s’occuper des opérations de sauvetage.

Les américains ont cette National Guard depuis 1824 et ça leur sert très bien.

Ce qui est bon au Sud de la frontière devrait s’exporter plus souvent au Nord de celle-ci.

Quand un événement comme Lac Mégantic est trop gros pour un corps policier comme la Sûreté du Québec, la Garde National du Québec pourrait intervenir et rapidement.

Sur les chapeaux de roues, émission diffusée à MAtv

Sur les chapeaux de roues

Sur les chapeaux de roues est une émission à la chaîne MAtv, une sorte de canal communautaire pour le Montréal métropolitain et d’autres régions du Québec. Attention l’émission ne passe pas dans toutes les régions diffusant la chaìne.

Chaque semaine l’émission dresse le portrait d’un passionné de moteur qui n’a pas peur de passer des heures dans son garage pour atteindre la plus haute marche du podium.

Ce n’est pas l’émission qui rencontre un ti-clin inconnu nowhere dans le fin fond de la courbe d’un rang de campagne et qui rafistole de vieux chars. C’est du concret, du solide, une bonne émission, qui rencontre des passionnés automobiles.

C’est de la bonne télé, l’émission pourrait aussi bien être à l’affiche sur une grande chaîne.

L’émission avec Daniel Raymond de Dan’s Rod Shop, fabricant de hot rod au Québec, était particulièrement de grande qualité.

Les gens de la région de Montéal ont la chance de pouvoir visualiser cette bonne émission, chaque semaine, le samedi à 10h30.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de voir l’émission lorsqu’elle est diffusée ou de l’enregistrer, malheureusement Vidéotron ne permet pas de revoir l’émission au canal 900, sur demande. AutoCarbure.com en ignore la raison, pourtant beaucoup d’émissions diffusées à cette chaîne sont disponibles au canal 900 en différé, sur demande.

 

Consultation publique sur la sécurité routière au Québec

Consultation publique sur la sécurité routière au Québec

Le Ministère des Transports du Québec organise une grande consultation publique sur la sécurité routière au Québec.

La province de Québec a fait des gains appréciables quant au nombre de victimes sur les routes ces dernières années, bien que les données de l’an 2015 démontrent que les acquis sont fragiles et que l’heure est à la recherche de nouvelles pistes de solution pour continuer d’améliorer le bilan routier.

Cette consultation publique, une première au Québec, à laquelle le Ministère des Transports vous convie en grand nombre, tombe donc à point. AutoCarbure est convaincu que cet exercice fournira de nouvelles idées au gouvernement du Québec afin de permettre d’aller plus loin et de nous rapprocher des pays les plus performants dans le monde en matière de bilan routier.

Participez en grand nombre! Au Québec, la sécurité routière : ça nous concerne tous que vous soyez cycliste, piéton, automobiliste, motocycliste ou camionneur.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer en personne à l’une de ces consultations publiques, le Ministère des Transports du Québec vous invite à donner votre avis en ligne via le site Internet de la SAAQ.

Vous avez jusqu’au 3 mars 2017 pour répondre en ligne à l’un des 15 formulaires proposés.

Consultez le site de la SAAQ pour les horaires des différentes consultations publiques sur la sécurité routière au Québec de Chibougamau à Québec en passant par Val d’Or, Sherbrooke, Saguenay, Baie-Comeau et bien d’autres endroits au Québec.

 

tracé proposé du Réseau élecrtrique métropolitain (REM)

Réseau électrique métropolitain: un projet prématuré selon AutoCarbure

On apprenait hier que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) trouvait le projet de réseau électrique métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et de placement du Québec un projet prématuré.

AutoCarbure est du même avis mais pour des raisons distinctes.

Le BAPE estime-donc qu’il serait prématuré d’autoriser la réalisation du projet REM en raison du manque d’information disponible sur le plan financier et environnemental, et sur l’achalandage potentiel de ce réseau de transports collectifs de 5,5 milliards.

Sur ce point AutoCarbure est en accord. Comment l’achalandage de ce réseau pourrait être viable alors que la tendance depuis quelques années pour les entreprises est d’établir leur siège social sur la Rive-Sud de Montréal ou sur la Rive-Nord à Laval ou Terrebonne, la ville avec la plus forte croissance au Québec.

Le tracé du REM proposé par la filiale de la Caisse, CDPQ Infra, permettrait de relier le centre-ville de la métropole à la Rive-Sud, à la banlieue nord, à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau à Dorval et à l’ouest de l’île de Montréal. Malheureusement il ne relie presque pas Laval, la troisième ville en importance au Québec.

Certes l’aéroport de Montréal est mal désservie. Mais peut-être que la CDPQ devrait justement tabler sur un nouvel aérport plutôt que sur un train. L’aéroport Pierre-Elliot Trudeau est situé sur l’île de Montréal est beaucoup de citoyens se plaignent du bruit.

Pourquoi pas construire un nouvel aéroport sur la Rive-Sud de Montréal? L’infrastructure routier est déjà en place et il y aurait simplement besoin d’ajouter un autre lien autoroutier entre les autoroutes 20 et 10, quelque part entre les autoroutes 30 et 55.

Pour des raisons de logistique, l’aéroport de Dorval pourrait être utilisée pour le freight comme c’est le cas de Mirabel en ce moment. Mirable pourrait éventuellement être remis à l’agriculture après décontamination des lieux. Ainsi cela désengorgerait les autoroutes 13 et 15 du flots de camions lourds qui transigent de l’aéroport de Mirabel vers plusieurs endroits sur l’île de Montréal.

Le développement actuel sur la Rive-Sud de Montréal ne peut pas être renversé. C’est une tendance qui est ancrée et qui ne cessera de croître. Pourquoi? Il y a de la place sur la Rive-Sud de Montréal. Brossard est appellé à croître davantage de même que les autres villes comme Longueuil, Sainte-Julie, Boucherville, Varennes et même jusqu’à Saint-Hyacinthe.

Le gouvernement du Québec doit aller avec cette tendance. Montréal sera toujours Montréal, cela ne changera pas. Mais le gouvernement doit se plier à un fait accompli. Montréal n’est pas une ville que l’on peut développer comme une ville moderne… il n’y a plus de place.

Il ne faut pas se leurrer non plus, le projet REM ne coûtera pas 5,5 milliards mais probablement le double voire le triple. À Montréal dès que vous creusez, c’est une boître à surprise. Regardez juste les projets du nouveau CHUM et de l’équivalent anglophone. Des projets qui ont dépassé les coûts et il est clair que le projet de REM dépassera les coûts.

Au niveau du financement, le gouvernement n’a pas les moyens, et tout il se sert de façon maladroite de la CDPQ pour arriver à ses fins politiques. La CDPQ c’est le bas de laine des québécois. Aucun politicien ne devrait toucher à cela.

Si le gouvernement n’a pas les moyens de ses ambitions, c’est qu’il doit mieux gérer les zillions de dollars que les québécois et le gouvernement fédéral lui envoient chaque année.

Dans un volumineux rapport de 323 pages, le BAPE a estimé que le promoteur du REM a manqué à ses obligations de transparence  en tardant à rendre publiques des données sur l’achalandage des trois antennes du train projeté qui desserviraient la banlieue nord, l’ouest de l’île de Montréal et l’aéroport international Trudeau, à Dorval.

C’est un projet voué à l’échec ou qui deviendra le projet de trains le plus coûteux de la planète, frisant les 20 milliards.

AutoCarbure n’entrera pas dans les détails et les règles de construction au Québec. Mais quand on regarde ce qui se fait en Corée du Sud et en Chine, on a le droit de se questionner sur les méthods de construction au Québec qui disons-le, sont devenues obsolètes et non compétitives. Ce qui se bâtit en Chine en 3 mois en prend dix fois le temps ici. Ce n’est pas normal.

Le BAPE reproche aussi à CDPQ Infra de n’avoir pas évalué les répercussions de son projet sur les sociétés de transport existantes, qui seront forcées d’adapter leurs activités en fonction de l’exploitation du réeseau électrique métropolitain. AutoCarbure ajoute aussi que la CDPQ n’a pas non plus réalisé les impacts de VIa Rail dans le projet.

Le Canada est le plus grand pays du monde où le train de passagers demeure le plus mal exploité.

Pourquoi tout à coup le Québec aurait cette expertise?

Regardez les américains? Le train y est presqu’absent. Pourquoi? Pourtant ils sont 310 millions. Parce qu’ils ont su développer un bon réseau routier, solide et efficace et ils ont des tarifs aériens qui favorisent les déplacements dans leurs pays.

Le Québec, et le Canada, doit développer des aéroports efficaces et des réseaux routiers efficaces. Le réseau électrique métropolitain de la CDPQ est un projet bâclé qui doit mourir. On espère tous que la CDPQ a de meilleurs idées pour le bas de laise des québécois.

Et si jamais on voulait donner le contrat des trains du réseau électrique américain à Bombardier, bien il faudrait regarder ce qu’ils ont fait récemment à Toronto et à Montréal avec les trains Azur…

Montréal, le Québec et le Canada doivent s’ouvrir sur le monde et aller chercher des idées, des nouvelles façons de faire et surtout s’adapter.

Dans un contexte où le Québec est l’État le plus règlementé et le plus syndiqué en Amérique du Nord, l’efficacité à beaucoup de place à croître.

Le Réseau électrique métropolitain, proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec, est un projet de train électrifié de 5,5 milliards qui s’étendrait sur 67 kilomètres et qui comptera 24 stations dans sa phase initiale.

Tout à coup on dirait que la CDPQ s’est dit, tiens le métro de Montréal est vétuste on va en bâtir un nouveau avec le réseau électrique métropolitain.

Nous sommes en 2017 et le métro de Montréal exige encore d’avoir un opérateur à bord de chaque rame. Alors qu’à Vancouver, ville du même pays que Montréal, le tout s’opère sans opérateur à bord depuis près de 30 ans.

Dès sa présentation, en avril 2016, le projet de réseau électrique métropolitain a été salué comme le plus ambitieux projet de transport en commun au Québec depuis l’inauguration du métro, il y a 50 ans. Mais tournons-nous vers le monde et regardons ce qui se fait de mieux ailleurs avant d’accoucher d’une souris de 20 milliards.

Peut-être que de juste avoir une portion du métro de Montréal avec des trains à voies extérieures ou surélevées comme à Boston, Chicago ou New York est une meilleure solution pour le développement simultanée des rives Sud et Nord de la métropole qui se meurent qu’est Montréal.

Non seulement le projet de réseau électrique métropolitain de la CDPQ est un projet prématuré mais surtout très questionnable dans sa forme et dans ses objectifs.