1990 Volkswagen Golf Cabriolet

1990 Volkswagen Golf cabriolet notre trouvaille de la semaine du 23 avril 2018

Une 1990 Volkswagen Golf Cabriolet est notre trouvaille de la semaine du 23 avril 2018. Ainsi, en ce début de semaine, avec une vraie température de début de printemps, on a cherché une décapotable, cabriolet. Nous l’avons donc trouvé sur le populaire site d’annonces classées LesPacs.com.

Le véhicule a 28 ans, c’est donc une voiture de collection.

Cette 1990 Golf est de couleur rouge (magnifique) et avec deux portes.

Le compteur affiche 175 000 kilomètres.

Le véhicule est très propre, sans aucune rouille. Le moteur (4 cylindres de 1.8 litre) et la transmission (manuelle) ont été refaits à 140 000 kilomètres. Le véhicule est chaussé de quatre pneus Pirelli avec quatre mags neufs. Le toît amovible a quatre ans. Le silencieux est neuf.

Tout cela, factures à l’appui.

Le véhicule n’a jamais connu l’hiver, il était dans un garage.

Il est situé à Varennes sur la Rive-Sud de Montréal et son propriétaire demande 5 599$.

D’autres trouvailles de la semaine sont disponibles ici.

La fausse location de véhicule des concessionnaires québécois

AutoCarbure en a un peu contre le terme « location de véhicule » affichées par les concessionnaires québécois. On vous explique pourquoi.

Quand on va chez Enterprise location d’autos ou encore un compétiteur, Avis, Budget, Discount, quand on loue la voiture, disons pour une semaine, c’est un prix fixe avec taxes. Sans plus. Si vous louez la voiture pour 1 mois, c’est la même chose. Qu’importe la durée de votre location avec eux, vous ne paierez pas l’entretien du véhicule. Aussi inclus dans le prix les coûts d’immatriculation du véhicule.

Si je vais chez un concessionnaire automobile québécois et qu’importe la marque sélectionée, pour me louer une voiture. Hé bien c’est un tout autre type de location. En fait, ce n’est pas une location proprement dit comme si vous louez un outil, un logement ou un véhicule dans une entreprise de location de véhicule.

Tout ce que vous saurez c’est que le véhicule ne vous appartient pas. Mais… encore pire, tout au long de la durée de la dite location, vous devrez payer pour l’entretien du véhicule. C’est là qu’on décoche.

Nous avons sélectionné à tout hasard Honda. Nous avons été sur leur site web pour voir le prix d’une location.

On a rien pris de bien luxueux, une 2018 Honda Civic Berline LX avec l’ensemble démarreur à distance. Là quelque chose est bien comique, la garantie du véhicule est de 3 ans et 60 000 km et la durée de location est de 60 mois. Donc pendant deux ans le véhicule qui nous appartient pas ne sera pas sous garantie. Encore plus drôle… on nous finance la location à un taux de 1,99%.

Non vraiment il faut changer le terme location car cela en est pas un. Ce n’est pas une location proprement dite. Faudrait plutôt choisir le terme « option d’achat » mais vraiment pas une location.

Finalement après notre configuration on arrive à un paiement hebdomadaire de 63,45$. Mais attention…. avant le financement de la location. Honda nous l’indique de façon très petits caractères.

Il faut donc ajouter 6,22$ au prix de la location hebdomadaire ce qui fait 69,67$.

Est-ce que ça inclus les taxes de ventes? Aucune façon de le savoir via le site de Honda Canada.

On s’est donc tourné vers un compétiteur nippon, Toyota pour un véhicule similaire, la Toyota Corolla.

Chez Toyota via leur site web quand on sélectionne « configuration et prix » c’est on ne peut plus clair. Ceci s’affiche:

La TPS et la TVQ ainsi que les droits sur les pneus ne sont pas inclus automatiquement dans la prix affiché du véhicule.

On continue.

Fait amusant chez Toyota on semble appliquer un vieux dicton d’Henry Ford de choisir la couleur que vous désirez en autant que ce soit noir. Lorsqu’on sélectionne le modèle 2018 Toyota Corolla CE CVT. Il semble qu’il y est qu’une seule couleur de disponible, « Blanc Alpin ».

Après avoir configuré la 2018 Toyota Corolla CE CVT on devine avec ce qui est affiché que chez Honda le montant incluait les taxes. Chez Toyota on a la possibilité de voir le prix avant les taxes et celui les incluant.

Comme le prix incluant les taxes se rapproche de celui de Honda, on en a tiré la conclusion que chez Honda ça devait inclure les taxes.

AutoCarbure recommande à l’Office de Protection du Consommateur (OPC) de revoir l’appelation de « location » qu’utilise les concessionnaires.

Car au sens du vrai mot « location » cela en est pas une.

Imaginez si vous louez un logement et que vous deviez assumer tous les frais de réparation de celui-ci en cas de bris de tuyauterie, d’une fenête, un problème électrique ou encore de porte. Ça n’a pas de sens.

S’ils ne veulent pas changer leur terme « location » on rêve du jour où des concessionnaires offriront une vraie location et qu’ils assumeront tous les frais d’entretien du véhicule.

 

 

2007 Honda Fit

2007 Honda Fit, notre trouvaille de la semaine du 16 avril 2018

Sur le populaire site d’annonces classées Kijiji, nous avons trouvé une 2007 Honda Fit. C’est notre trouvaille de la semaine du 16 avril 2018.

Pourquoi cette Honda Fit? Parce que c’est un véhicule de 11 ans et qu’il n’a que 100 000 kilomètres au compteur. Ce qui est dans ce cas-ci assez exceptionnel.

Cette 2017 Honda Fit est une 5 portes avec hayon.

Munie d’une boîte de vitesse manuelle à cinq rapports et c’est une traction avant.

Elle est très propre selon l’auteur de l’annonce, elle a l’air climatisé et des mags.

Elle est de couleur silver (argent).

Le propriétaire, situé à Montréal, demande que 2 900$.

La 2007 Honda Fit est très économique avec son moteur de 1.4 litres et sa cote de consommation de 7,3L/100 km en ville et 5,8L/100 km sur autoroute.

Basée sur la consommation combinée de 6,6L/100 km, il ne vous coûterait que 1 782$ par année pour rouler 20 000km avec cette Honda Fit avec un prix de l’essence ordinaire moyen à 1,35$ le litre. Ce qui est très respectable.

 

Max "Worsthappen" Verstappen qui vient d'entrer en collision avec Sebastian Vettel

F1: Max Worsthappen frappe encore

Au Grand Prix de Chine à Shanghai, Max Verstappen, qu’AutoCarbure surnomme maintenant Worsthappen, a encore frappé.

Son agressivité et sa témérité ont encore pris le dessus dans sa tête pour causer d’autres dommages à ses adversaires.

Cette fois-ci sa victime est Sebastian Vettel de chez Ferrari avec qui il est entré en collision au 44e tour et ce sans équivoque.

Nous pensons chez AutoCarbure que Max Verstappen doit être sanctionné par la FIA. Une suspension, rien de moins. Une sanction qui le fera réfléchir. Les pilotes de F1 sont en danger quand Verstappen est sur la piste. Nous pensons que les pilotes de F1 devraient tenir une réunion et donner un sévère avertissement à Verstappen.

Verstappen s’est vu imposer une pénalité de 10 secondes pour avoir causer délibérement une collision. 10 secondes ajoutées à son temps final.

Mais une telle pénalité est une vraie farce pour la F1 et ses fans.  Cette pénalité de 10 secondes a coûté à Verstappen qu’une place mais n’a aidé en rien sa victime Sebastian Vettel qui au final aura terminé 8… loin derrière Verstappen.

La pénalité imposée à Verstappen aurait dû être rien de moins qu’un drapeau noir (disqualification) ou du moins un passage obligatoire par les puits et l’imposition d’un décompte de 10 secondes.

Au final Daniel Ricciardo sur Red Bull aura remporté ce Grand Prix devant Valterri Bottas et Kimi Raikkonen. Lewis Hamilton termine 4e et Max Worsthappen termine 5e.

Quant au québécois Lance Stroll, parti en 18e position, il a connu un excellent départ gagnant 6 places après le premier tour au final il termine en 14e place.

Cet incident de Worsthappen relance le championnat des conducteurs. Sebastian Vettel est toujours en tête avec 54 points mais Lewis Hamilton n’est plus qu’à neuf points de lui.

En entrevue à la fin du Grand Prix, Sebastian Vettel a mentioné que Verstappen a passé le cap de mettre un tel incident sur la faute de son inexpérience en F1.

2011 Lincoln MKZ

2011 Lincoln MKZ sous les 7 000$, notre trouvaille de la semaine du 9 avril 2018

Pour cette semaine du 9 avril 2018, notre trouvaille est un 2011 Lincoln MKZ en vente sous les 7 000$. Pour une première fois cette trouvaille c’est fait en personne alors que nous passions par là. Mais on vous donne le lien sur le site Internet de Pie-IX Chrysler à Montréal.

Le 2011 Lincoln MKZ est un véhicule de luxe à quatre portes avec ses sièges en cuir. sièges chauffants, volant gainé en cuir et un règlage électrique des sièges du conducteur et du passager. Le véhicule a aussi les miroirs extérieurs chauffants de même que l’entrée sans clé et l’air climatisé.

Côté motorisation, pas de problème de puissance avec un moteur à 6 cylindres de 3.5 litres capable de 263 chevaux et de 249 livres-pied de couple.

C’est un véhicule à traction avant avec freins à disque aux 4 roues et une boîte de vitesse automatique à 6 rapports.

Il comprend aussi un réservoir à essence de 66,2 litres permettant une autonomie de facilement 700 kilomètres sur l’autoroute avec sa consommation de 7,4 litres.

Au compteur le véhicule affiche 162 000 kilomètres.

Le vendeur, le concessionnaire Pie-IX Chrysler demande 6 990$. Ce dernier offre le financement ainsi qu’un programme de protection.

 

Tesla Model X de Tesla

Une piste de solution pour les déboires financiers de Tesla

On l’a tous lu récemment en ce qui concerne Tesla, l’entreprise a une croissance des dettes plus rapides que son chiffres d’affaires depuis quelques trimestres. Elle a même vu la semaine dernière les agences de crédits décoter sa dette. Dorénavant pour emprunter Tesla devra donc payer davantage d’intérets.

Tesla produit de bons véhicules et qui sont très appréciés de ses propriétaires. Lorsqu’ils recoivent leur véhicule la plupart des propriétaires deviennent membre d’un club Tesla et vante les mérites de la marque. Ils sont de réels ambassadeurs pour la marque. Ce qui fait que Tesla est ainsi victime de son succès. Elle aurait cumulé des commandes sur plus de 500 000 unités de sa Tesla Model 3 depuis mars 2016…. mais elle en aurait livré que 11 418 jusqu’ici (selon Bloomberg). Donc elle a cumulé jusqu’ici un retard de production de 488 000 unités. Certains disent mêment qu’à chaque mois ils se commandent davantage de Model 3 chez Tesla que l’entreprise californienne peut en livrer.

Tesla vit donc sans aucun doute sur les dépôts reçus des propriétaires qui commandent les dits véhicules et ensuite sur le paiement de ceux-ci à la livraison. Ce n’est pas pyramidal comme procédé mais on s’en rapproche drôlement quand on prend le temps de comprendre que l’entreprise ne dégage aucun profits et qu’elle vit sur les dépôts de ceux qui commandent mais peine à leur livrer ce qu’ils commandent.

Pour se sortir de ce bourbier financier, il y aurait une piste de solution pour Tesla afin d’obtenir davantage de liquidités. Comme ses clients sont de grands fans et défenseurs de la marque, ainsi lors du dépôt requis à la réservation d’un modèle de Tesla, l’entreprise pourrait proposer au client l’achat de nouvelles actions de l’entreprise. Si par exemple chaque personne ayant réservé une Tesla Model 3 aurait avancé 2 000$ supplémentaires pour acquérir des actions de l’entreprise, c’est 1 milliard de dollars additionnels qui se retrouveraient dans les coffres de Tesla. Compte tenu de l’amour des propriétaires de Tesla pour la marque, il va sans dire qu’ils conserveraient les actions de l’entreprise et ne les liquideraient pas dès la réception de leur modèle ou au moindre soubresaut en bourse.

Imaginez maintenant si ses futurs propriétaires de Tesla achetait pour 4 000$ en actions de Tesla lors de la réservation d’un modèle, c’est 2,5 milliards de dollars additionnels qui se seraient retrouvés dans les coffres de Tesla. Imaginez si d’éventuels clients corporatifs qui ont commandé des remorques électriques à Tesla achetaient eux aussi de nouvelles actions lors de la réservation de leurs véhicules. UPS, Pepsi, Coke, Fedex pour ne nommer que celles-là.

Tesla figure parmi les entreprises les plus appréciés dans le monde parmi les consommateurs. Les gens aiment leurs innovations et bien sûr leurs produits qui sont peu polluants à l’utilisation et ils adorent Elon Musk.  « In Musk we Trust » qu’on peut lire un peu partout. En fait Tesla est tellement apprécié que leurs fans courent ces événements autant que les fans courent les événements d’Apple.

De vendre des actions directement aux propriétaires ou futurs propriétaires de voitures Tesla pourrait être belle une solution aux déboires financiers de Tesla.  Actuellement 59% de l’actionnariat (source NASDAQ.com) de Tesla est institutionnel. C’est donc dire que 41% des actionnaires sont des individus. En comparaison, Microsoft est détenu à 74% par des institutions tandis que 69% des institutions représentent l’actionnariat de Google. Chez les constructeurs automobiles américains, Ford, une entreprise familiale, possède un actionnariat institutionnel à raison de 57% tandis que chez GM c’est 73%.

Maintenant est-ce que le brillant Elon Musk, pdg de Tesla a pensé à cette solution? Peut-être! Il faut dire qu’un tel exercice diluerait l’actionnariat actuel de Tesla. D’un autre côté, de vendre des actions à des amants de la marque peut très bien empêcher d’augmenter la volatilité de l’action. Aucun doute que les amants de la marque vont conserver leurs actions comme un jeune conserverait les cartes de hockey de Connor McDavid ou de Jack Eichel.

Finalement, est-ce qu’une telle solution peut être viable pour Tesla? Oui à condition que les propriétaires de Tesla aiment la marque au point de sortir quelques milliers de dollars supplémentaires de leur compte et décident d’acheter de nouvelles actions de l’entreprise californienne. Tesla pourrait même pousser le tout et émettre des actions spéciales pour les propriétaires de Tesla. Par exemple, cela pourrait être des actions de catégories O (pour Owner)  à raison de, par exemple, trois de droits de votes par actions ou encore rattaché d’un dividende d’un montant X lorsque l’entreprise fera des profits.

Tesla

Tesla a un gros problème, et ce n’est pas le Model 3

Avec tous les problèmes de fabrication de voitures qui harcèlent Tesla Inc. ces jours-ci – des goulets d’étranglement du Model 3 à l’argent qu’elle brûle davantage qu’elle en a – il est facile d’ignorer le mal de tête de SolarCity de la compagnie.

Mais 16 mois après que le directeur général Elon Musk ait lancé la controverse en acquérant l’installateur de panneau solaire fondé par deux de ses cousins, ses obligations sont devenues une contrainte majeure sur les finances de Tesla. L’achat de 2 milliards de dollars s’accompagne d’un endettement de 2,9 milliards de dollars, dont une partie viendra bientôt à échéance. C’est un mauvais timing pour une entreprise qui dépense environ 6 500 dollars la minute et essaie d’éviter une autre augmentation de capital.

La dette de Tesla s’étend sur toute la gamme – obligations convertibles, billets à ordre, prêts à terme, dette en capital-actions, titres adossés à des actifs. La plupart du total est lié à Tesla le constructeur automobile. Mais l’unité énergie, qui comprend l’activité solaire, compte pour 27 des 29 échéances prévues jusqu’en 2019.

Beaucoup de problèmes à venir

Pour les investisseurs, l’accent a été mis en grande partie sur la consommation de trésorerie liée aux luttes accélérant la production du Model  3, la berline. Musk faisant fait le pari qu’elle sera la première à amener entreprise à produire des voitures électriques de masse. Il y a aussi de nouvelles inquiétudes sur le pilote automatique de Tesla après le crash fatal d’un Model X le mois dernier qui s’est produit pendant que le système d’assistance au conducteur était engagé.

L’action Tesla a plongé de 22% en mars et clôturé à 252,48 $ le 2 avril, le plus bas depuis plus d’un an. Le titre a depuis grimpé de 21% jusqu’à jeudi, après que la société ait atteint son prochain objectif de production du Model 3 et déclaré qu’une augmentation de capital ou de dette ne sera pas nécessaire cette année. Moody’s ne semble pas d’accord car ils ont décoté la dette de l’entreprise la semaine dernière.

La dette de SolarCity est principalement sans recours, ce qui signifie que Tesla ne garantit pas le remboursement; SolarCity fait. Cela est soutenu par les flux de trésorerie et les actifs. Il est toujours inclus dans la dette globale de Tesla, qui est utilisée pour déterminer les notations de crédit et les coûts d’emprunt. Sur les 10 milliards de dollars d’endettement total de Tesla, environ 3 milliards de dollars sont sans recours, dont la plus grande partie provient de SolarCity.

Les émetteurs Single B empruntent généralement au taux de 5,9%, selon les données compilées par Bloomberg. Les obligations de Tesla à échéance 2025, notées Caa1 par Moody’s Investors Service et B- par S & P Global Ratings, représentent actuellement 7,2%, selon les données de Trace sur les prix des obligations. La note d’émetteur de Tesla par Moody’s est équivalente à la note B de S & P.

Des pressions financières croissantes, en plus des manques du Model 3, ont incité Moody’s Investors Service à abaisser la cote de solvabilité de Tesla la semaine dernière à B3, soit six niveaux inférieurs à la catégorie investissement. Pour combler sa soif de liquidités, Tesla pourrait donc se tourner vers les marchés pour émettre davantage d’obligations mais compte tenu du risque associé, elle ne pourrait pas obtenir un très bon taux d’intérêt.

Au cours des derniers mois, l’activité solaire de Tesla a perdu le trône solaire résidentiel pour rivaliser avec Sunrun Inc., un installateur basé à San Francisco dont la capitalisation boursière représente environ la moitié du prix d’achat de SolarCity. Tesla a cédé des parts de marché en tentant de stimuler la rentabilité des unités d’énergie et a abandonné la coûteuse stratégie de vente au détail de porte à porte de SolarCity.

Alors que plus de 85% des actionnaires de Tesla ont soutenu l’acquisition de SolarCity en 2016, une forte minorité a soutenu que Musk l’avait conçu pour sauver SolarCity d’une dette croissante. Il était le président de SolarCity et le plus grand financier.

Avant que l’accord ne soit conclu, Musk a tweeté que Tesla absorberait la dette de SolarCity, mais qu’il la « paierait personnellement si nécessaire ». Les investisseurs attendent toujours.

La semaine dernière, un juge du Delaware a statué que les actionnaires qui prétendent que Musk les avait dupés en soutenant l’achat pouvaient intenter une action en justice, disant qu’ils avaient produit suffisamment de preuves montrant que l’affaire pouvait être faussée par des conflits d’intérêts. Tesla a déclaré dans un communiqué que les allégations sont fausses et qu’elle prendrait les prochaines étapes nécessaires dans cette affaire.

Pour sa part, Musk n’a pas renié son engagement à transformer Tesla en un guichet unique vendant des panneaux solaires pour capter l’énergie, des dispositifs pour stocker l’énergie et des voitures qui peuvent être chargées dans le garage. La société a commencé à produire des carreaux de verre photovoltaïque en décembre dans une usine de Buffalo, dans l’État de New York, et a commencé à vendre de l’énergie solaire dans certains de ses propres magasins et chez le détaillant Home Depot Inc.

En attendant, les factures doivent être payées. Cette année, 390 millions de dollars sont dus sur 26 échéances différentes, dont seulement 312 000 $ ne sont pas liés à ses activités solaires et énergétiques.

2000 Daewoo Lanos

2000 Daewoo Lanos notre trouvaille de la semaine du 2 avril 2018

Un 2000 Daewoo Lanos est notre trouvaille de la semaine du 2 avril 2018. Le véhicule a été trouvé sur le populaire site d’annonces classées Kijiji.

Le véhicule, à traction avant, est équipé d’un moteur 4 cylindres de 1,6 litre dont la cote de consommation moyenne à été établie à  8,4 litres au 100 km.

Le véhicule, deux portes, est muni d’une boîte de transmission manuelle à 5 rapports.

Le véhicule coréen est équipé de la radio satellite et de la climatisation.

Il possède des sièges baquets et en tissu.

Finalement au niveau sécurité il y a un coussin gonflable pour le conducteur.

Ce 2000 Daewoo Lanos affiche au compteur 119 535 kilomètres et il est de couleur blanc.

Le véhicule est en vente à Saint-Étienne-Des-Grès et le revendeur, J.M.Grenier demande  1 500$.

Consulter nos autres trouvaille de la semaine.

 

 

The Grand Tour

Série The Grand Tour sur Prime Video

En rafale nous avons écouté les deux saisons disponibles de la série The Grand Tour sur Prime Video d’Amazon.

Jeremy Clarkson (présentateur et journaliste britannique spécialisé dans l’automobile), James May (présentateur de la BBC, journaliste et écrivain) et Richard Hammond (animateur de télévision et de radio britannique), trois anciens collaborateur de la série Top Gear, vous amènent ailleurs avec The Grand Tour, une cette série sur l’automobile. Des critiques sur des supercars, des essais colorées et surtout beaucoup d’aventures de par le monde.

Une série d’émissions très bien filmée et disponbles en format 4K. La série est également traduite en Français.

Le public cible de la série The Grand Tour est l’amateur automobile mais l’humour est aussi au rendez-vous! Rares sont ceux qui n’apprécieront pas une telle série.

Nous avons beaucoup aimé. Deux exceptions, la section « Celibrity Brain Crash » trop prévisible de la première saison. Et remplacée en longueur dans la seconde saison. Mais exception de cela c’est une grande série d’émissions sur le monde automobile.

Durant la saison 1 la tente des trois animateurs parcourent le monde. Durant la saison 2, celle-ci est établie en permanence en Angletere. Il était plaisant de voir en rafale la préparation de la tente épisode après épisode, Amazon a probablement coupé dans les coûts de production au niveau du voyagement de la tente afin de certainement maximimer les aventures de par le monde.

The Grand Tour, à voir et revoir! La 3e saison est attendue tard à l’automne 2018 mais aucune date n’est encore annoncée.

En voici un aperçu:

 

 

Tesla

Rien ne vas plus en bourse pour Tesla

Après avoir été le fabricant automobile américain pesant le plus cher en bourse, voilà que depuis 15 jours rien ne va plus chez Tesla.

Les investisseurs continuent de larguer le titre en bourse. Celui-ci est passé de $357,42 le 26 février à $257,48 ce 28 mars. 18 Tesla ne pèse plus que 43,5 milliards en bourse, elle en qui en pesait 61 milliards en février.

Une seule chose évidente peut expliquer ce largage de la part des actionnaires. Le titre de Tesla n’a rien rapporté en un an en bourse.

Mais attention si ce rendement continue d’être nulle, voire négatif, de gros investisseurs pourraient alors larguer leurs actions. Ce qui pourrait entraîner une chute encore plus abrupte pour l’action de Tesla.

Comme Tesla a une lourde dette qui croit plus rapidement que ses revenus, il y a aucun doute qu’à moyen terme elle devra emprunter. Il sera alors difficile de se tourner vers le marché et émettre de nouvelles actions si celles-ci tombe comme des roches dans l’eau claire.

Pour ne rien aider à la cause des actions de Tesla qui chutent en bourse, en fin d’après-midi mercredi, Moody’s a lourdement sanctionné Tesla en abaissant sa carte de crédit de B3 à CAA1.  Ce qui fera en sorte qu’il sera difficile pour l’entreprise californienne d’emprunter à de bons taux d’intérêt. En ce sens, une prochaoine décote de Moody’s pourrait être fatale à Tesla dont les liquidités pourraient manquer dès le mois d’août prochain.

En plus, à long terme ce qui pourrait peser davantage sur l’action de Tesla et qui est actuellement une épée de Damoclès au-dessus de l’entreprise, c’est la compétition. Celle-ci est de plus en plus féroce.

Il ne se passe pas deux semaines sans qu’un nouveau modèle de véhicule hybride, 100% électrique ou à hydrogène soit annoncé dans les médias. Chaque nouveau véhicule annoncé représente un nouveau compétiteur pour les véhicules de Tesla.

Tout cette pression n’aide en rien Tesla qui peine à faire des profits. L’entreprise californienne a perdu 1,9 milliards l’an dernier et espère toujours afficher des profits.

De plus une mauvaise posture financière pourrait éloigner des acheteurs potentiels de véhicules de la marque Tesla et se tourner vers la compétition.

Par exemple, est-ce que le dépôt demandé par Tesla pour commander un modèle via son site Internet est garanntie dans le cas où l’entreprise se met à l’abri de ses créanciers (chapter 11)?