1958 Mercedes Benz 220

1958 Mercedes Benz 220s, trouvaille de la semaine du 17 juin 2019

Sur le populaire site Internet d’annonces classées Kijiji nous avous déniché un véhicule européen pas mal classe. Une 1958 Mercedes Benz 220s. C’est notre trouvaille de la semaine du 17 juin 2019.

Cette voiture de fabrication allemande c’est la classe, de 1958. Sièges en cuir de type « bucket seat » à l’avant et banquette de cuir à l’arrière ainsi que de belles boiseries. Vraiment belle. Sa calandre est magnifique. Ses pare-chocs en chrome tout autant.

Le véhicule est en vente à Montréal et son propriétaire en demande 24 000$.

Le prix ne surprend pas, car c’est une magnifique voiture. En 1958 en Amérique du Nord, ce qui était tendance ce n’était pas les voitures européennes mais les voitures américaines. Cette Mercedez Benz 220s sort donc de l’ordinaire. Elle se démarque vraiment.

Elle en est à son troisième propriétaire. L’actuel, a acquis la voiture en 2010 en Californie.

Le véhicule est en très bonne condition. Il a été bien entretenu et roule très bien malgré sa soixantaine. N’a jamais vu l’hiver et toujours été entreposé dans un garage chauffé.

L’extérieur de la voiture est dans on état original. L’intérieur a été refait à neuf, sauf la voûte.

C’est un véhicule à 4 vitesses manuelles. Le moteur est original et fonctionne à deux carburateurs.

Malgré ses 61 ans, le véhicule n’affiche que 54 000 kilomètres au compteur.

La Mercedes Benz 220S a un moteur de 2,2 litres de six cylindres en ligne capable de déployer 105 chevaux dû à l’utilisation des deux carburateurs.

Note: il arrive que certaines trouvailles que nous avons dénichées soient vendues et donc, l’hyperlien publié, ne soit plus disponible au moment que vous consultiez l’article. Chez AutoCarbure nous maintenons tout de même l’article en place car nous l’avons publié non pas pour aider à la vente du véhicule mais plutôt pour partager notre trouvaille avec les passionnés de l’automobile que sont nos visiteurs.

 

Ferrari

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix d’Australie

Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix d’Australie 2018 au volant de sa Ferrari tout juste devant le champion du monde en titre Lewis Hamilton sur Mercedes.

Kimi Raikkonen, sur Ferrari, a terminé en 3e position.

Daniel Ricciardo sur Aston Martin – Red Bull termine 4e et ce qui augure bien comme résultat pour McLaren, Fernando Alonso termine 5e. Il semble que le pari de McLaren d’abandonné le motoriste Honda pour Renault rapporte déjà.

Le québécois Lance Stroll termine quant à lui en 14e position.

Pour se hisser en tête, Sebastian Vettel a profité d’un ralentissement du peloton provoqué par la voiture de sécurité virtuelle (VSC), tout juste avant la mi-course, pour ressortir de son arrêt aux puits juste devant Lewis Hamilton et lui résister jusqu’à la fin afin de décrocher sa troisième victoire en carrière en Australie.

On a pu apprendre durant cette course que Sebastian Vettel est entré dans un club très sélect. Celui d’avoir effectué un 3 000e tour du meneur d’un Grand Prix en carrière. Il rejoint ainsi Lewis Hamilton et Michael Schumacher dans ce club très sélect.

L’écurie américaine Haas dont Ferrari fournit les moteurs étaient en belle position sur la grille 4e et 5e mais les pilotes Danois Kevin Magnussen et le Français Romain Grosjean ont dû coup sur coup avandonné quelques secondes après avoir ravitaillé et ce pour la même raison: mauvais serrage d’une roue.

La voiture Haas de Grosjean étant très mal placée, la VSC a été remplacée par une vraie voiture de sécurité, sur la piste ce qui a permis à Sebastian Vettel de confirmer sa 1ere position sur la piste avant la relance.

La toute nouvelle saison de F1 a offert une nouvelle signature infographique pour mieux suivre le Grand Prix. Ainsi tout au long de l’événement lorsque des prises de vue suivaient des voitures, il était indiqué à l’écran à quel section du circuit, Albert Park, l’angle de caméra était pris. Aussi lorsqu’il y avait une « bataille » pour une position, c’était bien indiqué dans l’infographie. Les pilotes ayant abandonné sont aussi mieux indiqué dans l’infographie cette saison.

Dans l’ensemble ce fût une meilleure expérience télévisuelle que l’an passé.

Le Grand Prix d’Australie aura permis de constater de belles avancées pour les écuries McLaren et Haas. Il pourrait donc y avoir une rivalité à 3 écuries pour la 3e position du championnat des constructeurs entre McLaren, Hass et Aston Martin – Red Bull.

Quant à Williams, le très expérimenté et retraité Felipe Massa risque de manqué pour son apport aux différents réglages. Le pilote doyen de l’équipe est maintenant Lance Stroll. Évidemment Robert Kubica est le pilote d’essai. Mais ce dernier ne participe pas aux essais libres du vendredi ni aux qualifications du samedi.

 

logo AutoCanada tiré de son rapport annuel 2015

AutoCanada achète un groupe de concessionnaires de Chicago

AutoCanada Inc. a accepté d’acheter neuf des dix magasins du Grossinger Auto Group de Chicago, établissant ainsi sa présence sur le lucratif marché de détail automobile américain.

La transaction, dont la clôture est prévue le 9 avril prochain, ajoutera à AutoCanada environ 523 millions de dollars canadiens (400 millions de dollars américains) en revenus annuels et constitue l’une des plus importantes acquisitions d’un groupe international de concessionnaires américains. Les termes de la transaction n’ont pas été divulgués.

« C’est une étape décisive pour AutoCanada puisque cette acquisition américaine élargit notre portée géographique et notre diversification des marques en ajoutant une combinaison de concessionnaires nationaux, importateurs et de luxe à notre portefeuille », a déclaré jeudi le PDG d’AutoCanada, Steven Landry. Il a ajouté « C’est exactement le type d’acquisition qui contribuera à accélérer notre croissance et qui contribue immédiatement à nos bénéfices et qui apporte de nouvelles relations OEM précieuses. »

AutoCanada, basée à Edmonton, exploite 54 concessionnaires au Canada, selon son site Internet. L’entreprise a déclaré des revenus annuels de plus de 3 milliards de dollars canadiens (2,3 milliards de dollars américains) l’an dernier et est le seul groupe de concessionnaires publics au Canada.

L’acquisition donne à AutoCanada ses premières concessions Toyota, Honda, Lincoln et Volvo, ce qui, selon Landry, est essentiel à l’objectif de la société de diversifier ses offres de produits et son empreinte géographique.

M. Landry a indiqué qu’AutoCanada poursuivra ses acquisitions au Canada et aux États-Unis au cours des prochains mois.

Il a aussi déclaré que la société prévoyait de conserver à leurs postes les directeurs des concessions acquisent dans les environs de Chicago et de faire en sorte que des Américains dirigent les opérations.

Expansion et croissance

 

Les dirigeants d’AutoCanada ont déclaré qu’ils avaient des objectifs d’expansion pour les cinq prochaines années, notamment un meilleur équilibre entre les marques et une présence plus forte d’un océan à l’autre au Canada.

Lors d’une conférence téléphonique tenue en mars à l’intention des investisseurs, le chef de la direction d’AutoCanada, Steven Landry, a déclaré que l’entreprise cherchait à s’étendre sur de nouveaux marchés, qualifiant son pipeline d’acquisition de « très solide ».

Quand un analyste lui a demandé si « cinq ou six » acquisitions étaient possibles en 2018, Landry a répondu « absolument », en partie à cause de la solidité financière de l’entreprise.

AutoCanada a déclaré un bénéfice net de 17,1 millions de dollars canadiens (13,3 millions de dollars américains) au quatrième trimestre de 2017, un gain de 24 pour cent par rapport à l’exercice précédent. Les revenus ont augmenté de 17% pour atteindre 733 millions de dollars canadiens (570 millions de dollars américains), tandis que les ventes des magasins comparables ont bondi de 11%.

M. Landry a déclaré que la compagnie cherchait à continuer d’étendre sa présence à l’extérieur de son fief traditionnel de l’Ouest canadien, tout en ajoutant à son portefeuille de marques de luxe et d’Asie.

Qui est Grossinger?

Grossinger est une entreprise de 90 ans fondée par Sam Grossinger en 1928. Elle est devenue l’un des plus grands groupes automobiles des états-Unis, composé de 10 concessionnaires et classé au 95e rang parmi les 150 plus grands groupes de concessionnaires américains selon les plus récentes données, de 2015..

AutoCanada achète ainsi neuf concessionnaires représentant 12 marques: Audi, Cadillac, Chevrolet, Honda, Hyundai, Kia, Lincoln, Mercedes Benz, Subaru, Toyota, Volkswagen et Volvo.

Trois de ces magasins se trouvent à Chicago, trois dans la banlieue de Chicago, Lincolnwood, Illinois, deux à Palatine, Illinois, et un magasin à Normal, Illinois.

Le magasin Buick GMC Cadillac de Grossinger à Lincolnwood, Illinois, a été vendu séparément à Zeigler Automotive Group à Kalamazoo, Michigan. Il s’appellera désormais Zeigler Buick GMC Cadillac Lincolnwood.

C’est pour des raison de succession que la famille Grossinger a choisi de vendre.

Le phénomène d’investisseurs étrangers dans le commerce de détail automobile américain n’est pas nouveau.

Dans les années 1990, la société chinoise DCH avait déjà commencé à acheter des concessions aux États-Unis. DCH signifie Dah Chong Hong, ce qui signifie « grande entreprise prospère » en mandarin.

De même, le groupe de concessionnaires britanniques Pendragon qui possède des concessionnaires principalement au Royaume-Uni, mais aussi en Allemagne et au Sud de la Californie avec des marques tels que Aston Martin, Land Rover et Jaguar.

L’année dernière, Pon Holdings BV, société de transport et de mobilité et distributeur de marques de luxe aux Pays-Bas, a investi dans IndiGO Auto Group basé à Houston. IndiGO Auto Group a 10 concessionnaires à Houston, St. Louis et Palm Springs et Rancho Mirage, en Californie. Le groupe vend 11 marques de luxe: Audi, Porsche, Jaguar, Land Rover, Rolls-Royce, Bentley, Aston Martin, Maserati, BMW, McLaren et Lamborghini.

Il existe au travers les États-Unis plus de 36 000 concessionnaires automobiles.

Selon son site Internet AutoCanada possède 6 concessionnaires au Québec, principalement à Montréal, sur la Rive-Sud de la métropole ainsi que sur sur la Rive-Nord. En Ontario l’entreprise possède 8 concessionnaires.

Renault

F1: Le nom Renault devrait briller davantage comme motoriste en 2018

Pour ceux qui ne le savent pas encore , lors de la saison 2016 ça été le grand retour de Renault en F1 comme constructeur. Ça passé inaperçu pour plusieurs car l’an passée pour la majorité des fans de F1 québécois, tous les yeux étaient rivés sur Lance Stroll.

La performance de Renault durant les saisons 2016 et 2017 ont aussi passé inaperçu. 41 Grand Prix de disputés, aucune victoire, aucun podium… aucun meilleur tour. 9e constructeur au championnat en 2016, 6e en 2017.

La saison 2018 de Renault Sport Fomula One Team se fera encore avec les pilotes Nico Hückenberg (Allemagne) et Carlos Sainz Jr. (Espagne). Passablement les mêmes que l’an passée alors que Joylon Palmer (Angleterre) a quitté après le Grand Prix du Japon.

Rien ne s’annonce bien mieux sous le soleil pour la saison 2018 de Renault Sport Formula One Team.

Bien camouflé sous une tonnes de commanditaires, Renault flamboyait plutôt dans l’ombre pendant les dernières saisons sous l’écurie Red Bull qui devient en 2018 l’écurie Aston Martin – Red Bull mais toujours propulsé par un moteur Renault masqué au nom du commanditaire suisse TAG Heuer.

Renault devrait à nouveau flamboyer, avec mention cette saison, du côté de l’écurie McLaren puisqu’elle leur fournira le moteur, alors que McLaren a mis fin à son entente avec le motoriste japonais Honda. Des problèmes de moteurs à répétitions sont venus minés la collaboration des deux entreprises.

Ainsi Renault va doublement compétitionner sa propre écurie en fournissant son moteur à McLaren qui elle semblait posséder tout les éléments sauf un moteur fiable et bien sûr à Aston Martin – Red Bull.

McLaren est certaine que le problème qui l’empêche de redevenir compétitive est le moteur (on a pu le voir dans la mini série Grand Prix Driver produite par Michael Douglas). Alors elle espère accumuler des podiums avec le moteur Renault cette saison. McLaren a un historique de victoire en F1, elle se classe seconde parmi tous les constructeurs pour le nombre de victoires avec 182. Seule l’écurie Ferrari est devant eux.

Sauf que McLaren n’a pas goûté à la victoire d’un championnat de constructeur depuis 1998 et elle a connu un hiver difficile avec les essais. Malgré tout, toute l’équipe de McLaren est optimiste et toujours satisfaite de son choix de délaisser Honda au détriment de Renault. Si les résultats sont là, cela fera briller le nom Renault comme motoriste.

Ainsi cette saison, qui débute le 25 mars en Australie, il y a 10 écuries inscrites au championnat et les moteurs de ces 10 écuries sont fournis par Ferrari (3), Mercedes (3), Renault (3) et Honda (1). Avec l’américaine Liberty Media propriétaire du grand cirque de la F1 à quand le retour d’un motoriste américain en F1 ?

 

 

Première saison en F1 complétée pour Lance Stroll, au Brésil

Première saison en F1 complétée pour Lance Stroll

Le Grand Prix d’Abu Dhabi viens juste d’être complété avec une victoire du Finlandais Valtteri Bottas devant son coéquipier l’Anglais Lewis Hamilton (Mercedes) et l’Allemand Sebastian Vettel (Ferrari). Quant à Lance Stroll, il a terminé en 16e position après être partie de la 15e position. Stroll était le dernier pilote en piste.

Après sa première saison en F1, le Québécois a terminé avec 40 points au championnat des conducteurs, pour la 12e position tout juste derrière son coéquipier Felipe Massa dont la carrière en F1 viens de se terminer lui qui, plutôt cette saison, avait annoncé sa retraite après le dernier Grand Prix de la présente saison.

Stroll se tourne maintenant vers l’avenir en sachant déjà que son coéquipier Felipa Massa, qui a retraité. Maintenant, qui sera le coéquipier de Stroll l’an prochain? Est-ce que Williams améliorera le chassis de son véhicule? Est-ce que davantage d’argent sera mis dans le développement de la voiture pour la prochaine saison? Tant de questions et peu de réponses.

Certaines rumeurs émanent du cercle de la F1 pour le remplacement de Massa. Certains voit un retour du Polonais Robert Kubica lui qui avait été vainqueur du Grand Prix du Canada en 2008 puis par la suite victime d’un grave accident en rallye. D’autres parlent de l’Anglais Paul di Resta, de l’Allemand Pascal Wehrlein ou encore du Russe Daniil Kvyat

Au final, en cette première saison, Lance Stroll aura fait écarquiller les yeux de nombreux spécialistes en courses automobiles tant pour ses habilités à conduire mais par ses nombreuses vitesses de pointe obtenues tout au courant de la saison.

Nombreux sont ceux qui se sont demandés ce que le jeune homme aurait pu accomplir au volant d’une voiture supérieure comme Red Bull, Ferrari ou Mercedes.

Chose certaine chez Williams, les performances du jeune québécois ont dépassé les attentes. D’autant plus que personne ne pensait qu’il obtiendrait un podium, inespéré, au Grand Prix d’Azerbaïdjan en juin dernier avec une 3e position.

Stroll a démontré tout au long de la saison qu’il a les nerfs nécessaire pour progresser davantage en F1.

Pour les fans, ça recommence le 25 mars prochain à Melbourne pour le Grand Prix d’Australie.

GP de Russie

Lance Stroll partira de la 11e position au GP de Russie

Ces dénigreurs vont peut-être finir par se taire. Le pilote québécois Lance Stroll partira de la 11e position au GP de Russie.

C’est son meilleur classement sur la grille de départ depuis le début de sa toute jeune carrière en F1.

Le pilote ‘Allemand Sebastian Vettel (Ferrari), meneur du Championnat du monde de F1, a décroché au Grand Prix de Russie à Sotchi sa première pole position depuis le GP de Singapour en septembre 2015.

Son coéquipier chez Ferrari, le Finlandais Kimi Räikkönen, s’élancera à ses côtés en première ligne dimanche, devant les Mercedes de l’autre Finlandais Valtteri Bottas et du Britannique Lewis Hamilton.

Quant à Lance Stroll il a signé le 12e meilleur temps de la séance de qualifications, mais en vertu d’une pénalité imposée au pilote de l’écurie Toro Rosso Carlos Sainz fils lors du Grand Prix du Bahreïn, il grimpera d’une place au classement.

À bord de Williams, Stroll a complété 18 tours et signé un temps de 1: 35,964 secondes. Ce tchrono n’a pas été suffisant pour lui permettre d’atteindre la troisième portion de la séance de qualifications (Q3), étant donné que seuls les 10 meilleurs temps y accédaient.

Encore une fois samedi matin, en essais libres, Stroll a de nouveau signé la plus haute vitesse de pointe enregistrée sur le circuit qui ceinture le Parc olympique de Sotchi, à 331,3 km/h. .

Au Québec, le GP de Russie est présentée sur les ondes de RDS dimanche matin à 7h50.

 

Grand Prix d'Australie au circuit Albert Park

Grand Prix d’Australie: abandon de Lance Stroll au 41e tour

La nuit dernière au Grand Prix d’Australie (heure de Montréal), parti 20e et dernier sur la grille, le pilote Québécois Lance Stroll a pris un très bon départ pour se glisser dès les premiers virages à la 14e place. Par la suite, il a atteint la 13e position, sa meilleure de la course, jusqu’à ce que ses freins le lâchent durant son 41e tour.

Le jeune pilote de Williams était malgré tout être satisfait de sa première course.  L’occasion de faire mieux se présentera dans deux semaines, le 9 avril, au Grand Prix de Chine.

Sebastian Vettel à bord de sa Ferrari a signé sa 43e victoire en carrière et une quatrième depuis son arrivée chez la Scuderia.

Première victoire depuis 2015 pour Ferrari

Pour Ferrari, c’est la première victoire du constructeur depuis celle de Vettel au Grand Prix de Singapour en 2015. En 2016 Mercedes a remporté 19 des 21 épreuves du championnant de F1 et Red Bull a gagné les deux autres.

Ont complété le podium Lewis Hamilton parti de la pôle position et son coéquipier chez Mercedes, le sucesseur au retraité Nico Rosberg, le Finlandais Valtteri Bottas.

Ferrari n’avait pas remporté le Grand Prix d’Australie depuis 2007 alors que Kimi Räikkönen avait signé la victoire devant Fernando Alonso  (Vodafone McLaren Mecedes) et la recrue Lewis Hamilton (Vodafone McLaren Mercedes).

 

Classement final, Grand Prix d’Australie
Sebastian Vettel (ALL/Ferrari), les 302,271 km en 1h24:11.672 (moyenne: 215,408 km/h)
Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 9.975 s
Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) à 11.250 s
Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) à 22.393 s
Max Verstappen (P-B/Red Bull-TAG Heuer) à 28.827 s
Felipe Massa (BRE/Williams-Mercedes) à 1:23.386
Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes) à 1 tour
Carlos Sainz Jr (ESP/Toro Rosso-Renault) à 1 tour
Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Renault) à 1 tour
Esteban Ocon (FRA/Force India-Mercedes) à 1 tour
Nico Hülkenberg (ALL/Renault) à 1 tour
Antonio Giovinazzi (ITA/Sauber-Ferrari) à 2 tours
Stoffel Vandoorne (BEL/McLaren-Honda) à 2 tours

Meilleur tour en course: Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) 1:26.538 au 56e tour (moyenne: 220,605 km/h)

Abandons:

Romain Grosjean (FRA/Haas): problème mécanique 14e tour
Jolyon Palmer (GBR/Renault): problème mécanique 16e tour
Marcus Ericsson (SUE/Sauber): problème mécanique 22e tour
Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull): freins 26e tour
Lance Stroll (CAN/Williams): problème mécanique 41e tour
Kevin Magnussen (DAN/Haas): problème mécanique 47e tour
Fernando Alonso (ESP/McLaren-Honda): problème mécanique 51e tour

smart effectue un virage électrique en Amérique du Nord

La raison du virage électrique de smart en Amérique du Nord

Aujourd’hui on apprenait le virage électrique de smart en Amérique du Nord dès l’arrivée de ses modèles 2018.

Après supposément avoir déçue avec des modèles à essence 2017, voilà que smart offrira à ses clients nord-américain que des versions électriques.

Son prix est encore incinnu, son autonomie sera d’environ 160 km, et son arrivée au Canada est prévue pour juillet.

La version à essence de base de la smart est à 17 300$, un prix élevé alors qu’au même prix on peut avoir une berline pas mal plus spacieuse chez un compétiteur.

La version électrique à venir pourrait se vendre aux alentours de 25 000$. Somme à laquelle il faut soustraire 8 000$ du rabas accordé au Québec pour l’acquisition d’une voiture électrique.

17 000$ pour un véhicule électrique ça devient abordable.

Mais tout ça est de la bouillie pour les chats.  Actuellement la version électrique de la smart se vend aux alentours de 26 990$ auquel vous déduisez le rabais de 8 000$ accordé par le gouvernement.

La raison logique est que Daimler AG, fabricant de la smart, continuera à offrir ailleurs dans le monde sa version à essence. Mais en amérique du Nord et surtout au Québec, elle sera épié de quota de voitures électriques vendues versus ses modèles diesel et à essence.

Quoi de mieux alors que de plaire aux gouvernements, régisseur de cette loi, que d’offrir un modèle de smart uniquement électrique.

Qu’on se comprenne, la smart électrique se vend très peu actuellement. Il ne se vendra pas plus de smart lors de l’arrivée du modèle 2018. Mais Mercedes pourra continuer de vendre ses voitures plus haut de gamme à essence sans pénalité car son offre de voiture électrique aura augmenté parmi ses concessionnaires à travers l’Amérique du Nord.

Tout le monde n’y verra que du feu.

La directrice des communications de Mercedes-Benz Canada a confirmé en entrevue à La Presse que la catégorie microvoiture est en baisse, nettement partout.

C’est très simple à expliquer pourquoi la microvoiture est en baisse partout. De un ce sont de véritables tape cul pas adapté à la vie nord-américaine. De plus, le prix de l’essence à la pompe a baissé partout en Amérique du Nord, sauf au Québec où le gouvernement nous rit en pleine face avec son prix plancher et son appétit pour les taxes. Pas besoin d’aller bien loin pour voir un écart de 30 à 50% plus bas à la pompe. Allez juste en Ontario, au New Hampshire, au Vermont et dans l’État de New York.

Autrement dit, bientôt les québécois rouleront massivement avec des brouettes subventionnées alors que le reste de l’Amérique du Nord va rouler en confort et de façon plus spacieuse.

 

2003 Mercedes S500

2003 Mercedes S500, trouvaile de la semaine du 17 octobre 2016

Une 2003 Mercedes S500 a été trouvée sur le site Internet d’annonces classées Kijiji par l’équipe d’AutoCarbure.

Elle se situe à Montréal et son propriétaire demande 5 000$, transit inclus.

Le véhicule est noir et très propre.

Il est doté d’une transmission automatique à 5 rapports et affiche 182 000 km au compteur.

Le modèle S500 de la S-Class est muni d’un moteur V8 capable de 275 hp avec un torque de 295 livres-pied.

C’est tout de même un véhicule lourd, avec un poids de 4 429 livres.

Le véhicule a des roues de 17 pouces.

Le propriétaire est prêt à échanger son véhicule contre plusieurs véicules (voir l’annonce).

véhicule commerciale grande vente Point Zero

Spotted camion grande vente Point Zero

Un camion commercial annonçant la grande vente Point Zero, a été spotté, vu, à Montréal.

Le véhicule est un modèle Sprinter de Mercede-Benz.

Au prix que se vend ce véhicule Mercedes, il y a aucun doute que la grande vente Point Zero doit souvent avoir lieu afin de le rentabiliser.

Ce vehicule Sprinter est aussi souvent prisé pour être transformé par certains individus en campeur. Il est aussi très utilisé pour beaucoup de professionels tel que plombiers, électriciens, même les sociétés d’urgence en ont quelques uns.

Sur le site Internet de Mercedes-Benz Canada, le véhicule neuf se vend à partir de 38 900$.