F1 McLaren logo

Après avoir largué Honda, l’équipe F1 McLaren largue ses pilotes

Au courant de la saison dernière, l’équipe de F1 McLaren a largué le motoriste Honda prétextant qu’il était le responsable de ses insuccès depuis trois saisons. À la fin de la saison 2017, McLaren terminait au 9e rang des constructeurs avec seulement 30 points, 25 de mieux que Sauber au 10e et dernier rang et 17 de moins que Haas Ferrari au 8e rang.

Arrive 2018, avec le nouveau motoriste, Renault, et voilà que l’écurie McLaren continue de cumuler les insuccès. Certes au classement des constructeurs après Monza, la direction de l’équipe pourrait être fière d’être au 6e rang avec 52 points.

Mais s’est-elle vraiment améliorée ou ces points supplémentaires au classement proviennent des insuccès des écuries Williams, Force India, et Toro Rosso?

Force est d’admettre que McLaren croit maintenant que c’est la faute de ses pilotes.

Le double champion du monde Fernando Alonso qui a la fin de la présente saison. Il semble que McLaren n’a pas tenté grand chose pour retenir le pilote espagnol. C’est Carlos Sainz qui le remplacera l’an prochain.

Hier elle annonçait qu’en fin de saison le pilote Stoffel Vandoorne sera remplacé par le jeune britannique Lando Norris.

Maintenant, lors de la saison 2019, l’écurie McLaren pourra-t-elle avancer dans le top 3 des écuries avec les pilotes Sainz et Norris?

Il faudra voir, rien nous indique chez AutoCarbure que la progression technique de McLaren l’amènera à ce niveau.

De plus, Sainz a présentement une saison difficile avec Renault. Il est classé au 12 rang du championnat des pilotes, lui qui l’an dernier a terminé 9e.

Quant à Lando Norris, c’est un jeune pilote qui a tout à apprendre.

Il serait donc très surprenant de voir McLaren dans le top 3 l’an prochain, voire même faire son entrée dans le top 5. Il y a beaucoup d’espoir chez Renault avec l’arrivée en 2019 de Daniel Ricciardo comme pilote qui a quitté Red Bull. Donc l’écurie française devrait se maintenir dans le top 5. Chez Haass Ferrari, actuellement en 4e position, l’équipe a connu cette saison une belle progression.  Il serait étonnant que le top 3, Mercedes, Ferrari et Red Bull flanche en 2019. De plus il y a les écuries qui sont actuellement derrière McLaren au classement et qui sont remplies d’espoir pour 2019. C’est le cas chez Sauber, avec l’arrivée de nouveaux propriétaires et du pilote canadien Lance Stroll.

Reste à savoir ce que McLaren décidera à la mi-saison 2019 en cas d’une autre saison de misère.

2102 McLaren P12

2012 McLaren MP4-12C Coupe, notre trouvaille de la semaine du 27 août 2018

Sur le site Internet AutoHebdo.net nous avons trouvé une 2012 McLaren MP4-12C. C’est notre trouvaille de la semaine du 27 août 2018.

Cette McLaren est équipée d’un moteur V8 de 3,8 litres et twin-turbo. Ce puissant moteur exige du carburant sans plomb avec un indice d’octane 91.

Elle fait le 0-100 km/h en 3,2 secondes. La puissance du moteur est de 625 chevaux.

C’est un véhicule à motricité propulsion (traction arrière).

Sa transmission automatique a 7 rapports.

La couleur intérieur du véhicule et noir et l’extérieur Orange Volcano.

La McLaren n’a que 13 538 kilomètres au compteur.

Elle est encore garantie 1 an.

Voici la liste de ses caractéristiques et options:

  • Télé couleur
  • Vitres électriques
  • Climatisation
  • Sièges chauffants
  • Vitres teintées
  • Clim. automatique
  • Siège électrique
  • Verrouillage sans clef
  • Régulateur de vitesse
  • Miroirs électriques
  • Verrouillage électrique
  • Essuie-glaces auto.
  • Freins ABS
  • Phares anti-brouillard
  • Essuie-glaces intermit.
  • Sac gonflable passager
  • Servo-freins
  • Servo-direction
  • Volant télescopique
  • Deux sacs gonflables
  • Prise aux. 12 V
  • Ordinateur de route
  • Levier ouverture capot
  • Odomètre journalier
  • Console
  • Porte-gobelet
  • Radio AM/FM Stéréo
  • Indicateurs analogiques
  • Appuie-bras central

Le vendeur, situé à Laval, demande 199 900$.

Neuf ce véhicule se détaillait à plus de 360 000$ plus les taxes de vente.

logo AutoCanada tiré de son rapport annuel 2015

AutoCanada achète un groupe de concessionnaires de Chicago

AutoCanada Inc. a accepté d’acheter neuf des dix magasins du Grossinger Auto Group de Chicago, établissant ainsi sa présence sur le lucratif marché de détail automobile américain.

La transaction, dont la clôture est prévue le 9 avril prochain, ajoutera à AutoCanada environ 523 millions de dollars canadiens (400 millions de dollars américains) en revenus annuels et constitue l’une des plus importantes acquisitions d’un groupe international de concessionnaires américains. Les termes de la transaction n’ont pas été divulgués.

« C’est une étape décisive pour AutoCanada puisque cette acquisition américaine élargit notre portée géographique et notre diversification des marques en ajoutant une combinaison de concessionnaires nationaux, importateurs et de luxe à notre portefeuille », a déclaré jeudi le PDG d’AutoCanada, Steven Landry. Il a ajouté « C’est exactement le type d’acquisition qui contribuera à accélérer notre croissance et qui contribue immédiatement à nos bénéfices et qui apporte de nouvelles relations OEM précieuses. »

AutoCanada, basée à Edmonton, exploite 54 concessionnaires au Canada, selon son site Internet. L’entreprise a déclaré des revenus annuels de plus de 3 milliards de dollars canadiens (2,3 milliards de dollars américains) l’an dernier et est le seul groupe de concessionnaires publics au Canada.

L’acquisition donne à AutoCanada ses premières concessions Toyota, Honda, Lincoln et Volvo, ce qui, selon Landry, est essentiel à l’objectif de la société de diversifier ses offres de produits et son empreinte géographique.

M. Landry a indiqué qu’AutoCanada poursuivra ses acquisitions au Canada et aux États-Unis au cours des prochains mois.

Il a aussi déclaré que la société prévoyait de conserver à leurs postes les directeurs des concessions acquisent dans les environs de Chicago et de faire en sorte que des Américains dirigent les opérations.

Expansion et croissance

 

Les dirigeants d’AutoCanada ont déclaré qu’ils avaient des objectifs d’expansion pour les cinq prochaines années, notamment un meilleur équilibre entre les marques et une présence plus forte d’un océan à l’autre au Canada.

Lors d’une conférence téléphonique tenue en mars à l’intention des investisseurs, le chef de la direction d’AutoCanada, Steven Landry, a déclaré que l’entreprise cherchait à s’étendre sur de nouveaux marchés, qualifiant son pipeline d’acquisition de « très solide ».

Quand un analyste lui a demandé si « cinq ou six » acquisitions étaient possibles en 2018, Landry a répondu « absolument », en partie à cause de la solidité financière de l’entreprise.

AutoCanada a déclaré un bénéfice net de 17,1 millions de dollars canadiens (13,3 millions de dollars américains) au quatrième trimestre de 2017, un gain de 24 pour cent par rapport à l’exercice précédent. Les revenus ont augmenté de 17% pour atteindre 733 millions de dollars canadiens (570 millions de dollars américains), tandis que les ventes des magasins comparables ont bondi de 11%.

M. Landry a déclaré que la compagnie cherchait à continuer d’étendre sa présence à l’extérieur de son fief traditionnel de l’Ouest canadien, tout en ajoutant à son portefeuille de marques de luxe et d’Asie.

Qui est Grossinger?

Grossinger est une entreprise de 90 ans fondée par Sam Grossinger en 1928. Elle est devenue l’un des plus grands groupes automobiles des états-Unis, composé de 10 concessionnaires et classé au 95e rang parmi les 150 plus grands groupes de concessionnaires américains selon les plus récentes données, de 2015..

AutoCanada achète ainsi neuf concessionnaires représentant 12 marques: Audi, Cadillac, Chevrolet, Honda, Hyundai, Kia, Lincoln, Mercedes Benz, Subaru, Toyota, Volkswagen et Volvo.

Trois de ces magasins se trouvent à Chicago, trois dans la banlieue de Chicago, Lincolnwood, Illinois, deux à Palatine, Illinois, et un magasin à Normal, Illinois.

Le magasin Buick GMC Cadillac de Grossinger à Lincolnwood, Illinois, a été vendu séparément à Zeigler Automotive Group à Kalamazoo, Michigan. Il s’appellera désormais Zeigler Buick GMC Cadillac Lincolnwood.

C’est pour des raison de succession que la famille Grossinger a choisi de vendre.

Le phénomène d’investisseurs étrangers dans le commerce de détail automobile américain n’est pas nouveau.

Dans les années 1990, la société chinoise DCH avait déjà commencé à acheter des concessions aux États-Unis. DCH signifie Dah Chong Hong, ce qui signifie « grande entreprise prospère » en mandarin.

De même, le groupe de concessionnaires britanniques Pendragon qui possède des concessionnaires principalement au Royaume-Uni, mais aussi en Allemagne et au Sud de la Californie avec des marques tels que Aston Martin, Land Rover et Jaguar.

L’année dernière, Pon Holdings BV, société de transport et de mobilité et distributeur de marques de luxe aux Pays-Bas, a investi dans IndiGO Auto Group basé à Houston. IndiGO Auto Group a 10 concessionnaires à Houston, St. Louis et Palm Springs et Rancho Mirage, en Californie. Le groupe vend 11 marques de luxe: Audi, Porsche, Jaguar, Land Rover, Rolls-Royce, Bentley, Aston Martin, Maserati, BMW, McLaren et Lamborghini.

Il existe au travers les États-Unis plus de 36 000 concessionnaires automobiles.

Selon son site Internet AutoCanada possède 6 concessionnaires au Québec, principalement à Montréal, sur la Rive-Sud de la métropole ainsi que sur sur la Rive-Nord. En Ontario l’entreprise possède 8 concessionnaires.

GRAND PRIX driver, série originale de PRIME Video par Amazon

GRAND PRIX Driver en attendant la saison 2018 de Formule 1

Prive Video par Amazon propose une mini série originale, GRAND PRIX Driver, quatre épisodes.

Série sortie en février 2018, hautement bien filmée, qui vous plonge dans l’univers inédit de l’écurie McLaren avec ses pilotes l’Espagnol Fernando Alonso et le Belge Stoffel Vandoorne.

McLaren est l’une des écuries les plus recompensées du championnat de la Formule 1, mais elle peine à gagner depuis la saison 2012.

Cette série vous fait vivre toute la préparation de l’équipe jusqu’à la première course de la saison à Melbourne, Australie.

La série est offerte en Anglais avec sous-titres dans de nombreuses langues.

C’est la série idéale pour fans de Formule 1 en attendant le début de la saison 2018.

Bienvenue dans l’univers de McLaren.

Voici les sypnopsis des quatre épisodes de la mini série:

1. Du changement dans l’air
29 minutes
Stoffel Vandoorne, le nouveau pilote, s’apprête à entamer sa première saison de F1 chez McLaren-Honda avec le double champion du monde Fernando Alonso. Au programme : ajustement du siège, test de la voiture en simulateur et finitions du châssis. Confronté à de nombreux entretiens médiatiques, Stoffel découvre le prix à payer pour pénétrer ce milieu sélectif.

2. Construction difficile
26 minutes
Stoffel Vandoorne, Fernando Alonso et l’équipe McLaren-Honda continuent à préparer la saison 2017. L’entraînement éprouvant de Stoffel s’intensifie. Au Royaume-Uni, 700 ingénieurs, mécaniciens et designers construisent la nouvelle voiture. La dernière pièce arrive : le nouveau moteur Honda. Mais parviendra-t-il à démarrer ?

3. La Présentation
26 minutes
L’écurie McLaren-Honda prépare la présentation de la voiture. Le nouveau pilote Stoffel Vandoorne et le double champion du monde Fernando Alonso sont venus la dévoiler devant les médias du monde entier. Le design et les couleurs vont-ils plaire ? En coulisses, des soucis de constructions pèsent sur l’équipe, qui a des doutes sur les performances de la voiture à Barcelone.

4. De mal en pis…
27 minutes
Dans ce dernier épisode, le nouveau pilote Stoffel Vandoorne et le double champion du monde Fernando Alonso prennent le volant de la nouvelle McLaren pour la tester à Barcelone. À l’issue du test, neuf moteurs ont lâché. L’avenir de McLaren-Honda est compromis, et la direction doit prendre une décision difficile.

2016 McLaren 650s Spider

2016 McLaren 650S Spider, trouvaille de la semaine du 19 septembre 2016

Une 2016 McLaren 650S Spider ça ne court pas les rues au Québec. C’est rare. En vente chez Kijiji, c’est encore plus rare.

Trouvez sur le site d’annonces classées Kijiji, secteur Grand Montréal, cette 2016 McLaren 650S Spider est en vente à Valleyfield au prix de 345 000$.

C’est un modèle 2 portes, avec une transmission automatique à 7 vitesses et à roues motrices arrières.

Son moteur, très puissant, un V8 turbocompressé, capable d’une puissance de 641 chevaux et d’un couple de 500 livres-pied.

Le véhicule ne pèse que 3 236 livres avec une répartition du poids avant/arrière de 42% – 58%.

Son odomètre n’affiche que 4 800 kilomètres au compteur.

 

McLaren 650S-Spider

McLaren 650S Spider, du rêve sur quatre roues

Dans son numéro de décembre 2015, Cigar Aficionado, présente la McLaren 650S Spider.

Du rêve sur quatre roues, surtout en partant avec son prix de 351 815 dollars américains (469 000 dollars canadiens).
Mais elle fait également rêverpour sa performance d’atteindre le 0-100 km/h en 2.8 secondes avec une vitesse de pointe de 333 km/h.

Le moteur de la McLaren 650S Spider est un V8 de 3,8 litres déployant 641 chevaux et 500 livres-pied de couple.

Le véhicule est dotée d’une transmission manuelle à double embrayage de 7 vitesses et chaussé de pneus Pirelli haute-performance de 19 pouces.

Malgré que le véhicule soit un coupé sport, l’ampleur de son réservoir à essence est surprenant avec ces 72 litres.

Ainsi avec ses performances, la McLaren 650S Spider n’a donc rien à envier aux Ferrari ou Lamborghini de ce monde.

Le nom McLaren n’est pas aussi familié que Ferrari ou Lamborghini mais il est pourtant l’un des plus vieux noms et fait parti des plus belles réussites associés depuis longtemps au circuit de Formule Un.

McLaren a été fondée en 1963 par le nâtif de Nouvelle-Zélance, Bruce McLaren.

Pour plus de détails sur le véhicule n’hésitez pas à visiter le site de McLaren.