Lance Stroll 4e avec sa Racing Point au Grand Prix d'Allemagne

Lance Stroll 4e au Grand Prix d’Allemagne

Le Canadien Lance Stroll a terminé 4e au Grand Prix d’Allemagne. Une course qui s’est déroulée au début sous la pluie, ensuite un peu sec, encore un peu de pluie et finalement au sec. Le tout parsemé de multiples abandons surprises et de sorties de la voiture de tête.

Lance Stroll faisait son petit bonhomme de chemin allant d’arrêts aux puits en arrêts aux puits selon les caprices de la météo et le beseoin de changement de pneu pour tout à coup, mener la course… Jusqu’à ce que Max Verstappen vienne lui ravir avec sa puissante Red Bull.

Stroll au volant de sa Racing Point ne pouvait pas espérer continuer à se battre contre de meilleurs voitures en piste, ainsi il a été dépassé.

Au final, les malheurs de Charles Leclerc, de Valterri Bottas, de Lewis Hamilton et de Niko Hulkenberg auront su profiter à Stroll qui a aussi, par hasard, sorti aux puits aux bons moments.

Parti 15e, Stroll termine donc en 4e position. C’est une très belle journée pour le pilote canadien et son écurie Racing Point, malgré l’abandon de son coéquipier Sergio Perez.

Mais, l’exploit de la journée revient toutefois à l’Allemand Sebastian Vettel avec Ferrari qui parti de la dernière place termine sur la 2e marche du podium, tout juste devant le pilote Russe Daniil Kvyat qui, comme Lance Stroll, a eu aussi la main heureuse en ce dimanche. Kvyat est parti de la 14e position.

Il s’agissait de la 7e victoire de Néerlandais Max Verstappen, de sa seconde en 2019, et du premier Grand Prix depuis belle lurette que l’équipe Mercedes ne marquait aucun point.

Malgré cet hécatombe chez Mercedes lors de ce Grand Prix, l’Anglais Lewis Hamilton demeure tout de même au premier rang du championnant des pilotes avec une avance de 39 points sur son coéquipier Valterri Bottas. Mais, il reste encore 10 courses au championnat 2019, rien n’est encore joué.

Niki Lauda

Le grand Niki Lauda est mort

C’est avec tristesse tôt ce mardi matin que l’équipe d’AutoCarbure a appris la nouvelle de la mort de l’ancien pilote, triple champion du monde, Niki Lauda, à 70 ans.l

Lauda est décédé lundi, paisiblement, à Zurich en Suisse. La nouvelle a été confirmé par le docteur Walter Klepetko qui avait procédé a une transplantation pulmonaire sur Lauda l’année dernière. Lauda avait subitement disparu des paddocks de l’écurie Mercedes, il avait été annoncé que ce dernier devait subir une greffe pulmonaire.

On aura jamais revu Lauda dans les paddocks de la F1.

Il était devenu ces dernières années un important conseiller dans l’écurie Mercedes. Il a entre autre été longtemps le médiateur entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton qui ne cessaient de se chamailler durant les années 2014 à 2016.

Auparavent, Lauda a été une légende de son sport. Né d’une famille très riche en 1949, il s’est acheté un volant au sein de l’écurie March en 1971. Ce n’est qu’en 1974 que sa première victoire surviendra, alors qu’il aura joint Ferrari. Il gagne en Espagne. La saison suivante, 1975, il remporte le championnant avec 5 victoires.

En 1976, une rivalité éclate avec James Hunt qui pilote pour McLaren. Leur rivalité a fait l’objet d’un film en 2013, Rush, de Ron Howard. Lors de cette saison 1976, le grand prix d’Allemagne change le cours de sa vie. Il est alors sur le légendaire circuit du Nürburgring et Lauda crashe avec sa Ferrari qui s’enflamme subitement. Lauda est prisonnier de son cockpit, plusieurs pilotes s’arrêtent alors pour l’aider à sortir de sa voiture. Lauda subit de profondes brûlures internes et externes. Il aura été dans sa voiture en flammes environ 50 secondes. Ses plus profondes blessures sont aux poumons pour les gaz et les flammes inhalés durant l’accident.

Un coma de quelques jours et après avoir subi quelques greffes de peau, six semaines plus tard Lauda se dit fin près à prendre le volant pour l’épreuve de Monza. Il terminera 4e.

Niki Lauda s’était ça. Une force de caractère, une détermination, un vainqueur. C’était un grand pilote et il connaissait la mécanique. Il rentrait aux puits après des essais et savait exactement quels réglages effectuer sur la voiture pour gagner ce petit quart de seconde qui fait parfois toute la différence. Lauda perdra le championnant par 1 point, abandonnant la course au Japon sous une pluie après deux tours. Hunt remporta le championnat 1976.

La saison suivante, 1977, Lauda remporte le championnant des conducteurs. Assuré du titre, il décidera de quitter Ferrari après la 15e course de la saison, le Grand Prix des États-Unis. Ce fût une saison horrible au plan personnel pour lui, la rivalité avec coéquipier Carkis Reutemann. Plus tard cette saison là, Ferrari donne un volant à un certain Gilles Villeneuve.

Lors des saisons 1978 et 1979, Lauda pilote pour Brabham. Il annoncera sa retraite au Grand Prix du Canada à Bernie Ecclestone, alors responsable de l’écurie Brabham.

Lauda aura aussi connu du succès en affaires lui qui était un passionné d’aviation. Dès sa première retraite en 1979, il décide d’administrer à temps plein la compagnie qu’il avait fondé, Lauda Air.

En 1982, Lauda décide de revenir en F1, il pilotera une McLaren. En 1984, il remportera son 3e titre. En 1985, il prendra définitivement sa retraite comme pilote.

En 1993, il revient en F1 comme administrateur dans l’équipe Ferrari.

Plus tard son rôle le plus récent, en 2012, il est nommé directeur non exécutif chez l’écurie Mercedes AMG Petronas. Il a pris part aux négociations qui ont amené Lewis Hamilton à piloter chez Mercedes.

Niki Lauda un grand, qui aura marqué son sport et, outre parents et amis, il laisse dans le deuil de nombreux fans et admirateurs.

 

F1 McLaren logo

Après avoir largué Honda, l’équipe F1 McLaren largue ses pilotes

Au courant de la saison dernière, l’équipe de F1 McLaren a largué le motoriste Honda prétextant qu’il était le responsable de ses insuccès depuis trois saisons. À la fin de la saison 2017, McLaren terminait au 9e rang des constructeurs avec seulement 30 points, 25 de mieux que Sauber au 10e et dernier rang et 17 de moins que Haas Ferrari au 8e rang.

Arrive 2018, avec le nouveau motoriste, Renault, et voilà que l’écurie McLaren continue de cumuler les insuccès. Certes au classement des constructeurs après Monza, la direction de l’équipe pourrait être fière d’être au 6e rang avec 52 points.

Mais s’est-elle vraiment améliorée ou ces points supplémentaires au classement proviennent des insuccès des écuries Williams, Force India, et Toro Rosso?

Force est d’admettre que McLaren croit maintenant que c’est la faute de ses pilotes.

Le double champion du monde Fernando Alonso qui a la fin de la présente saison. Il semble que McLaren n’a pas tenté grand chose pour retenir le pilote espagnol. C’est Carlos Sainz qui le remplacera l’an prochain.

Hier elle annonçait qu’en fin de saison le pilote Stoffel Vandoorne sera remplacé par le jeune britannique Lando Norris.

Maintenant, lors de la saison 2019, l’écurie McLaren pourra-t-elle avancer dans le top 3 des écuries avec les pilotes Sainz et Norris?

Il faudra voir, rien nous indique chez AutoCarbure que la progression technique de McLaren l’amènera à ce niveau.

De plus, Sainz a présentement une saison difficile avec Renault. Il est classé au 12 rang du championnat des pilotes, lui qui l’an dernier a terminé 9e.

Quant à Lando Norris, c’est un jeune pilote qui a tout à apprendre.

Il serait donc très surprenant de voir McLaren dans le top 3 l’an prochain, voire même faire son entrée dans le top 5. Il y a beaucoup d’espoir chez Renault avec l’arrivée en 2019 de Daniel Ricciardo comme pilote qui a quitté Red Bull. Donc l’écurie française devrait se maintenir dans le top 5. Chez Haass Ferrari, actuellement en 4e position, l’équipe a connu cette saison une belle progression.  Il serait étonnant que le top 3, Mercedes, Ferrari et Red Bull flanche en 2019. De plus il y a les écuries qui sont actuellement derrière McLaren au classement et qui sont remplies d’espoir pour 2019. C’est le cas chez Sauber, avec l’arrivée de nouveaux propriétaires et du pilote canadien Lance Stroll.

Reste à savoir ce que McLaren décidera à la mi-saison 2019 en cas d’une autre saison de misère.

Max "Worsthappen" Verstappen qui vient d'entrer en collision avec Sebastian Vettel

F1: Max Worsthappen frappe encore

Au Grand Prix de Chine à Shanghai, Max Verstappen, qu’AutoCarbure surnomme maintenant Worsthappen, a encore frappé.

Son agressivité et sa témérité ont encore pris le dessus dans sa tête pour causer d’autres dommages à ses adversaires.

Cette fois-ci sa victime est Sebastian Vettel de chez Ferrari avec qui il est entré en collision au 44e tour et ce sans équivoque.

Nous pensons chez AutoCarbure que Max Verstappen doit être sanctionné par la FIA. Une suspension, rien de moins. Une sanction qui le fera réfléchir. Les pilotes de F1 sont en danger quand Verstappen est sur la piste. Nous pensons que les pilotes de F1 devraient tenir une réunion et donner un sévère avertissement à Verstappen.

Verstappen s’est vu imposer une pénalité de 10 secondes pour avoir causer délibérement une collision. 10 secondes ajoutées à son temps final.

Mais une telle pénalité est une vraie farce pour la F1 et ses fans.  Cette pénalité de 10 secondes a coûté à Verstappen qu’une place mais n’a aidé en rien sa victime Sebastian Vettel qui au final aura terminé 8… loin derrière Verstappen.

La pénalité imposée à Verstappen aurait dû être rien de moins qu’un drapeau noir (disqualification) ou du moins un passage obligatoire par les puits et l’imposition d’un décompte de 10 secondes.

Au final Daniel Ricciardo sur Red Bull aura remporté ce Grand Prix devant Valterri Bottas et Kimi Raikkonen. Lewis Hamilton termine 4e et Max Worsthappen termine 5e.

Quant au québécois Lance Stroll, parti en 18e position, il a connu un excellent départ gagnant 6 places après le premier tour au final il termine en 14e place.

Cet incident de Worsthappen relance le championnat des conducteurs. Sebastian Vettel est toujours en tête avec 54 points mais Lewis Hamilton n’est plus qu’à neuf points de lui.

En entrevue à la fin du Grand Prix, Sebastian Vettel a mentioné que Verstappen a passé le cap de mettre un tel incident sur la faute de son inexpérience en F1.

Ferrari

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix d’Australie

Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix d’Australie 2018 au volant de sa Ferrari tout juste devant le champion du monde en titre Lewis Hamilton sur Mercedes.

Kimi Raikkonen, sur Ferrari, a terminé en 3e position.

Daniel Ricciardo sur Aston Martin – Red Bull termine 4e et ce qui augure bien comme résultat pour McLaren, Fernando Alonso termine 5e. Il semble que le pari de McLaren d’abandonné le motoriste Honda pour Renault rapporte déjà.

Le québécois Lance Stroll termine quant à lui en 14e position.

Pour se hisser en tête, Sebastian Vettel a profité d’un ralentissement du peloton provoqué par la voiture de sécurité virtuelle (VSC), tout juste avant la mi-course, pour ressortir de son arrêt aux puits juste devant Lewis Hamilton et lui résister jusqu’à la fin afin de décrocher sa troisième victoire en carrière en Australie.

On a pu apprendre durant cette course que Sebastian Vettel est entré dans un club très sélect. Celui d’avoir effectué un 3 000e tour du meneur d’un Grand Prix en carrière. Il rejoint ainsi Lewis Hamilton et Michael Schumacher dans ce club très sélect.

L’écurie américaine Haas dont Ferrari fournit les moteurs étaient en belle position sur la grille 4e et 5e mais les pilotes Danois Kevin Magnussen et le Français Romain Grosjean ont dû coup sur coup avandonné quelques secondes après avoir ravitaillé et ce pour la même raison: mauvais serrage d’une roue.

La voiture Haas de Grosjean étant très mal placée, la VSC a été remplacée par une vraie voiture de sécurité, sur la piste ce qui a permis à Sebastian Vettel de confirmer sa 1ere position sur la piste avant la relance.

La toute nouvelle saison de F1 a offert une nouvelle signature infographique pour mieux suivre le Grand Prix. Ainsi tout au long de l’événement lorsque des prises de vue suivaient des voitures, il était indiqué à l’écran à quel section du circuit, Albert Park, l’angle de caméra était pris. Aussi lorsqu’il y avait une « bataille » pour une position, c’était bien indiqué dans l’infographie. Les pilotes ayant abandonné sont aussi mieux indiqué dans l’infographie cette saison.

Dans l’ensemble ce fût une meilleure expérience télévisuelle que l’an passé.

Le Grand Prix d’Australie aura permis de constater de belles avancées pour les écuries McLaren et Haas. Il pourrait donc y avoir une rivalité à 3 écuries pour la 3e position du championnat des constructeurs entre McLaren, Hass et Aston Martin – Red Bull.

Quant à Williams, le très expérimenté et retraité Felipe Massa risque de manqué pour son apport aux différents réglages. Le pilote doyen de l’équipe est maintenant Lance Stroll. Évidemment Robert Kubica est le pilote d’essai. Mais ce dernier ne participe pas aux essais libres du vendredi ni aux qualifications du samedi.

 

Le halo de sécurité imposé est comme un masque à long nez. Ça bouche une vue.

F1: le halo de sécurité est tout sauf beau

En 2018, la FIA impose aux écuries de F1 le halo de sécurité pour la protection accru du pilote.

Ce halo est en fait esthétiquement tout sauf beau.

On pourrait le comparer à un masque de fer que les anciens combattants utilisait pour se protéger le nez. On pourrait aussi le comparer à un masque d’Halloween avec un long nez. Ça vous bouche une vue.

Pour le téléspectateur ce halo n’est pas très plaisant car durant un tour avec caméra à bord, la vue montrée est pas mal moins intéressante que par les années passées.

Décidemment on se demande pourquoi ce halo n’est pas transparent ou mieux encore, qu’il disparaisse pour être remplacé par une vitre protectrice qui offrirait tout autant de sécurité mais bien sûr davantage de résistances aérodynamiques.

 

Le circuit d'Albert Park à Melbourne hôte du Grand Prix d'Australie

La saison 2018 de F1 débute ce week-end en Australie

Les voitures F1 ont roulé cette nuit en Australie (heure du Québec) pour les premiers essais libres du Grand Prix de Melbourne, première épreuve de la saison 2018.

Le champion du monde en titre, Lewis Hamilton a dominé ces essais avec un temps de 1:23.931 devant Max Verstappen et son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas.

Ensuite viennent les deux Ferrari en 4e et 5e position, dans l’ordre Raikkonen et Vettel.

Le Québécois Lance Stroll  et sa Williams n’a pu faire mieux qu’une 14e place à près d’une seconde et demie de Hamilton.

Du côté de McLaren et son nouveau moteur Renault, le pilote Espagnol Fernando Alonso a fait le 8e meilleur temps ce qui augure bien.

La saison 2018, a de grandes expectations pour les écuries de haut niveau. Celles de second plan espère atteindre un podium de temps à autre et se classer parmi les 4 et 5 top écuries.

Ce qui retient l’attention en F1 ces jours-ci sont les menaces de départ du grand patron de Ferrari, Sergio Marchionne, qui menace de quitter le grand cirque de la F1 à la fin de la saison si Liberty Media s’acharnait à ne pas les laisser travailler en toute liberté.

Au final le grand patron de la Scuderia a dit « Si l’on ne peut plus différencier un concurrent de l’autre d’un point de vue technique », alors ce sport “ne l’intéresse plus”.

Ferrari qui quitterait la F1 serait comme les Yankees de New York qui quitte la MLB, les Canadiens de Montréal la LNH ou encore les Celtics de Boston quittant la NBA.

Liberty Media devrait s’ajuster et se rappeler que la F1 ce n’est pas le NASCAR et quant au PDG de Ferrari il devra se mettre en tête qe son écurie ne peut être plus grande que son sport.

C’est toute une saison 2018 qui promet tout au cours des 21 épreuves de la saison. Ne manquer pas la 7e épreuve, le Grand Prix du Canada.

N’oubliez pas que si vous désirez suivre le Grand Prix d’Australie, celui-ci a lieu dans la nuit de samedi à dimanche pour les québécois.

Renault

F1: Le nom Renault devrait briller davantage comme motoriste en 2018

Pour ceux qui ne le savent pas encore , lors de la saison 2016 ça été le grand retour de Renault en F1 comme constructeur. Ça passé inaperçu pour plusieurs car l’an passée pour la majorité des fans de F1 québécois, tous les yeux étaient rivés sur Lance Stroll.

La performance de Renault durant les saisons 2016 et 2017 ont aussi passé inaperçu. 41 Grand Prix de disputés, aucune victoire, aucun podium… aucun meilleur tour. 9e constructeur au championnat en 2016, 6e en 2017.

La saison 2018 de Renault Sport Fomula One Team se fera encore avec les pilotes Nico Hückenberg (Allemagne) et Carlos Sainz Jr. (Espagne). Passablement les mêmes que l’an passée alors que Joylon Palmer (Angleterre) a quitté après le Grand Prix du Japon.

Rien ne s’annonce bien mieux sous le soleil pour la saison 2018 de Renault Sport Formula One Team.

Bien camouflé sous une tonnes de commanditaires, Renault flamboyait plutôt dans l’ombre pendant les dernières saisons sous l’écurie Red Bull qui devient en 2018 l’écurie Aston Martin – Red Bull mais toujours propulsé par un moteur Renault masqué au nom du commanditaire suisse TAG Heuer.

Renault devrait à nouveau flamboyer, avec mention cette saison, du côté de l’écurie McLaren puisqu’elle leur fournira le moteur, alors que McLaren a mis fin à son entente avec le motoriste japonais Honda. Des problèmes de moteurs à répétitions sont venus minés la collaboration des deux entreprises.

Ainsi Renault va doublement compétitionner sa propre écurie en fournissant son moteur à McLaren qui elle semblait posséder tout les éléments sauf un moteur fiable et bien sûr à Aston Martin – Red Bull.

McLaren est certaine que le problème qui l’empêche de redevenir compétitive est le moteur (on a pu le voir dans la mini série Grand Prix Driver produite par Michael Douglas). Alors elle espère accumuler des podiums avec le moteur Renault cette saison. McLaren a un historique de victoire en F1, elle se classe seconde parmi tous les constructeurs pour le nombre de victoires avec 182. Seule l’écurie Ferrari est devant eux.

Sauf que McLaren n’a pas goûté à la victoire d’un championnat de constructeur depuis 1998 et elle a connu un hiver difficile avec les essais. Malgré tout, toute l’équipe de McLaren est optimiste et toujours satisfaite de son choix de délaisser Honda au détriment de Renault. Si les résultats sont là, cela fera briller le nom Renault comme motoriste.

Ainsi cette saison, qui débute le 25 mars en Australie, il y a 10 écuries inscrites au championnat et les moteurs de ces 10 écuries sont fournis par Ferrari (3), Mercedes (3), Renault (3) et Honda (1). Avec l’américaine Liberty Media propriétaire du grand cirque de la F1 à quand le retour d’un motoriste américain en F1 ?

 

 

GRAND PRIX driver, série originale de PRIME Video par Amazon

GRAND PRIX Driver en attendant la saison 2018 de Formule 1

Prive Video par Amazon propose une mini série originale, GRAND PRIX Driver, quatre épisodes.

Série sortie en février 2018, hautement bien filmée, qui vous plonge dans l’univers inédit de l’écurie McLaren avec ses pilotes l’Espagnol Fernando Alonso et le Belge Stoffel Vandoorne.

McLaren est l’une des écuries les plus recompensées du championnat de la Formule 1, mais elle peine à gagner depuis la saison 2012.

Cette série vous fait vivre toute la préparation de l’équipe jusqu’à la première course de la saison à Melbourne, Australie.

La série est offerte en Anglais avec sous-titres dans de nombreuses langues.

C’est la série idéale pour fans de Formule 1 en attendant le début de la saison 2018.

Bienvenue dans l’univers de McLaren.

Voici les sypnopsis des quatre épisodes de la mini série:

1. Du changement dans l’air
29 minutes
Stoffel Vandoorne, le nouveau pilote, s’apprête à entamer sa première saison de F1 chez McLaren-Honda avec le double champion du monde Fernando Alonso. Au programme : ajustement du siège, test de la voiture en simulateur et finitions du châssis. Confronté à de nombreux entretiens médiatiques, Stoffel découvre le prix à payer pour pénétrer ce milieu sélectif.

2. Construction difficile
26 minutes
Stoffel Vandoorne, Fernando Alonso et l’équipe McLaren-Honda continuent à préparer la saison 2017. L’entraînement éprouvant de Stoffel s’intensifie. Au Royaume-Uni, 700 ingénieurs, mécaniciens et designers construisent la nouvelle voiture. La dernière pièce arrive : le nouveau moteur Honda. Mais parviendra-t-il à démarrer ?

3. La Présentation
26 minutes
L’écurie McLaren-Honda prépare la présentation de la voiture. Le nouveau pilote Stoffel Vandoorne et le double champion du monde Fernando Alonso sont venus la dévoiler devant les médias du monde entier. Le design et les couleurs vont-ils plaire ? En coulisses, des soucis de constructions pèsent sur l’équipe, qui a des doutes sur les performances de la voiture à Barcelone.

4. De mal en pis…
27 minutes
Dans ce dernier épisode, le nouveau pilote Stoffel Vandoorne et le double champion du monde Fernando Alonso prennent le volant de la nouvelle McLaren pour la tester à Barcelone. À l’issue du test, neuf moteurs ont lâché. L’avenir de McLaren-Honda est compromis, et la direction doit prendre une décision difficile.

Un halo transparent ou un pare-brise transparent comme si le conducteur conduisait une décapotable

F1: pourquoi pas un halo transparent?

Aux essais de F1 cette semaine en Espagne, tous les pilotes s’entendent pour dire que le halo de sécurité, obligatoire en 2018, est laid mais que ça va aller. AutoCarbure s’est demandé pourquoi ce halo n’est pas transparent.

Si vous vous demandez qu’est-ce que ce halo de sécurité, c’est simple c’est un genre de grand cercle qui protège la tête du pilote et qui descend en plein milieu de son champ de vision pour être rattaché à la coque de la voiture.

Ainsi, imaginez que vous conduisez votre voiture et que vous avez une belle bande d’environ 6 cm de large en plein centre de votre champ de vision.

Ce n’est pas l’idéal.

Mais AutoCarbure est perplexe. Des constructeurs automobiles comme Ferrari et Mercedes sont capables d’arriver avec une voiture aux technologies très avancées mais il semble qu’ils soient incapables de produire un halo transparent. Étrange!

Pourquoi que la partie reliant le cercle tout le tour de la tête du pilote, qui ne nuit pas à son champ de vision, à la coque de la voiture n’est pas tansparente?

Ça devrait pourtant être très simple à faire.

Idéalement, même l’ensemble des composantes de ce halo pourraient être transparentes.

Autre point et pour AutoCarbure c’est la connerie suprême. Pourquoi avoir attaché à la coque au halo exactement en plein milieu du champ de vision du pilote? Pourquoi pas de chaque côté?

AutoCarbure croit que la F1 devrait s’inspirer des top fuel de la NHRA et placé le pilote dans un cockpit fermé. Cela ne nuirait aucunement à l’aérodynamisme. De grands conducteurs de top fuel comme Antron Brown, Leah Pritchett ou Tony Schumacher utilisent des cockpits fermés. Et s’il ya des gens qui s’y connaissent en aérodynamisme ce sont bien les concepteurs de top fuel, ces bolides filant sur piste à plus de 500 km/h.

Finalement si la F1 ne veut pas de cockpit fermé, elle peut alors permettre d’avoir un cockpit ouvert mais qui aura un genre de pare-brise transparent à l’avant, comme si le pilote conduisait une voiture décapotable.