rouler électrique pas si économique

Rouler électrique, pas aussi avantageux qu’Hydro le prétend

L’article Xtra de La Presse, commandité par Hydro-Québec, a comme titre « Rouler électrique : cinq avantages financiers ». Chez AutoCarbure nous trouvons que c’est un article dont le contenu est malicieux et où plusieurs informations sont manquantes.
 
Juste sur le prix, rien ne peut justifier l’achat d’un véhicule entièrement électrique au niveau de l’économie. Il sera toujours plus cher à l’achat que son équivalent à essence. Donc avec la différence de prix, vous pourrez rouler beaucoup de kilomètres avec votre véhicule à essence avant d’atteindre la différence du prix payé pour l’achat du véhicule électrique.
 
Prenons le cas de la Chevrolet Volt. Son prix de détail plancher est à 41 045$ (avant les taxes de ventes) moins la subvention de 8 000$ le prix de riens à 33 045$. Encore 9 000$ plus chère que la Chevrolet Malibu qui elle a son prix plancher à 24 245$.
 
Si on se fit à l’article 9 000$ c’est 90 000 km. Ajoutons les taxes… c’est donc 10 500$, soit 105 000 km.
Si vous financez votre achat, c’est 10 500$ de plus que vous devrez financer. On peut donc supposer 500$ de plus en intérêt, sur un financement de 60 mois.
 
Donc uniquement pour la différence de prix, votre achat ne sera pas économique avant 110 000 km.
 
Ensuite un facteur oublié. Celui du stress. Celui du stress de constamment regardé l’autonomie du véhicule. Puis en hiver… l’enfer. Ha bien sûr vous allez me dire… pas de stress la Volt se recharge avec une génératrice activé par un moteur à essence. Ha mais alors il faut ajouter ces coûts en essence.
 
Imaginez en été un trajet Montréal Rimouski avec votre véhicule électrique. Combien de fois devrez-vous recharger? À chaque recharge, aucun doute vous prendrez un café durant la recharge, ou quelque chose… il faut ajouter cela au prix. Et sans compter qu’une recharge est pas mal plus longue qu’un plein d’essence.
 
Finalement le facteur bornes… Le réseau québécois de bornes est jusqu’à maintenant très urbain ou si vous préférez très axe Québec – Montréal. En dehors de cet axe, les bornes se font rares.
 
L’article fait mention d’une subvention de 600$ pour faire installer une borne de recharge à votre domicile.
 
En moyenne il en coûte 1 500$ pour acquérir une borne de recharge. C’est un 900$ supplémentaire à débourser. Si vous déménager, c’est encore un 900$ supplémentaire que vous devrez débourser pour faire réinstaller votre borne.
 
Au final c’est donc à partir de 120 000 km que vous économiserez et vu l’argent que vous dépenserez durant le temps de recharge en voyage, nous croyons que c’est à partir de 140 000 km que vous économiserez, donc 7 ans.
 
Donc en clair, avant près de 7 ans, aucune économie par rapport à la différence de prix à l’achat du véhicule électrique vs un véhicule de même catégorie à moteur à essence.
 

Mais paraît-il que durant ce temps vous aurez contribué à sauver la planète en roulant électrique. Ça, rien n’est encore absolument prouvé scientifiquement de ce côté, Tout n’est que théorique.

 

De plus votre Malibu sera disponible en tout temps pour faire une course ou pour toute urgence. Alors que votre véhicule électrique s’il est en train de recharger… vous ne pourrez pas partir rapidement de chez vous.

Évidemment, Hydro-Québec prêche pour leur paroisse et veulent vous voir consommer davantage d’électricité. Mais rien ne garantie que dans l’avenir que le prix de l’électricité ne montera pas. Hydro-Québec demande des augmentations presqu’au 6 mois à la Régie de l’énergie depuis quelques années.
 

 Vous savez dans cet article on voulait démontrer que l’achat d’une véhicule à essence vs un véhicule de même catégorie mais électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit. Bien sûr vous trouverez des choses que vous penserez avantageuses en faveur du véhicule électrique. Mais ne perdez jamais de vue que l’équivalent en essence coûte moins cher à l’achat.

Dans cet article on a comparé la Malibu à la Volt. On aurait pu comparer la Cruze Hatch à la Bolt. La Bolt se vend le double du priz de la Cruze Hatch.On aurait pu aussi comparer la KIA Soul de base à la KIA Soul EV avrc une différence de près de 16 000$ dans le prix d’achat.

Surtout, ce qu’on voulait démontrer c’était que d’utiliser un véhicule électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit.

Nous ne sommes pas contre l’achat de véhicules électriques. Mais on vout met en garde que ce n’est pas aussi avantageux économiquement qu’Hydro le prétend.
2014 Chevrolet Volt

2014 Chevrolet Volt notre trouvaille de la semaine du 30 janvier 2017

Une 2014 Chevrolet Volt à vendre a été trouvée sur le site d’annonces classées Kijiji. Le véhicule, très propre, est en vente à St-Eustache par le revendeur Saulnier Automobile, certifié par l’AMVOQ (Association des marchants de véhicules d’occasion du Québec).

De couleur blanche, la voiture affiche 65 001 kilomètres au compteur. C’est une berline hybride avec un moteur de 1,4 litres de 63 chevaux. Le moteur à essence ne sert qu’à rechrger les batteries en route.

Le véhicule est doté d’une transmission automatique et d’une traction avant.

Les spécifications du véhicules à vendre sont les suivantes:

  • Couleur extérieure: BLANC
  • Couleur intérieure: BLANC
  • Nombre de portières: 4
  • Cylindres: 4
  • Litres: 1.4
  • Traction: Traction avant
  • Entrée audio auxiliaire
  • Radio satellite
  • Démarreur à distance
  • Roues en aluminium
  • Climatisation
  • Régulateur de vitesse
  • Tapis protecteurs avant
  • ABS aux 4 roues
  • Freins à disques aux 4 roues
  • Coussin gonflable pour la tête avant
  • Lecteur de CD
  • Aileron arrière
  • Rétroviseur(s) électrique(s)
  • Télédéverrouillage
  • Régulateur de la température
  • Siège chauffant conducteur
  • Vitres électriques
  • Anti-patinage
  • Immobilisation du moteur
  • Coussin gonflable pour le conducteur
  • Commandes audio sur le volant
  • Lecteur MP3
  • Clignotants intégrés
  • Rétroviseurs chauffants
  • Verrouillage électrique
  • Essuie-glaces intermittents
  • Sièges – Banquette 2e rangée
  • Volant en cuir
  • Contrôle de stabilité
  • Coussin gonflable arrière pour la tête
  • Coussin gonflable pour le passager
  • Connexion Bluetooth
  • Ordinateur de bord
  • Démarrage sans clé
  • Moniteur de la pression des pneus
  • Cache bagage
  • Ouvre porte de garage universel
  • Sièges baquets
  • Volant réglable
  • Direction assistée
  • Coussin gonflable latéral avant
  • Verrouillage de sécurité pour enfants

Le prix demandé par le revendeur pour cette 2014 Chevrolet Volt est de 21 995$.

 

Concours gagner un modèle Chevrolet

Gagner le modèle Chevrolet de votre choix, concours trouvé de la semaine du 16 mai 2016

En vous rendant sur le site Internet de Chevrolet Canada, vous pouvez gagner le modèle Chevrolet de votre choix. Il suffit alors d’entrer vos coordonnées pour gagner la Chevrolet de votre choix.

Aucun achat requis. Le concours se termine le 31 octobre 2016 à 23 h 59 min 59 s (HNE). Le concours s’adresse aux résidants canadiens admissibles qui ont atteint l’âge de la majorité et sont titulaires d’un permis de conduire valide dans leur province ou territoire de résidence.

Limite d’un (1) bulletin de participation par personne pendant la durée du concours, sous réserve de la disponibilité de bulletins de participation supplémentaires lorsque certains renseignements sont fournis, comme l’indique la section 2 du règlement du concours. Il y a un (1) grand prix à gagner. Le gagnant peut choisir un (1) véhicule assorti d’un PDSF de 46 585 $ CA ou moins parmi les modèles Chevrolet, Buick, GMC ou Cadillac.

Le tirage au sort sera effectué le 7 novembre 2016 à 13 h (HNE).

Les chances de gagner dépendent du nombre de participations admissibles reçues pendant la durée du concours.

Le gagnant devra répondre correctement à une question réglementaire d’arithmétique.

 

Essayez avant d’acheter en louant une Nissan Leaf chez EEKO Logiques

AutoCarbure.com n’est pas ici pour faire la promotion d’une entreprise comme EEKO Logiques mais elle veut partager le tout au grand public.

Vous aimeriez vous procurer un véhicule électrique et vous rêvez à une Tesla mais finalement vu votre budget votre choix s’est arrêté à une Nissa Leaf?

Louer avant d’acheter!

C’est possible!

Ainsi, une entreprise de Montréal, Location de Véhicules EEKO Logiques Inc., loue plusieurs modèles de véhicules élecriques pour le week-end, donc la Nissan Leaf. Quoi de mieux que d’essayer un véhicule sur des centaines de kilomètres pour voir si vous aimerez le mode de vie d’une voiture électrique.

Il faut savoir que le mode de vie d’un véhicule entièrement électrique n’est pas le même. Vous devez vous rendre aux bornes de recharge pour recharger les batteries du véhicule.

Est-ce quelque chose qui vous plaira?

Pour le savoir, essayer une Nissan Leaf en la louant, au moment d’écrire ces lignes, EEKO Logiques louait la Nissan Leaf à 87$ par jour. Si vous vous abonnez à leur infolettre, vous recevrez leurs offres par courriel et il arrive que la Nissan Leaf se loue à 199$ du jeudi 7h au dimanche 17h avec 1000 km et 20$ de recharge. Il ne veut pas dire que la promotion qui vient d’être décrite va revenir, mais elle a déjà existé, elle a été récemment envoyée via leur infolettre.

199$ + taxes pour essayer une Nissan Leaf sur 1 000km, c’est peur cher payé avant d’acquérir le véhicule. Après un essai, soit que vous êtes convaincu ou que vous changerez d’idée.

La possibilité de location est là, profitez-en! Louer le véhicule pour un week-end peut vous donnez une bonne idée avant l’achat. Outre la Nissan Leaf, la même chose s’applique pour les autres véhicules électriques offert chez EEKO Logiques que sont les Tesla S 85D, Tesla S 70D, Tesla 60, BMW I3, BMW I3 reX, Chevrolet Volt et Kia Soul EV.

 

78 millions de nouveaux consommateurs potentiels pour les géants de l’automobile américain

L’accord nucléaire récemment signé entre les États-Unis et l’Iran est entrée en vigueur. Cela ouvre la porte aux entreprises américaines qui veulent faire des affaires sur le territoire iranien.

Les portes sont donc ouvertes pour les fabricants automobiles américains américaines avec un potentiel de 78 millions de nouveaux consommateurs.

Ford, GM et FCA (Chrysler) peuvent donc vendre leurs gammes de véhicules à la population iranienne.

Mais attention cet accord pourrait être une tempête dans un verre d’eau pour les sociétés américains car il y a longtemps que les fabricants automobiles chinois, japonais, allemands et français peuvent vendre aux iraniens. Ceux-ci ont donc une longueur d’avance sur leurs compétiteurs américains.

À l’époque où les limousines étaient de facto reliés aux Lincoln du géant Ford, il aurait été plus qu’attrayant pour le géant de Detroit de faire affaires avec l’Iran. Mais là les allemands et les chinois peuvent offrir quelque chose de bien similaire voire parfois même mieux. En parralèle, les modèles Lincoln ne sont plus ce qu’ils étaient la Town Car, la matière première légendaire à fabriquer des limousines, ayant disparue en 2011.

Est-ce que l’ouverture du marché iranien et ces 78 millions de nouveaux consommateurs potentiels pourrait ramener la Town Car? Probablement pas.

En termes de grandes et petites entreprises, le pickup américain pourrait être un gros vendeur en sol iranien.  Encore une fois, les japonais pouvaient y vendre bien avant les américains.  Il y a fort à parier que cela prendra du temps à Ford et son F-150 pour voir ses parts de marchés dominer en Iran.

En ce qui concerne l’électrification des transports, c’est à dire les chances de voir la Chevrolet Volt prendre preneur en Iran est peu probable. Ce pays mise sur l’exportation pétrolière comme principale source de revenu, il y a donc très peu de chance qu’ils établissent sur leur territoire un réseau de bornes électriques pour les recharges des véhicules électriques.

Chose certaine, pas de problème pour les grosses cylindrées américaines en Iran, c’est un pays de pétrole et l’essence est peu dispendieuse pour le peuple iranien.

Des recharges aux bornes électriques si populaires au Québec? On se calme!

Le Circuit électrique de bornes électriques alimentées par Hydro-Québec a connu une année 2015 que la société d’État qualifie «d’exceptionnelle».

Qu’est-ce qu’il y a de si exceptionnel?  46 000 recharges effectués aux bornes du réseau en 2015.

La société en rajoute en mentionnant qu’en un an, le nombre de recharges mensuelles sur les bornes électriques de son réseau a plus que doublé, passant de 2 600 à 6 300 recharges.

Sincèrement, y a pas de quoi écrire à sa mère, pourquoi donc?

Parce que si le parc automobile québécois n’avait qu’un simple 5% de véhicules élecriques, le réseau en place ne tiendrait pas la route et la société d’État devrait sortir les milliards pour mettre en place un réseau efficace avec davantage de bornes électriques et ce en augmentant davantage le coût du kilowatt/heure aux clients résidentiels québécois.

Or, le parc automobile actuel au Québec n’a même pas 1% de véhicule électrique, en fait quelque part entre 0,13% et 0,16% probablement moins de 8 000 véhicules. Or avec 8 000 véhicules, il est normal que les bornes du réseau d’Hydro-Québec aient connu 46 000 recharges en 2015, même que être la société d’État je me questionnerait à savoir pourquoi les 8 000 véhicules n’ont utilisé le réseau que moins de 6 fois chacun en moyenne pour l’année.

Rappelons que le gouvernement du Québec veut atteindre la cible de 80 000 véhicules électriques sur le parc automobile québécois pour 2020. C’est dans moins de quatre ans. Il faudrait qu’au courant des 47 prochains mois, que les québécois achètent par mois 1 500 véhicules électriques pour atteindre cette cible. La marche est donc très haute voire impossible. Mais il y a fort à parier que le gouvernement va user de généreuses subventions à la hausse pour insciter les québécois acquérir des véhicules électriques ou encore il va taxer davantage l’essence pour étouffer davantage les contribuables et ainsi qu’ils rangent leur véhicule pour opter pour le transport en commun et ainsi que la proportion de la voiture électrique augmente versus le parc automobile en place en 2020.

Avec les récentes hausses des droits d’immatriculation à la SAAQ pour les véhicules ayant un moteur de plus de 3,9 litres, le gouvernement québécois est en train d’étouffer l’automobiliste.

Pour l’instant peu d’automobilistes ont réussit à être convaincus de payer 35 000$ pour acquérir une Chevrolet Volt alors que pour le même montant ils peuvent s’acheter une Hyundai Elentra et mettre 10 000$ d’essence dans leur réservoir afin de pouvoir parcourir plus de 100 000 kilomètres.  La plupart de ceux qui l’ont fait sont des travailleurs professionnels, des entrepreneurs ou ceux qui sont appellés en technologie les early adapters qui sont toujours une poignée à se lancer sur les nouvelles technologies parfois de façon aveugle.

2016 Chevrolet Bolt EV

La 2016 Chevrolet Bolt EV, l’avenir du véhicule électrique?

Selon GM, la toute nouvelle Chevrolet Bolt EV promet d’être l’avenir du véhicule électrique.

C’est pompeux et même très prétentieux. L’annonce-t-on pour la lignée 2016 ou 2017? Ce n’est pas clair.  Sur le site web de Chevrolet, dans l’URL on peut lire 2016, mais il semble qu’elle serait dévoilée en janvier 2016 pour la lignée 2017. Rien de clair de ce côté.

Chevrolet écrit sur son site web que la Bolt est l’avenir du véhicule électrique à grande autonomie, la voiture concept Bolt EV oriente le design Chevrolet dans d’audacieuses nouvelles directions. Avec une autonomie évaluée à plus de 300 kilomètres1, la voiture concept matérialise la vision Chevrolet d’un véhicule électrique mondial abordable.

Abordable, vraiment?

$30 000 US (40 000 dollars canadiens ) avant la préparation, le transport et les taxes. Aussi bien dire 48 000$. À 48 000$ taxes incluses, vous obtenez un beau véhicule à essence avec une autonomie de plus de 500 km.  Au prix que se vend l’essence en ce moment, il faut y penser deux fois avant de se tourner vers e véhicule électrique qui est loin d’être abordable.

48 000$ pour un véhicule de type  crossover qui offre une autonomie de charge de 320 km.  Il faut avoir le goût de l’électricité à tout prix.

Ça demeure un véhicule de type Chevrolet, un genre de Spark surgonflé mais plus joli que la Chevrolet Volt.

Impossible de connaître au moment d’écrire ses lignes, les dimensions du véhicule. Peut-être que le véhicule sera en montre au Salon Internatonial de l’Auto de Montréal, plus tard ce mois de janvier.

Est-ce que la Chevrolet Bolt est fait sur mesure pour compétitionner le Model X de Tesla Motors? Aucunement, on ne parle pas ici de la même gamme de véhicule et surtout pas du même prix, $132 000 US.

 

 

 

Essence, diesel ou électrique

Plus que jamais, avec un litre d’essence à 1,35$ à Montréal, l’économie d’essence est le top des critères de sélection des automobilistes au moment de l’achat d’une voiture neuve.

Fort heureusement, nous assistons aussi depuis plusieurs années à la venue de véhicules de plus en plus économiques sur le marché automobile canadien.

Le diesel, longtemps boudé par les conducteurs nord-américains, refait donc surface dans plusieurs concessionnaires au pays. Certains modèles offrent le choix entre le moteur diesel ou à essence.

Mais attendez il y a aussi l’électrique.  Une nouvelle option qui s’offre à l’acheteur depuis quelques années.

Qu’est-il donc plus économique, l’essence, le diesel ou l’électrique?

Biens sûrs vous devrez jouer sur vos goûts et besoins personnels pour arriver à une décision et aussi sur votre budget.

Le prix d’achat

Les électriques c’est connu sont beaucoup plus chère à l’achat. On parle parfois d’un prix 100% plus élevé pour un véhicule de la même catégorie à moteur à essence.  On parle souvent de 10 000$ plus dispendieux une voiture électrique qu’une voiture à essence.  C’est le cas par exemple chez Nissan avec la Leaf à 31 000$ versus la Versa à 15 000$.  Bien sûr il y a la subvention québécoise à l’achat de 8 000$.  Ça fait tout de même une différence de 8 000$ avant taxes à l’achat.  En supposant qu’un plein d’essence sur la Note vous coûte 50$, c’est 80 000km avec la Note que vous pourez faire avant d’atteindre le niveau de prix de la Leaf.  Imaginez la Leaf est encore dans la cour à 31 000$ + taxes et pour l’équivalent, votre Versa Note aura parcouru 80 000 km avant que vous ayez déboursé 31 000$.

Chez Chevrolet, la Volt, entièrement électrique est à 40 000$ son équivalent à essence, la Malibu est à 26 000$.  Encore une fois, avec le rabais de 8 000$ en subvention, la différence de coûts est de 6 000$.  Avec 6 000$ d’essence vous en faites du chemin.

Le diesel

Compte tenu qu’à la pompe le carburant disesel est souvent plus cher de 15 cents le litre, il semble que ça ne vaut pas la peine d’analyser le diesel.  Mais ce site Internet européen a analysé divers scénarios.   L’avantage est au diesel si vous faites surtout des déplacements sur grandes routes.

Les coûts d’entretien

C’est connu chez les voitures diesel et électrique les coûts d’entretien et de réparation sont plus élevés et cela doit aussi être pris en considération dans votre choix.

Durabilité

Il est difficile d’établir une durabilité au moteur électrique.  Le diesel a la réputation d’être durable.  Les moteurs à essence de nos jours ne sont pas tuables non plus.  Au Québec, la rouille va ronger votre véhicule avant que vous ayez atteint 250 000 km avec.

Les coûts en assurances

De toute évidence assurer une voiture électrique de 40 000$ vous coûtera plus cher que d’assurer son équivalent en essence à 26 000$.  Un autre point à réfléchir.

Désagréments de certains moteurs

Autefois un moteur diesel crachaient parfois un nuage noir sur la route et c’était désagréable et nauséabond de suivre un tel véhicule sur la route.  Les constructeurs ont nettement amélioré cela.  Mais au niveau sonore, le champion toute catégorie en terme de bruit est le moteur diesel.  Autant que le moteur électrique n’émet presqu’aucun son.  Évidemment pour l’électrique le désagrément est de s’arrêter aux bornes rechargeables pour une vingtaines de minutes si vous faites de longue distance.  En hiver le moteur diesel est capricieux à démarrer si son bloc chauffe-moteur n’a pas été branché.  Quant à la voiture électrique, il y a une baisse de performance sur la distance maximale pouvant être effectuée en hiver à cause de l’énergie requise pour chauffer l’habitacle.  Chez certains utilisateurs de la Nissan Leaf, certains ont remarqué une baisse de capacité maximale à parcourir de 20 à 25% en hiver à -15 degrés celcius.

Conscience verte

Essence, diesel ou électrique, les trois motorisations pollueront inévitablement. Souvent on entend dire que l’électrique c’est émission zéro en termes de CO2.  Effectivement mais il ne faut pas oublier que les batteries de ses voitures sont très polluantes en termes de disposition une fois qu’elles ne sont plus bonne.  C’est tout autant polluant qu’une voiture diesel ou à essence.   Leur fabrication est aussi toute autant polluante.  Bien sûr en roulant 200 000km il se peut qu’il y est un léger avantage vert à la voiture électrique.  Mais d’un autre côté les fabricants automobiles améliore tellement les moteurs à essence.  Il ne faudrait pas non plus comparer un 2014 Dodge Challenger R/T à à une 2014 Tesla en terme d’émanants polluants.  Quoi que le moteur HEMI équipant le Dodge Challenger est surprenant avec sa capacité d’utiliser les 8 cylindres que lorsque que c’est nécessaire.

Le choix final

Bonne réflexion, mais AutoCarbure vous suggère encore le moteur à essence, tant et aussi longtemps que les prix des voitures électriques demeureront et tant et aussi longtemps que le coût du diesel ne sera pas égal au prix de l’essence.