Niki Lauda

Le grand Niki Lauda est mort

C’est avec tristesse tôt ce mardi matin que l’équipe d’AutoCarbure a appris la nouvelle de la mort de l’ancien pilote, triple champion du monde, Niki Lauda, à 70 ans.l

Lauda est décédé lundi, paisiblement, à Zurich en Suisse. La nouvelle a été confirmé par le docteur Walter Klepetko qui avait procédé a une transplantation pulmonaire sur Lauda l’année dernière. Lauda avait subitement disparu des paddocks de l’écurie Mercedes, il avait été annoncé que ce dernier devait subir une greffe pulmonaire.

On aura jamais revu Lauda dans les paddocks de la F1.

Il était devenu ces dernières années un important conseiller dans l’écurie Mercedes. Il a entre autre été longtemps le médiateur entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton qui ne cessaient de se chamailler durant les années 2014 à 2016.

Auparavent, Lauda a été une légende de son sport. Né d’une famille très riche en 1949, il s’est acheté un volant au sein de l’écurie March en 1971. Ce n’est qu’en 1974 que sa première victoire surviendra, alors qu’il aura joint Ferrari. Il gagne en Espagne. La saison suivante, 1975, il remporte le championnant avec 5 victoires.

En 1976, une rivalité éclate avec James Hunt qui pilote pour McLaren. Leur rivalité a fait l’objet d’un film en 2013, Rush, de Ron Howard. Lors de cette saison 1976, le grand prix d’Allemagne change le cours de sa vie. Il est alors sur le légendaire circuit du Nürburgring et Lauda crashe avec sa Ferrari qui s’enflamme subitement. Lauda est prisonnier de son cockpit, plusieurs pilotes s’arrêtent alors pour l’aider à sortir de sa voiture. Lauda subit de profondes brûlures internes et externes. Il aura été dans sa voiture en flammes environ 50 secondes. Ses plus profondes blessures sont aux poumons pour les gaz et les flammes inhalés durant l’accident.

Un coma de quelques jours et après avoir subi quelques greffes de peau, six semaines plus tard Lauda se dit fin près à prendre le volant pour l’épreuve de Monza. Il terminera 4e.

Niki Lauda s’était ça. Une force de caractère, une détermination, un vainqueur. C’était un grand pilote et il connaissait la mécanique. Il rentrait aux puits après des essais et savait exactement quels réglages effectuer sur la voiture pour gagner ce petit quart de seconde qui fait parfois toute la différence. Lauda perdra le championnant par 1 point, abandonnant la course au Japon sous une pluie après deux tours. Hunt remporta le championnat 1976.

La saison suivante, 1977, Lauda remporte le championnant des conducteurs. Assuré du titre, il décidera de quitter Ferrari après la 15e course de la saison, le Grand Prix des États-Unis. Ce fût une saison horrible au plan personnel pour lui, la rivalité avec coéquipier Carkis Reutemann. Plus tard cette saison là, Ferrari donne un volant à un certain Gilles Villeneuve.

Lors des saisons 1978 et 1979, Lauda pilote pour Brabham. Il annoncera sa retraite au Grand Prix du Canada à Bernie Ecclestone, alors responsable de l’écurie Brabham.

Lauda aura aussi connu du succès en affaires lui qui était un passionné d’aviation. Dès sa première retraite en 1979, il décide d’administrer à temps plein la compagnie qu’il avait fondé, Lauda Air.

En 1982, Lauda décide de revenir en F1, il pilotera une McLaren. En 1984, il remportera son 3e titre. En 1985, il prendra définitivement sa retraite comme pilote.

En 1993, il revient en F1 comme administrateur dans l’équipe Ferrari.

Plus tard son rôle le plus récent, en 2012, il est nommé directeur non exécutif chez l’écurie Mercedes AMG Petronas. Il a pris part aux négociations qui ont amené Lewis Hamilton à piloter chez Mercedes.

Niki Lauda un grand, qui aura marqué son sport et, outre parents et amis, il laisse dans le deuil de nombreux fans et admirateurs.

 

Sergio Marchionne, ex grand patron de Ferrari, est décédé

Sergio Marchionne est mort!

Le grand patron de FIAT et Ferrari jusqu’à la semaine dernière, l’Italo-Canadien Sergio Marchionne, est décédé à l’âge de 66 ans. C’est une terrible nouvelle dans la stratosphère automobile.

M. Marchionne, était la figure emblématique et grand patron du géant automobile Fiat Chrysler (FCA) (incluant Ferrari) pendant 14 ans.

Il est mort ce mercredi matin , plongeant toute la nation italienne dans le deuil.

M. Marchionne était hospitalisé à Zurich, depuis une opération subie en fin juin et officiellement à une épaule. Mais il aurait souffert de complications inattendues tellement que samedi par communiqué le groupe FCA a annoncé qu’il ne reviendrait pas à la tête de Fiat, le plius important employeur privé d’Italie et 9e constructeur automobile de la planète.

Pour l’italie c’est une perte presqu’aussi légendaire que celle d’Enzo Ferrari en 1988.

La famille Agnelli, propriétaire historique de Fiat s’est dit, par voie de communiqué, que c’était avec grande tristesse qu’ils apprennaient la mort de Sergio Marchionne.

Un peu à la Steve Jobs, Sergio Marchionne était le dirigeant d’entreprise aux éternels pulls ou polos noirs.

Il est l’homme qui a sauvé Fiat de la faillite. Il avait pris les commandes du groupe Fiat en 2004, pour le remodeler profondément, en le redressant, puis en 2014, le fusionné en parti avec le 3e constructeur américain, Chrysler, tout en créant une division CHN Industrial pour y regrouper les activités de gros moteurs et camions et séparer le joyau du groupe, Ferrari.

À l’annonce du décès de Sergio Marchionne, les députés de la Camera dei deputati du parlement de la République italienne ont observé une minute de silence, qui s’est ensuite terminée par des applaudissements.

Les médias et une grande partie de la classe politique de par le monde n’ont d’ailleurs cessé ces derniers jours de lui rendre hommage, même si son franc-parler et sa culture anglo-saxonne en ont souvent fait grincer des dents plus d’un.

Silvio Berlusconi, ancien chef du gouvernement italien, a souligné que l’histoire de Marchionne était une belle histoire italienne, celle du fils d’un carabinier obligé d’émigrer, qui a su faire honneur à son pays par les études et le travail jusqu’à devenir l’une des figures emblématique du génie italien dans le monde.

Samedi dernier, face l’éminnence de sa mort, le groupe FCA a dû trouver en urgence des successeurs à Sergio Marchionne. Ainsi, le patron de la division Jeep, Mike Manley, a pris la tête de FCA, et l’ancien directeur général de Philip Morris, Louis Carey Camilleri, celle de Ferrari, tandis que la présidence de CNH Industrial est désormais assurée par la Britannique Suzanne H. Wood. Trois personnes pour en remplacer une.

Dans les paddocks à Hockenheim le week-end dernier, plusieurs rumeurs couraient au sujet de qui s’alignera avec Ferrari l’an prochain aux côté de Sebastian Vettel. Marchionne était un grand partisan de Charles Leclerc. Maintenant mort, est-ce que Leclerc ira chez Ferrari ou bien si son directeur Maurizio Arrivabene resignera Kimi Raikkonen.  À en croire la conversation radio interceptée durant le Grand Prix de Hockenheim entre Raikkonen et Jock Clear son ingénieur en chef, alors que ce dernier lui demande indirectement de laisser passer Vettel derrière lui, et que Raikkon répond d’être plus clair, on peut croire que les tensions sont vives actuellement entre Raikkonen et la Scuderia.

Malgré le décès de Sergio Marchionne, FCA a maintenu l’annonce de ses résultats trimestriels prévus ce 25 juillet. Ces résultats, les derniers de l’ère Marchionne, s’annoncent pour être un record.

À l’ouverture des marchés boursiers les actions de FCA (en Italie et aux États-Unis) décroche respectivement de 9% et 10%.

Max "Worsthappen" Verstappen qui vient d'entrer en collision avec Sebastian Vettel

F1: Max Worsthappen frappe encore

Au Grand Prix de Chine à Shanghai, Max Verstappen, qu’AutoCarbure surnomme maintenant Worsthappen, a encore frappé.

Son agressivité et sa témérité ont encore pris le dessus dans sa tête pour causer d’autres dommages à ses adversaires.

Cette fois-ci sa victime est Sebastian Vettel de chez Ferrari avec qui il est entré en collision au 44e tour et ce sans équivoque.

Nous pensons chez AutoCarbure que Max Verstappen doit être sanctionné par la FIA. Une suspension, rien de moins. Une sanction qui le fera réfléchir. Les pilotes de F1 sont en danger quand Verstappen est sur la piste. Nous pensons que les pilotes de F1 devraient tenir une réunion et donner un sévère avertissement à Verstappen.

Verstappen s’est vu imposer une pénalité de 10 secondes pour avoir causer délibérement une collision. 10 secondes ajoutées à son temps final.

Mais une telle pénalité est une vraie farce pour la F1 et ses fans.  Cette pénalité de 10 secondes a coûté à Verstappen qu’une place mais n’a aidé en rien sa victime Sebastian Vettel qui au final aura terminé 8… loin derrière Verstappen.

La pénalité imposée à Verstappen aurait dû être rien de moins qu’un drapeau noir (disqualification) ou du moins un passage obligatoire par les puits et l’imposition d’un décompte de 10 secondes.

Au final Daniel Ricciardo sur Red Bull aura remporté ce Grand Prix devant Valterri Bottas et Kimi Raikkonen. Lewis Hamilton termine 4e et Max Worsthappen termine 5e.

Quant au québécois Lance Stroll, parti en 18e position, il a connu un excellent départ gagnant 6 places après le premier tour au final il termine en 14e place.

Cet incident de Worsthappen relance le championnat des conducteurs. Sebastian Vettel est toujours en tête avec 54 points mais Lewis Hamilton n’est plus qu’à neuf points de lui.

En entrevue à la fin du Grand Prix, Sebastian Vettel a mentioné que Verstappen a passé le cap de mettre un tel incident sur la faute de son inexpérience en F1.

Ferrari

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix d’Australie

Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix d’Australie 2018 au volant de sa Ferrari tout juste devant le champion du monde en titre Lewis Hamilton sur Mercedes.

Kimi Raikkonen, sur Ferrari, a terminé en 3e position.

Daniel Ricciardo sur Aston Martin – Red Bull termine 4e et ce qui augure bien comme résultat pour McLaren, Fernando Alonso termine 5e. Il semble que le pari de McLaren d’abandonné le motoriste Honda pour Renault rapporte déjà.

Le québécois Lance Stroll termine quant à lui en 14e position.

Pour se hisser en tête, Sebastian Vettel a profité d’un ralentissement du peloton provoqué par la voiture de sécurité virtuelle (VSC), tout juste avant la mi-course, pour ressortir de son arrêt aux puits juste devant Lewis Hamilton et lui résister jusqu’à la fin afin de décrocher sa troisième victoire en carrière en Australie.

On a pu apprendre durant cette course que Sebastian Vettel est entré dans un club très sélect. Celui d’avoir effectué un 3 000e tour du meneur d’un Grand Prix en carrière. Il rejoint ainsi Lewis Hamilton et Michael Schumacher dans ce club très sélect.

L’écurie américaine Haas dont Ferrari fournit les moteurs étaient en belle position sur la grille 4e et 5e mais les pilotes Danois Kevin Magnussen et le Français Romain Grosjean ont dû coup sur coup avandonné quelques secondes après avoir ravitaillé et ce pour la même raison: mauvais serrage d’une roue.

La voiture Haas de Grosjean étant très mal placée, la VSC a été remplacée par une vraie voiture de sécurité, sur la piste ce qui a permis à Sebastian Vettel de confirmer sa 1ere position sur la piste avant la relance.

La toute nouvelle saison de F1 a offert une nouvelle signature infographique pour mieux suivre le Grand Prix. Ainsi tout au long de l’événement lorsque des prises de vue suivaient des voitures, il était indiqué à l’écran à quel section du circuit, Albert Park, l’angle de caméra était pris. Aussi lorsqu’il y avait une « bataille » pour une position, c’était bien indiqué dans l’infographie. Les pilotes ayant abandonné sont aussi mieux indiqué dans l’infographie cette saison.

Dans l’ensemble ce fût une meilleure expérience télévisuelle que l’an passé.

Le Grand Prix d’Australie aura permis de constater de belles avancées pour les écuries McLaren et Haas. Il pourrait donc y avoir une rivalité à 3 écuries pour la 3e position du championnat des constructeurs entre McLaren, Hass et Aston Martin – Red Bull.

Quant à Williams, le très expérimenté et retraité Felipe Massa risque de manqué pour son apport aux différents réglages. Le pilote doyen de l’équipe est maintenant Lance Stroll. Évidemment Robert Kubica est le pilote d’essai. Mais ce dernier ne participe pas aux essais libres du vendredi ni aux qualifications du samedi.

 

Le circuit d'Albert Park à Melbourne hôte du Grand Prix d'Australie

La saison 2018 de F1 débute ce week-end en Australie

Les voitures F1 ont roulé cette nuit en Australie (heure du Québec) pour les premiers essais libres du Grand Prix de Melbourne, première épreuve de la saison 2018.

Le champion du monde en titre, Lewis Hamilton a dominé ces essais avec un temps de 1:23.931 devant Max Verstappen et son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas.

Ensuite viennent les deux Ferrari en 4e et 5e position, dans l’ordre Raikkonen et Vettel.

Le Québécois Lance Stroll  et sa Williams n’a pu faire mieux qu’une 14e place à près d’une seconde et demie de Hamilton.

Du côté de McLaren et son nouveau moteur Renault, le pilote Espagnol Fernando Alonso a fait le 8e meilleur temps ce qui augure bien.

La saison 2018, a de grandes expectations pour les écuries de haut niveau. Celles de second plan espère atteindre un podium de temps à autre et se classer parmi les 4 et 5 top écuries.

Ce qui retient l’attention en F1 ces jours-ci sont les menaces de départ du grand patron de Ferrari, Sergio Marchionne, qui menace de quitter le grand cirque de la F1 à la fin de la saison si Liberty Media s’acharnait à ne pas les laisser travailler en toute liberté.

Au final le grand patron de la Scuderia a dit « Si l’on ne peut plus différencier un concurrent de l’autre d’un point de vue technique », alors ce sport “ne l’intéresse plus”.

Ferrari qui quitterait la F1 serait comme les Yankees de New York qui quitte la MLB, les Canadiens de Montréal la LNH ou encore les Celtics de Boston quittant la NBA.

Liberty Media devrait s’ajuster et se rappeler que la F1 ce n’est pas le NASCAR et quant au PDG de Ferrari il devra se mettre en tête qe son écurie ne peut être plus grande que son sport.

C’est toute une saison 2018 qui promet tout au cours des 21 épreuves de la saison. Ne manquer pas la 7e épreuve, le Grand Prix du Canada.

N’oubliez pas que si vous désirez suivre le Grand Prix d’Australie, celui-ci a lieu dans la nuit de samedi à dimanche pour les québécois.

Renault

F1: Le nom Renault devrait briller davantage comme motoriste en 2018

Pour ceux qui ne le savent pas encore , lors de la saison 2016 ça été le grand retour de Renault en F1 comme constructeur. Ça passé inaperçu pour plusieurs car l’an passée pour la majorité des fans de F1 québécois, tous les yeux étaient rivés sur Lance Stroll.

La performance de Renault durant les saisons 2016 et 2017 ont aussi passé inaperçu. 41 Grand Prix de disputés, aucune victoire, aucun podium… aucun meilleur tour. 9e constructeur au championnat en 2016, 6e en 2017.

La saison 2018 de Renault Sport Fomula One Team se fera encore avec les pilotes Nico Hückenberg (Allemagne) et Carlos Sainz Jr. (Espagne). Passablement les mêmes que l’an passée alors que Joylon Palmer (Angleterre) a quitté après le Grand Prix du Japon.

Rien ne s’annonce bien mieux sous le soleil pour la saison 2018 de Renault Sport Formula One Team.

Bien camouflé sous une tonnes de commanditaires, Renault flamboyait plutôt dans l’ombre pendant les dernières saisons sous l’écurie Red Bull qui devient en 2018 l’écurie Aston Martin – Red Bull mais toujours propulsé par un moteur Renault masqué au nom du commanditaire suisse TAG Heuer.

Renault devrait à nouveau flamboyer, avec mention cette saison, du côté de l’écurie McLaren puisqu’elle leur fournira le moteur, alors que McLaren a mis fin à son entente avec le motoriste japonais Honda. Des problèmes de moteurs à répétitions sont venus minés la collaboration des deux entreprises.

Ainsi Renault va doublement compétitionner sa propre écurie en fournissant son moteur à McLaren qui elle semblait posséder tout les éléments sauf un moteur fiable et bien sûr à Aston Martin – Red Bull.

McLaren est certaine que le problème qui l’empêche de redevenir compétitive est le moteur (on a pu le voir dans la mini série Grand Prix Driver produite par Michael Douglas). Alors elle espère accumuler des podiums avec le moteur Renault cette saison. McLaren a un historique de victoire en F1, elle se classe seconde parmi tous les constructeurs pour le nombre de victoires avec 182. Seule l’écurie Ferrari est devant eux.

Sauf que McLaren n’a pas goûté à la victoire d’un championnat de constructeur depuis 1998 et elle a connu un hiver difficile avec les essais. Malgré tout, toute l’équipe de McLaren est optimiste et toujours satisfaite de son choix de délaisser Honda au détriment de Renault. Si les résultats sont là, cela fera briller le nom Renault comme motoriste.

Ainsi cette saison, qui débute le 25 mars en Australie, il y a 10 écuries inscrites au championnat et les moteurs de ces 10 écuries sont fournis par Ferrari (3), Mercedes (3), Renault (3) et Honda (1). Avec l’américaine Liberty Media propriétaire du grand cirque de la F1 à quand le retour d’un motoriste américain en F1 ?

 

 

Ferrari

Dévoilement de la voiture SF71H chez Ferrari pour la saison 2018

La Scuderia Ferrari a dévoilé hier sa voiture 2018 SF71H pour la saisons de F1 à venir.

Le directeur technique de l’écurie italienne, Mattia Binotto, a indiqué que les principales différences avec la voiture de 2017 sont un empattement un peu plus allongé, des prises d’air latérales plus agressives et une carrosserie très étroite.

C’est au niveau de l’aérodynamisme que la voiture aurait été le plus amélioré.

Obligation 2018, la voiture est également équipée du halo protecteur requis. Beaucoup de pilotes se sont plaint de ce halo qui leur coupe la vue en deux. Sa présence est un peu comme si vous conduisiez votre véhicule avec une barre noire en plein centre de votre champ de vision dans votre pare-brise.

Le pilote quadrule champion du monde, Sebastian Vettel a déclaré: « Cette voiture est une grande amélioration par rapport à celle de l’an dernier.»

Avant même les essais, les preneurs aux livres de Las Vegas établissent les chances de Sebastian Vettel de remporter le championnat du monde à 4 contre 1. Celle de Lewis Hamilton, le favori, à 11 contre 8.  Max Verstappen est favori à 9 contre deux.

Les fans de la Scuderia espèrent enfin une victoire d’un de leur pilote Ferrari au championnat des conducteurs, elle qui n’a pas remporté ce titre depuis 2007.

Toujours pour le plaisir des fans et aussi pour la constance de la marque, Ferrari a dévoilé une SF71H avec beaucoup plus de rouge sur celle-ci.

Voyez cette vidéo qui dévoile la SF71H.

2014 Ferrari California

2014 Ferrari California notre trouvaille de la semaine du 29 janvier 2018

AutoCarbure.com a cette semaine une trouvaille de luxe. Une 2014 Ferrari California. Notre trouvaille de la semaine du 29 janvier 2018.

Le véhicule a été trouvé sur le populaire site Internet d’annonces classées LesPacs.com.

Comment cette Ferrari California a-t-elle été trouvée? En cherchant le véhicule de luxe le plus cher en vente sur ce site Internet.

La Ferrari California est une belle décapotable. Elle est encore sous garantie jusqu’au 8 mai 2019 et l’entretien complète assurée jusqu’au 8 mai 2021.

Elle n’a que 15 600 kilomètres au compteur.

Un véhicule de type coupé deux portes, idéal pour deux personnes car les places arrières sont restreintes.

Cette Ferrari California est munie d’une transmission automatique à double embrayage à 7 vitesses avec un mode manuel.

Son moteur est un 8 cylindres de 4,3 litres. Sa puissance est de 490 chevaux et son torque de 373 livres-pied. Elle peut faire le 0-100 km/h en 3,8 secondes. Elle peut atteindre une vitesse de pointe de 310 km/h.

Point de vue aérodynamisme, en 2014, cette Ferrari était la plus aérodynamique jamais construite avec un coefficient de traînée de 0,32 et ça avant la construction de la Ferrari F12 Berlinetta qui elle possède un coefficent de traînée de 0,29.

La couleur du véhicule est bleu pozzi. Son intérieur est beige.

Le véhicule est en vente à Brossard en Montérégie et le prix demandé est de 209 000$.

La Ferrari California est assemblée à l’usine de Maranello en Italie. Elle a été construire de 2008 à 2014.

 

Première saison en F1 complétée pour Lance Stroll, au Brésil

Première saison en F1 complétée pour Lance Stroll

Le Grand Prix d’Abu Dhabi viens juste d’être complété avec une victoire du Finlandais Valtteri Bottas devant son coéquipier l’Anglais Lewis Hamilton (Mercedes) et l’Allemand Sebastian Vettel (Ferrari). Quant à Lance Stroll, il a terminé en 16e position après être partie de la 15e position. Stroll était le dernier pilote en piste.

Après sa première saison en F1, le Québécois a terminé avec 40 points au championnat des conducteurs, pour la 12e position tout juste derrière son coéquipier Felipe Massa dont la carrière en F1 viens de se terminer lui qui, plutôt cette saison, avait annoncé sa retraite après le dernier Grand Prix de la présente saison.

Stroll se tourne maintenant vers l’avenir en sachant déjà que son coéquipier Felipa Massa, qui a retraité. Maintenant, qui sera le coéquipier de Stroll l’an prochain? Est-ce que Williams améliorera le chassis de son véhicule? Est-ce que davantage d’argent sera mis dans le développement de la voiture pour la prochaine saison? Tant de questions et peu de réponses.

Certaines rumeurs émanent du cercle de la F1 pour le remplacement de Massa. Certains voit un retour du Polonais Robert Kubica lui qui avait été vainqueur du Grand Prix du Canada en 2008 puis par la suite victime d’un grave accident en rallye. D’autres parlent de l’Anglais Paul di Resta, de l’Allemand Pascal Wehrlein ou encore du Russe Daniil Kvyat

Au final, en cette première saison, Lance Stroll aura fait écarquiller les yeux de nombreux spécialistes en courses automobiles tant pour ses habilités à conduire mais par ses nombreuses vitesses de pointe obtenues tout au courant de la saison.

Nombreux sont ceux qui se sont demandés ce que le jeune homme aurait pu accomplir au volant d’une voiture supérieure comme Red Bull, Ferrari ou Mercedes.

Chose certaine chez Williams, les performances du jeune québécois ont dépassé les attentes. D’autant plus que personne ne pensait qu’il obtiendrait un podium, inespéré, au Grand Prix d’Azerbaïdjan en juin dernier avec une 3e position.

Stroll a démontré tout au long de la saison qu’il a les nerfs nécessaire pour progresser davantage en F1.

Pour les fans, ça recommence le 25 mars prochain à Melbourne pour le Grand Prix d’Australie.

Ferrari

F1: doublé Ferrari à Monaco

Il y a longtemps qu’on avait pas vu un doublé Ferrari en F1.

Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen ont franchi la ligne d’arrivée respectivement 1er et 2e pendant que Lewis Hamilton devait se contenter d’une 7e place.

Parti premier après avoir signé sa première pole position en 9 ans, Kimi Räikkönen partait devant son coéquipier Sebastian Vettel et meneur au championnat du monde. Il était évident que Räikkönen ne serait pas premier très longtemps afin de permettre à Vettel la possibilité de gagner l’épreuve et d’engranger les 25 points qui viennent avec pour la première place.

Sur un circuit où il est presqu’impossible d’effectuer un dépassement, une fois les deux Ferrari en tête… ce n’était qu’une formalité pour le doublé.

Le pilote cansdien Lance Stroll a terminé en 14e position, la dernière voiture en piste jusqu’au 74e tour où des problèmes mécaniques l’ont forcé à l’abandon après un long arrêt aux pouits. La jeune recrue peine à se démarquer à sa première saison mais ce qui est encourageant c’est qu’il termine ses courses. Il était parti 17e et termine 14e. Son coéquipier chez Williams, Felipe Massa a terminé au 9e rang.

Quant au championnat du monde, avec cette victoire, Sebastian Vettel prend une avance de 25 points sur Lewis Hamilton. Chez les constructeurs, avec ce doublé Ferrari, le constructeur italien a maintenant 196 points et passe maintenant devant Mercedes avec 179 points pour une marge de 17 points d’avance.

Prochain Grand Prix, celui du Canada, à Montréal, dans deux semaines.