2008 Chevrolet Impala

2008 Chevrolet Impala, notre trouvaille de la semaine du 27 novembre 2017

Sur le populaire site Internet d’annonces classées LesPacs, AutoCarbure.com a déniché un 2008 Chevrolet Impala. C’est notre trouvaille de la semaine du 27 novembre 2017.

Le véhicule est en vente à Nicolet, le vendeur en demande 4 995$ et il spécifie que le prix est ferme.

Ce serait, aux dires du vendeur, un particulier, un véhicule ayant auparavant appartenu à l’Institut de Police de Nicolet qui a été utilisé par les étudiants pour l’apprentissage de la patrouille dans la ville de Nicolet.

Le véhicule a donc un embrayage et une suspension améliorée (police pack).

C’est un Chevrolet Impala doté d’un moteur à 6 cylindres de 3.9 litres. Le véhicule a seulement 78 000 kilomètres au compteur.

Il est doté d’une transmission automatique et de roues motrices avant.

 

Appel de phares

Légende urbaine: Appel de phares identifié aux gangs de rue

L’appel de phares identifié aux gangs de rue est en fait un canular disant de ne pas faire clignoter ses phares si l’on croise une voiture avec les phares éteints pour l’en avertir. Il s’agirait d’un rite d’initiation d’un gang de rue.

Cette légende urbaine refait surface de temps en temps via les médias sociaux comme Twitter ou Facebook. Ne vous en occupez pas, il en est rien.

L’appel de phares est encore largement utilisé par les automobilistes pour communiquer entre eux dans diverses situation. La plus connue est celle qui avertit d’une présence policière et qui vous invite à ralentir votre véhicule pour pas attraper une contravention de vitesse.

L’autre utilisation fréquente d’un appel de phares par des automobilistes est le soir pour vous signalez que vos phares ne sont pas allumés.

Le PhotoBlocker Spray pour contrer les radars photo au Québec

Le PhotoBlocker Spray ou au Québec renommé par certains journalistes, Photo Blocker spray est un produit en vente sur le marché pour contrer les radars photo présents sur le territoire québécois.

Il est illégal de l’utiliser sur sa plaque d’immatriculation selon la Sûreté du Québec mais il ne serait pas illégal de le vendre ou de l’acheter. Déjà aux États-Unis, le produit est en vente libre. On sait qu’aux États-Unis, chaque état à sa propre législation. Plusieurs commerçants américains le vendent, aux alentours de 39,99 dollars américains par canette.

Éric Gagnon, de l’entreprise, bien connue au Québec, Zéro Ticket, vend le PhotoBlocker spray, un vaporisateur qu’on applique sur sa plaque d’immatriculation.

Une fois appliqué, le produit réfléchit la lumière du flash du radar photo. Ainsi, les lettres et numéros inscrites sur la plaque deviennent illisibles.

Les radars photo sont les ennemis des automobilistes le long des routes de bon nombre de provinces et d’états américains et bon nombre d’entreprises rivalisent de produits astucieux pour tenter de les contrer.

La compagnie OnTrack quant à elle, vend un protège-plaque d’immatriculation capable d’empêcher la réflection sur votre plaque. Vous ne modifiez donc pas votre plaque, vous demeurez en règle. Ce type de protège-plaque est moins efficace que le PhotoBlocker spray qui lui par contre est illégal au Québec car vous modifiez votre plaque d’immatriculation en utilisant le produit.

Plusieurs produits industriels de peinture en vente sur Amazon.com, peuvent également recouvrir une surface et réfléchir la lumière.

La police de Denver, au Colorado a dans une vidéo de 2011 prouver que le Photoblocker spray est efficace contre les photos radars. Quoi qu’il en soit le meilleur moyen de ne pas vous faire prendre par un radar photo sur les routes du Québec est de respecter les limites de vitesse en vigueur. Vous pouvez aussi vous munir d’application pour votre téléphone intelligent, plusieurs tel que Waze, qui a déjà fait l’objet d’un article dans AutoCarbure.com, sont efficaces à déjouer la présence de radar photo car c’est une base collective que les utilisateurs de ces applications dénoncent l’emplacement de radars photo aux autres automobilistes.

Autopatrouilles électriques BMW i3

Au lieu de TESLA, le LAPD octroie un contrat à BMW pour l’achat d’autopatrouilles électriques

BMW a battu Tesla Motors pour fournir une flotte d’autopatrouilles électriques à la police de Los Angeles, le prestigieux LAPD.

Le LAPD avait testé tant la Tesla Model S P90 que la BMW i3 en septembre 2015.

Mercredi, BMW a annoncé avoir gagné un contrat de 100 véhicules entièrement électrique, BMW i3 qui ne seront pas utilisé en situation d’urgence ou de poursuites à haute-vitesse.

Le coût aurait été un facteur majeur dans la décision. Le prix, en dollars américains, de la BMW i3 débute à $42 400 et la Tesla Model S P90 débute à $100 000.

Mais Tesla s’en viens avec un Model 3 qui débutera au prix, en dollars américains, de $35 000 et GM développe présentement une version entièrement électrique de la Chevrolet Bolt qui débutera au prix, en dollars américains de $30 000.

En plus de la différence de prix, la P90 de Tesla vient avec un paquet de fonctionnalités que le LAPD n’aurait pas utilisé dont la conduite automatique du véhicule.

En contrepartie, pour la vitesse, la Tesla Model S P90D peut obtenir une mise à jour qui fait passer son accélération de 0 à 100 km/h en seulement 2,8 secondes.

BMW construira également des infrastructures de chargement aux alentours de Los Angeles pour servir la nouvelle flotte.

 

Emplacement de radar photo au Québec

Le radar photo au Québec est devenu une machine perceptrice d’impôts pour le gouvernement du Québec.

Il existe maintenant le radar photo mobile. C’est à dire un radar photo monté sur une unité mobile.

Une page sur Facebook vous informe de l’emplacement de radar photo partout sur le territoire du Québec.

Il y a l’économie collaborative comme AirBnB, Uber ou Lyft et il y a maintenant des outils collaboratifs de dénonciations.  Les gens collaborent sur cette page Facebook, pour vous évitez de vous faire prendre par un radar photo.

L’application pour téléphone intelligent Waze, moins utilisée au Québec, peut aussi vous informer de la présence de radar photo dans les secteurs plus habités.

Le 30 septembre dernier le Journal de Montréal avait listé sur une carte les emplacements des radars photo sur le territoire du Québec. Malheureusement ils ne tiennent pas cette carte à jour.

Le Ministère du Transport du Québec (MTQ) dresse une liste par régions sur son site Internet. Mais côté précision il n’y a rien de mieux que la collaboration entre automobilistes pour avoir une liste à jour de l’emplacement de radar photo.

Pour éviter le radar photo au Québec, certain disent sur les médias sociaux que d’ajouter une pellicule de type Saran wrap sur votre plaque d’immatriculation évite que la photo de votre plaque prise par le radar photo soit claire. Si vous cherchez dans votre moteur de recherche préféré comment contrer les radars photo vous trouverez tout plein de moyens.

Avez-vous vraiment les moyens de tester ces moyens? Le meilleur moyen de ne pas se faire prendre est encore de ralentir et d’éviter d’être une entrée comptable dans la colonne revenus du gouvernement pour qui le radar photo est une vache à lait.

En terminant doit on dire photo radar ou radar photo? Le terme exacte qu’emploi le MTQ est radar photo.

 

 

 

 

Infiltration – street racing

Bonne émission à ZTélé, Infiltration, ayant comme sujet le street racing i.e. courses de rues et aimée par P.Y. Lord.  Est-ce que le street racing est encore présent au Québec?

En résumé l’animateur cherche à savoir si le phénomene de street racing est encore bien présent au Québec. Le reportage démontre que plusieurs jeunes vont s’affronter dans les autodromes, de façon légale, sur le 1/8 de mile pour environ 10$ et la police s’en félicite.

Mais on découvre que les courses de rues existent encore sur le champ, certains véhicules (automobiles et motocyclettes) s’affrontent de façon impromptue sur des routes et autoroutes du Québec. D’autres propriétaires de véhicules haute performance s’affronteraient dans des lieux secrets et filment leurs performances. À visage découvert et avec plaque d’immatriculation brouillés, on se demande si les corps policiers du Québec ne vont pas saisir les bandes pour émettre des contraventions ou du moins effectuer une visite de courtoisie aux différents propriétaires de ces véhicules.

Les jeunes disent qu’ils ont la vitesse dans le sang et plusieurs dépensent beaucoup pour améliorer la performance de leurs bolides et ne se voit pas arrêter même dépasser la trentaine.

Pour plus de détails sur l’émission, rendez-vous sur le site de ZTélé.

 

 

Constats d’infraction vous obtiendrez, si tout de même vous suivez les limites de vitesse par mauvaises conditions routières

Les policiers du Québec pourraient remettre des constats d’infraction s’ils constatent que la vitesse d’un véhicule est excessive par rapport aux conditions routières en vigueur, et ce, même si la limite indiquée sur les panneaux de signalisation est respectée.

Le tout est malheureusement laissé au jugement du policier.  L’équipe d’AutoCarbure.com déplore cette mesure qui donne trop de poids au policier qui émet le constat et laisse toute contestation de mauvais temps ou d’interprétation des conditions routières en vigueur au niveau de la parole du policier contre celle du conducteur du véhicule fautif.

Selon l’article 330 du Code de la sécurité routière (Csr), le conducteur doit réduire sa vitesse lorsque les conditions de visibilité sont rendues insuffisantes à cause de l’obscurité, du brouillard, de la pluie ou de précipitations ou lorsque la chaussée est glissante ou partiellement dégagée. Les contrevenants s’exposent à une amende de 60 $ plus les frais et à deux points d’inaptitude.

Rappel

Aussi les usagers de la route doivent aussi déneiger leur véhicule et s’assurer que le pare-brise, les vitres, les phares et les feux de signalement sont libres de glace, de neige ou de boue. Ne pas le faire, constitue un danger pour le conducteur, mais également pour tous les autres usagers sur la route.

Les usagers doivent également s’assurer que leur plaque d’immatriculation demereunt lisible.   On ne vas pas s’éterniser sur le sujet, une plaque illisible ne permet pas de vous captez sur les photo-radar ni aux caméras sur les véhicules de police de la scanner.

 

Pneus d’hiver avant le 15 décembre

Finalement,  les propriétaires de véhicules ont jusqu’au 15 décembre pour munir leurs véhicules de pneus d’hiver qui doivent arborer le pictogramme représentant une montagne sur laquelle est surexposé un flocon de neige.

Compte tenu qu’au 15 décembre il y a déjà de la neige dans plusieurs régions du Québec, l’équipe d’AutoCarbure.com serait en faveur que cette loi soit ajustée selon les régions du Québec.  Par exemple au Saguenay-Lac-St-Jean, la date d’entrée en vigueur devrait plutôt être le 15 novembre.  Bon nombre se font prendre avec une tempête à la fin novembre et toujours à rouler sur des pneus d’été.

Les pneus quatre saisons, un retour?

Mais encore plus, chez AutoCarbure.com nous pensons que les jadis pneus quatre saisons faisaient très bien l’affaire dans plusieurs régions du Québec et aimerions que le gouvernement reconsidère son obligation de munir les automobiles de pneus d’hiver au moins dans certaines régions du Québec.  À moins qu’on puisse prouver avec chiffres à l’appui qu’il y a moins de sorties de routes l’hiver avec les véhicules munis de pneus d’hiver qu’à l’époque avec des véhicules munis de pneus quatre saisons.  Il faut avoir conduit les deux pour comprendre que l’un en bon état est aussi efficace que l’autre en bon état.  Même qu’un pneu quatre saisons premier hiver et second hiver est autant efficace qu’un pneu d’hiver seconde année.

Usez de prudence lorsque vous placez une annonce de votre véhicule sur un site Internet

Nombreux propriétaires vendent leur véhicule via un site Internet.

C’est la grande mode, c’est souvent gratuit ou peu coûteux et très efficace.

Mais attention.  Usez de prudence.

Certains propriétaire sont si peu vigilants qu’en lisant leur annonce on peut en apprendre beaucoup sur eux.

Tout d’abord, lorsque vous publiez une ou des photos de votre véhicule sur un site Internet quelconque, masquer la plaque d’immatriculation. Oui nombreuses personnes peuvent accéder à votre numéro de plaque et vous identifiez.  Ce n’est pas trop grave la plupart de ces personnes sont policiers.  Mais d’autres sont malins et savent par exemple qu’une séquence quelconque de 3 lettres indique que votre véhicule a été immatriculée dans un bureau de la SAAQ dans un certain secteur d’une ville.

Masquez aussi celle d’en avant si vous en avez une qui sert de décoration.  Celle-ci est un signe distinctif et on peut facilement reconnaître votre véhicule.

Il existe des outils simples, peu coûteux ou souvent gratuit qui permettent de masquez des objets sur une photo.

Ne prenez pas les photos que vous publierez sur le site devant chez vous.  Idéalement dans un stationnement vaste d’un centre commercial ou d’un supermarché et de préférence pas celui qui est près de chez vous.

En n’étant pas prudent, si vous annoncez un type de véhicule recherché par les voleurs, ceux-ci n’auront qu’à le cueillir en votre absence tellement que vous leur donnez d’indications précises sur son emplacement.

Soyez prudents!

Si vous publiez un numéro de téléphone sur un site d’annonce assurez-vous que c’est celui d’un téléphone portable et non de votre ligne de maison.  Il est trop facile d’utiliser un site de « reverse a call » et ainsi obtenir toutes vos coordonnées.

Autre point à être prudents, ne publiez pas de photos de votre véhicules avec des individus sur les photos ou encore des photos avec des effets personnels dans la voiture.

Certains sites vous demandez un code postal, vous n’êtes pas obligé de donner le votre exactement si vous habitez une grande ville.

Laissez le moins d’indice possibles afin qu’on ne puisse pas vous identifiez ou encore qu’on puisse connaître l’endroit exact où se trouve votre véhicule.

Puis, une fois vendu, retirer rapidement votre annonce du site Internet, par respect pour le nouveau propriétaire.

Le web c’est une bonne façon de vendre votre véhicule mais usez de prudence.

 

Sur les autoroutes, la conduite dans la voie de gauche est un problème plus criant à combattre au Québec.

Récemment la Sûreté du Québec annonçait qu’elle allait pénaliser les conducteurs qui suivent de trop près. Effectivement c’est dangereux. et une bonne chose à pénaliser.  Mais l’équipe d’AutoCarbure.com juge qu’il y a un problème plus criant à combattre sur les autoroutes du Québec.

La conduite inutile dans la voie de gauche sur les autoroutes.

En Ontario ils ont réglé ce problème il y a longtemps. Si vous avez déjà pris la 401 vers Toronto ou la 417 vers Ottawa vous êtes au courant de la façon simple à laquelle les autorités ontariennes ont réglé ce problème.  Même dans les états américains limitrophes au Canada ils ont réglé le problème des lambineux dans la voie de gauche sur les autoroutes.

Identification du problème

Vous n’êtes pas sans savoir quel est le problème de cette conduite qui s’éternise dans la voie de gauche sur les autoroutes du Québec, que vous circuliez sur la 40, la 30, la 20 ou la 10 où c’est plus criant.  La même situation est observée sur la 132, la 116 et beaucoup de routes provinciales qui sont à quatre voies aux abords des grands centres urbains.  Ça cause des bouchons monstres.  Les gens roulent à gauche à une vitesse parfois inférieur à 100 km/h ou même inférieure à ceux qui circulent dans la voie de droite, ce qui rend totalement impossible tout dépassement.

Vous pouvez compter des dizaines de minutes de perte de temps à cause de ces situations facheuses où un ou des véhicules roulent dans la voie de gauche à une vitesse inférieure à celle du flot de trafic dans la voie de droite.

La solution simple

En Ontario et aux États-Unis ils ont réglé le problème tout simplement en plaçant des pancartes le long des autoroutes qui mentionnent «Slower traffic keep right» ou encore « Left lane for passing only». Traduction pour ceux qui leur Anglais est déficient, « Circulation lente gaerdez votre droite » et « Voie de gauche pour dépasser seulement ». Les State troopers américains et l’OPP ontarienne sont sans pitié si vous n’appliquez pas cela.

Pas de baladeurs du dimanche dans la voie de gauche, sinon on vous colle une contravention. Même chose si vous circulez dans la voie de gauche à une vitesse inférieure a flot du trafic dans la voie de droite.

Au Québec

On ignore ce que les autorités attendent pour mettre pareille mesure en place au Québec.  Déjà que les autoroutes 10, 20 et 40 ne fournissent pas au flot de trafic les week-ends, si la circulation ne peut s’effectuer dans une logique, bienalors  compter de 25 à 40% plus de temps pour vous rendrez à Québec, Drummondville ou Sherbrooke durant les jours de week-end à partir de Montréal et l’inverse est tout autant vrai.

De plus le fait de devoir freiner à plusieurs reprises à gauche qu’il vous est impossible de dépasser par la voie de gauche, augmente votre consommation d’essence donc du même coup la quatité de CO2 que votre véhicule relâche dans l’atmosphère de la belle province québécoise.  Ainsi, dans une province qui se dit très verte, il serait temps que le gouvernement y voit et applique des mesures simples et efficaces.

La méthode ontarienne et américaine est peu coûteuse à instaurer et très efficace.  Rendez-vous à Ottawa, Toronto, Boston, Portsmouth ou Albany et jamais votre circulation ne sera perturbée par des lambineux dans la voie de gauche.

Qu’attend le gouvernement du Québec pour rendre nos autoroutes plus efficaces?