rouler électrique pas si économique

Rouler électrique, pas aussi avantageux qu’Hydro le prétend

L’article Xtra de La Presse, commandité par Hydro-Québec, a comme titre « Rouler électrique : cinq avantages financiers ». Chez AutoCarbure nous trouvons que c’est un article dont le contenu est malicieux et où plusieurs informations sont manquantes.
 
Juste sur le prix, rien ne peut justifier l’achat d’un véhicule entièrement électrique au niveau de l’économie. Il sera toujours plus cher à l’achat que son équivalent à essence. Donc avec la différence de prix, vous pourrez rouler beaucoup de kilomètres avec votre véhicule à essence avant d’atteindre la différence du prix payé pour l’achat du véhicule électrique.
 
Prenons le cas de la Chevrolet Volt. Son prix de détail plancher est à 41 045$ (avant les taxes de ventes) moins la subvention de 8 000$ le prix de riens à 33 045$. Encore 9 000$ plus chère que la Chevrolet Malibu qui elle a son prix plancher à 24 245$.
 
Si on se fit à l’article 9 000$ c’est 90 000 km. Ajoutons les taxes… c’est donc 10 500$, soit 105 000 km.
Si vous financez votre achat, c’est 10 500$ de plus que vous devrez financer. On peut donc supposer 500$ de plus en intérêt, sur un financement de 60 mois.
 
Donc uniquement pour la différence de prix, votre achat ne sera pas économique avant 110 000 km.
 
Ensuite un facteur oublié. Celui du stress. Celui du stress de constamment regardé l’autonomie du véhicule. Puis en hiver… l’enfer. Ha bien sûr vous allez me dire… pas de stress la Volt se recharge avec une génératrice activé par un moteur à essence. Ha mais alors il faut ajouter ces coûts en essence.
 
Imaginez en été un trajet Montréal Rimouski avec votre véhicule électrique. Combien de fois devrez-vous recharger? À chaque recharge, aucun doute vous prendrez un café durant la recharge, ou quelque chose… il faut ajouter cela au prix. Et sans compter qu’une recharge est pas mal plus longue qu’un plein d’essence.
 
Finalement le facteur bornes… Le réseau québécois de bornes est jusqu’à maintenant très urbain ou si vous préférez très axe Québec – Montréal. En dehors de cet axe, les bornes se font rares.
 
L’article fait mention d’une subvention de 600$ pour faire installer une borne de recharge à votre domicile.
 
En moyenne il en coûte 1 500$ pour acquérir une borne de recharge. C’est un 900$ supplémentaire à débourser. Si vous déménager, c’est encore un 900$ supplémentaire que vous devrez débourser pour faire réinstaller votre borne.
 
Au final c’est donc à partir de 120 000 km que vous économiserez et vu l’argent que vous dépenserez durant le temps de recharge en voyage, nous croyons que c’est à partir de 140 000 km que vous économiserez, donc 7 ans.
 
Donc en clair, avant près de 7 ans, aucune économie par rapport à la différence de prix à l’achat du véhicule électrique vs un véhicule de même catégorie à moteur à essence.
 

Mais paraît-il que durant ce temps vous aurez contribué à sauver la planète en roulant électrique. Ça, rien n’est encore absolument prouvé scientifiquement de ce côté, Tout n’est que théorique.

 

De plus votre Malibu sera disponible en tout temps pour faire une course ou pour toute urgence. Alors que votre véhicule électrique s’il est en train de recharger… vous ne pourrez pas partir rapidement de chez vous.

Évidemment, Hydro-Québec prêche pour leur paroisse et veulent vous voir consommer davantage d’électricité. Mais rien ne garantie que dans l’avenir que le prix de l’électricité ne montera pas. Hydro-Québec demande des augmentations presqu’au 6 mois à la Régie de l’énergie depuis quelques années.
 

 Vous savez dans cet article on voulait démontrer que l’achat d’une véhicule à essence vs un véhicule de même catégorie mais électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit. Bien sûr vous trouverez des choses que vous penserez avantageuses en faveur du véhicule électrique. Mais ne perdez jamais de vue que l’équivalent en essence coûte moins cher à l’achat.

Dans cet article on a comparé la Malibu à la Volt. On aurait pu comparer la Cruze Hatch à la Bolt. La Bolt se vend le double du priz de la Cruze Hatch.On aurait pu aussi comparer la KIA Soul de base à la KIA Soul EV avrc une différence de près de 16 000$ dans le prix d’achat.

Surtout, ce qu’on voulait démontrer c’était que d’utiliser un véhicule électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit.

Nous ne sommes pas contre l’achat de véhicules électriques. Mais on vout met en garde que ce n’est pas aussi avantageux économiquement qu’Hydro le prétend.

Essence, diesel ou électrique

Plus que jamais, avec un litre d’essence à 1,35$ à Montréal, l’économie d’essence est le top des critères de sélection des automobilistes au moment de l’achat d’une voiture neuve.

Fort heureusement, nous assistons aussi depuis plusieurs années à la venue de véhicules de plus en plus économiques sur le marché automobile canadien.

Le diesel, longtemps boudé par les conducteurs nord-américains, refait donc surface dans plusieurs concessionnaires au pays. Certains modèles offrent le choix entre le moteur diesel ou à essence.

Mais attendez il y a aussi l’électrique.  Une nouvelle option qui s’offre à l’acheteur depuis quelques années.

Qu’est-il donc plus économique, l’essence, le diesel ou l’électrique?

Biens sûrs vous devrez jouer sur vos goûts et besoins personnels pour arriver à une décision et aussi sur votre budget.

Le prix d’achat

Les électriques c’est connu sont beaucoup plus chère à l’achat. On parle parfois d’un prix 100% plus élevé pour un véhicule de la même catégorie à moteur à essence.  On parle souvent de 10 000$ plus dispendieux une voiture électrique qu’une voiture à essence.  C’est le cas par exemple chez Nissan avec la Leaf à 31 000$ versus la Versa à 15 000$.  Bien sûr il y a la subvention québécoise à l’achat de 8 000$.  Ça fait tout de même une différence de 8 000$ avant taxes à l’achat.  En supposant qu’un plein d’essence sur la Note vous coûte 50$, c’est 80 000km avec la Note que vous pourez faire avant d’atteindre le niveau de prix de la Leaf.  Imaginez la Leaf est encore dans la cour à 31 000$ + taxes et pour l’équivalent, votre Versa Note aura parcouru 80 000 km avant que vous ayez déboursé 31 000$.

Chez Chevrolet, la Volt, entièrement électrique est à 40 000$ son équivalent à essence, la Malibu est à 26 000$.  Encore une fois, avec le rabais de 8 000$ en subvention, la différence de coûts est de 6 000$.  Avec 6 000$ d’essence vous en faites du chemin.

Le diesel

Compte tenu qu’à la pompe le carburant disesel est souvent plus cher de 15 cents le litre, il semble que ça ne vaut pas la peine d’analyser le diesel.  Mais ce site Internet européen a analysé divers scénarios.   L’avantage est au diesel si vous faites surtout des déplacements sur grandes routes.

Les coûts d’entretien

C’est connu chez les voitures diesel et électrique les coûts d’entretien et de réparation sont plus élevés et cela doit aussi être pris en considération dans votre choix.

Durabilité

Il est difficile d’établir une durabilité au moteur électrique.  Le diesel a la réputation d’être durable.  Les moteurs à essence de nos jours ne sont pas tuables non plus.  Au Québec, la rouille va ronger votre véhicule avant que vous ayez atteint 250 000 km avec.

Les coûts en assurances

De toute évidence assurer une voiture électrique de 40 000$ vous coûtera plus cher que d’assurer son équivalent en essence à 26 000$.  Un autre point à réfléchir.

Désagréments de certains moteurs

Autefois un moteur diesel crachaient parfois un nuage noir sur la route et c’était désagréable et nauséabond de suivre un tel véhicule sur la route.  Les constructeurs ont nettement amélioré cela.  Mais au niveau sonore, le champion toute catégorie en terme de bruit est le moteur diesel.  Autant que le moteur électrique n’émet presqu’aucun son.  Évidemment pour l’électrique le désagrément est de s’arrêter aux bornes rechargeables pour une vingtaines de minutes si vous faites de longue distance.  En hiver le moteur diesel est capricieux à démarrer si son bloc chauffe-moteur n’a pas été branché.  Quant à la voiture électrique, il y a une baisse de performance sur la distance maximale pouvant être effectuée en hiver à cause de l’énergie requise pour chauffer l’habitacle.  Chez certains utilisateurs de la Nissan Leaf, certains ont remarqué une baisse de capacité maximale à parcourir de 20 à 25% en hiver à -15 degrés celcius.

Conscience verte

Essence, diesel ou électrique, les trois motorisations pollueront inévitablement. Souvent on entend dire que l’électrique c’est émission zéro en termes de CO2.  Effectivement mais il ne faut pas oublier que les batteries de ses voitures sont très polluantes en termes de disposition une fois qu’elles ne sont plus bonne.  C’est tout autant polluant qu’une voiture diesel ou à essence.   Leur fabrication est aussi toute autant polluante.  Bien sûr en roulant 200 000km il se peut qu’il y est un léger avantage vert à la voiture électrique.  Mais d’un autre côté les fabricants automobiles améliore tellement les moteurs à essence.  Il ne faudrait pas non plus comparer un 2014 Dodge Challenger R/T à à une 2014 Tesla en terme d’émanants polluants.  Quoi que le moteur HEMI équipant le Dodge Challenger est surprenant avec sa capacité d’utiliser les 8 cylindres que lorsque que c’est nécessaire.

Le choix final

Bonne réflexion, mais AutoCarbure vous suggère encore le moteur à essence, tant et aussi longtemps que les prix des voitures électriques demeureront et tant et aussi longtemps que le coût du diesel ne sera pas égal au prix de l’essence.