logo Mercedes, Daimler

Daimler se regroupe en trois grandes divisions

La société allemande Daimler a dévoilé ce jeudi une nouvelle structure d’entreprise destinée à donner à ses camions, à ses services de mobilité et à la division automobile de Mercedes-Benz une plus grande marge de progression à une époque où les constructeurs se préparent à lancer des flottes de véhicules autonomes. Le groupe allemand entend bien profiter de cet essor.

La société a déclaré qu’elle créerait trois entités juridiquement indépendantes – Mercedes-Benz AG, Daimler Truck AG et Daimler Mobility AG, le tout sous l’égide de Daimler AG dont le siège social demeurera à Stuttgart.

Dans le cadre de cette réorganisation, Daimler a conclu un accord avec les représentants des travailleurs qui comprend un engagement à garantir des emplois et à investir dans des sites allemands de productions.

La société allemande occupe actuellement le 10e rang des constructeurs automobiles dans le monde et entend bien graver des échelons durant les prochains semestres. Cette restructuration en est le but premier. Lors de cette annonce, aucune rationalisation parmi les modèles acutels produits par la société allemande n’a été annoncée.

smart effectue un virage électrique en Amérique du Nord

La raison du virage électrique de smart en Amérique du Nord

Aujourd’hui on apprenait le virage électrique de smart en Amérique du Nord dès l’arrivée de ses modèles 2018.

Après supposément avoir déçue avec des modèles à essence 2017, voilà que smart offrira à ses clients nord-américain que des versions électriques.

Son prix est encore incinnu, son autonomie sera d’environ 160 km, et son arrivée au Canada est prévue pour juillet.

La version à essence de base de la smart est à 17 300$, un prix élevé alors qu’au même prix on peut avoir une berline pas mal plus spacieuse chez un compétiteur.

La version électrique à venir pourrait se vendre aux alentours de 25 000$. Somme à laquelle il faut soustraire 8 000$ du rabas accordé au Québec pour l’acquisition d’une voiture électrique.

17 000$ pour un véhicule électrique ça devient abordable.

Mais tout ça est de la bouillie pour les chats.  Actuellement la version électrique de la smart se vend aux alentours de 26 990$ auquel vous déduisez le rabais de 8 000$ accordé par le gouvernement.

La raison logique est que Daimler AG, fabricant de la smart, continuera à offrir ailleurs dans le monde sa version à essence. Mais en amérique du Nord et surtout au Québec, elle sera épié de quota de voitures électriques vendues versus ses modèles diesel et à essence.

Quoi de mieux alors que de plaire aux gouvernements, régisseur de cette loi, que d’offrir un modèle de smart uniquement électrique.

Qu’on se comprenne, la smart électrique se vend très peu actuellement. Il ne se vendra pas plus de smart lors de l’arrivée du modèle 2018. Mais Mercedes pourra continuer de vendre ses voitures plus haut de gamme à essence sans pénalité car son offre de voiture électrique aura augmenté parmi ses concessionnaires à travers l’Amérique du Nord.

Tout le monde n’y verra que du feu.

La directrice des communications de Mercedes-Benz Canada a confirmé en entrevue à La Presse que la catégorie microvoiture est en baisse, nettement partout.

C’est très simple à expliquer pourquoi la microvoiture est en baisse partout. De un ce sont de véritables tape cul pas adapté à la vie nord-américaine. De plus, le prix de l’essence à la pompe a baissé partout en Amérique du Nord, sauf au Québec où le gouvernement nous rit en pleine face avec son prix plancher et son appétit pour les taxes. Pas besoin d’aller bien loin pour voir un écart de 30 à 50% plus bas à la pompe. Allez juste en Ontario, au New Hampshire, au Vermont et dans l’État de New York.

Autrement dit, bientôt les québécois rouleront massivement avec des brouettes subventionnées alors que le reste de l’Amérique du Nord va rouler en confort et de façon plus spacieuse.

 

smart effectue un virage électrique en Amérique du Nord

Économique la Smart Fortwo? Pas tant que ça!

En ce jour de la fête nationale des Français, quoi de mieux que de parler d’une voiture assemblée chez eux.

AutoCarbure.com vous pose la question:  Combien de litres d’essences est-il requis pour parcourir 400 kilomètres avec une Smart? 400 kilomètres disons moitié ville et moitié routes de campagnes.  La réponse , 28,75 litres.

Donc 7,19 litres au 100 kilomètres. Pas mal vous direz!

Sauf que la petite Smart exige un carburant de 91 en indice d’octane. Le fameux Super qui se vend souvent 15% plus cher que le litre d’essence ordinaire.

Donc pour comparer les oranges avec les oranges il faut ajouter 15% au 7,19 litres ce qui donne 8,27 litres au 100 km. Ce qui représente une consommation supérieure à une Nissan Micra S ( équipée d’une boîte de transmission automatique) dans laquelle vous serez davantage confortable que la Smart et dans laquelle vous pourrez logez davantage de bagages.

Si la Smart consommait de l’essence ordinaire, elle serait championne toutes catégories de la consommation d’essence. Mais malheureusement elle ne l’est pas.

La véritable économie de la Smart semble être parce qu’elle loge si peu que vous ne pourrez pas aller au Costco ou faire une grosse épicerie.

Smart Fortwo vs Nissan Micra

Au niveau du prix de vente, la Smart se vend 3 600$ de plus que la Nissan Micra.

Au niveau de l’émission de CO2, la Smart en émet légèrement plus que la Nissan Micra.

Son moteur est aussi moins puissant que la Nissan Micra.

Au garage. la Smart Fortwo est moins économique car le taux horaire d’un concessionnaire Daimler/Mercedes est pas mal plus élevé que celui d’un concessionnaire Nissan.

Quel est donc quel est le vrai avantage de la Smart sinon de se dire qu’on se promène dans un véhicule de la famille Mercedes?

 

Un essai de la Smart ForTwo a été réalisé récemment par l’équipe d’AutoCarbure.com, les détails seront prochainement publiés.

Bye bye Tesla Motors

La compagnie Tesla isolée? Pas si sûr.

Après avoir été largué par Toyota et Daimler qui toutes deux se sont retirés graduellement de son capital, il semble que Tesla soit isolée dans la production de véhicules électriques.

Hé bien non!

Malgré que BMW se désiste de toutes rumeurs qui la mettait partenaire avec Tesla, l’entreprise californienne a quelque chose en développement de voitures électriques que les autres fabricants automobiles n’ont pas.

Une marque de prestige et d’envergure mondiale qui est déjà associée au développement de voiture entièrement électrique et aussi, Tesla a de l’expertise en matière de développement de véhicules électriques.

Pour bâtir une marque de prestige et associée entièrement au développement de voitures électriques, comme Tesla, il faudra des centaines de millions en investissement de la part des grands comme BMW, Daimler, GM ou Volkswagen.

Alors au lieur de faire des pieds de nez à Tesla Motors et son famboyant jeune PDG Elon Musk, les constructeurs automobiles auraient davantage lieu de s’associer à Tesla.

Tesla est la seule entreprise au monde à vendre directement ses voitures aux consommateurs et en ne passant pas par un réseau de concessionnaires.

Non Tesla n’est pas comme Tucker ou Packard et elle ne subira pas le même sort.

Tesla c’est plus qu’une marque de voitures électriques, c’est un mode de vie lié à l’image de marque tout comme Starbucks n’est pas que du café.

 

 

 

 

Daimler restructure sa coopération avec Tesla

En 2009,  le constructeur allemand Daimler avait acquis près de 9,1% du capital de Tesla Motors.

Ces derniers jours l’entreprise de Stuttgart a débuté sa liquidation des actions de Tesla Motors sur le marché.

Le président de Daimler, Dieter Zetsche, se dit très satisfait de l’investissement dans Tesla mais qu’il n’est plus nécessaire au partenariat ni à la coopération entre les deux groupes.  Daimler continuera de livrer certains de ces véhicules avec la batterie de technologie Tesla.

Âgé de plus d’un siècle, Daimler pèse 83 milliards en bourse tandis que Tesla, créé en 2003, vaut déjà 30 milliards.

Daimler, en 2014, a vendu plus de véhicules à propulsion hybride que tous les autres constructeurs allemands réunis.

De la vente de sa participation dans Tesla, Daimler devrait en retirer un gain de 780 millions de dollars.

Selon quelques articles émanant de médias de la finance, BMW serait maintenant intéressé à prendre une participation dans Tesla.

Malgré la baisse récente du prix du pétrole, les ventes de Tesla continue d’augmenter surtout par la demande asiatique dont certains grands centres urbains font face à de graves problèmes de pollution.