Rencontres inattendues: un gros Mercedes G55 AMG

À plus de 115 000$ après les taxes de vente en usagé, ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre ce type de SUV aussi carré, soit le Mercedes classe G, modèle G55 AMG.

J’ai eu la chance de rencontrer ce Mercedes G55 récemment dans un stationnement de Montréal.  Sa rencontre m’a surpris et ses allures carrées aussi.

J’ai fait quelquea recherche pour découvrir que le véhicule est doté d’un V8 de 489hp.  Il en faut de la puissance pour tirer ce SUV aux formes non aérodynamiques et avec un poids de  2580 kg (5690 livres).

Autre caractéristique étonnante sur ce G55 AMG, il est doté d’une transmission automatique de seulement 5 vitesses mais avec la possibilité de les changer aussi manuellement.

Selon mes photos, le modèle rencontré est située entre les années 2010 et 2012.

Depuis 2013, le Mercedes G55 AMG a été remplacé par le G63 AMG qui se détaille à 150 000$ et qui est mantenant doté d’un moteur v8 de 536hp biturbo.

g55-amg-002

2013 Ford Flex SEL

Essai 2013 Ford Flex SEL AWD

Le Ford Flex SEL 2013 est un SUV aux allures carrés.  Honnêtement quand on le regarde de l’extérieure la première fois, on est pas très certain de ce qui nous attend.

Une fois à l’intérieur par contre les préjugés tombent.  Le Ford Flex est un véhicule luxueux.  Un toit ouvrant des plus ensoleillés.  Un puit de lumière est disponible pour les passagers de la seconde banquette et aussi un autre pour les passagers de la troisième banquette. C’est génial quand vous visitez une grande ville, vous pouvez avoir les yeux presque partout, vous ne manquerez presque rien avec toute la fenestration du Flex.

Il y a beaucoup d’espace pour les jambes sur la seconde banquette et pas mal aussi sur la troisième.

Les places sont confortables sur la première et la seconde banquette, la troisième pour un adulte ce serait plus restreint mais quand même acceptable.

Caractéristiques du véhicule:

  • couleur extérieure: brun kodiak
  • couleur intérieure: gris
  • sièges en cuir
  • 5 portes
  • nombre de passagers possibles:  6 ou 7 selon le fabricant (6 adultes c’est correct)
  • moteur v6 3.5L
  • puissance de 287 hp
  • transmission automatique à 6 vitesses
  • prix neuf: 40 699$ (source site Internet du fabricant)
  • garantie du fabricant 3 ans 60 000 km
  • lieu de fabrication:  Oakville, Canada
  • quatre roues motrices

Détails de l’essai:

  • Nombre de kilomètres parcourus pour l’essai:  2344.
  • % de l’essai réalisé en ville: 15
  • % de l’essai réalisé en campagne: 15
  • % de l’essai réalisé sur autoroute: 70
  • Comditions climatiques durant l’essai: été, pluie et soleil
  • Date de l’essai: mai 2013

La suspension du Flex est excellente. C’est le confort suprême.  Le freinage est super, quasiment identique à une berline.  L’accélération, tout va.  Les virages se font très bien.  Presque pas de défaut.

Consommation d’essence. C’est correct.  Aussi gourmand qu’un Ford Fusion mais pas plus qu’un Chevrolet Traverse.  Honnêtement le véhicule n’est pas très aérodynamique de par son désign mais au volant on ne sent pas sa carrure qui fait face au vent.

Le Ford Flex essayé était quatre roues motrices.  Assez inutile en été.
Le Ford Flex a une belle gueule quand on sort de l’habitacle.  Autrement dit au premier coup d’oeil on trouve qu’il est proche d’un corbillard, après avoir visité l’intérieur, on trouve qu’il a de la gueule.
J’ai trouvé que le Flex avait une puissance intéressante au niveau du moteur.  On ne manque pas de puissance lors des accélérations pour entre sur l’autoroute.  Nous étions quatre adultes à voyager avec et le coffre plein de bagages.  Franchement un sentiment de légèreté habitait le Flex.
Si vous voyagez six adultes vous aurez très peu de place pour loger les bagages dans le Flex.  Avec la troisième banquette installée, si y a personne qui s’y assoeit, génial vous obtiendrez plus de rangements pour les bagages.

Sur l’autoroute avec le vent, on sent rien avec le Flex.  La pluie.  Même chose.  Sérieusement il est d’un confort incroyable.  La conduite est tellement agréable que le changement de chauffeur est déplaisant, on a pas envie de lâcher la roue.

La radio est correcte et dotée du système satellite XM, c’est génial.  La connexion d’un iPod se fait facilement, petit bémol, encore une fois avec Microsoft Sync, difficile de jumeler un iPhone.  Ça se fait mais il faut redoubler d’efforts.

La console, le tableau de bord.  Très facile à comprendre et à utiliser.  Rien à dire de ce côté.  C’est un très beau désign intérieur.  Franchement les gens de Ford ont de quoi être fiers de produire un aussi beau véhicule.

Les sièges avant sont très confortables et facile à ajuster.

L’accès aux places arrières est parfait.  La troisième banquette s’accède mieux que dans un Traverse, franchement chez Chevrolet ils ont beaucoup à apprendre de Ford.

Je reviens à la conduite du Flex, franchement c’est le véhicule essayé qui m’a le plus enchanté au niveau de la conduite.  C’est d’un charme agréable et d’un confort incroyable tant derrière la roue, sur le siège du passager ou sur la seconde banquette.  Reculer avec le Flex, pas de problème, il y a une caméra qui nous guide.

Il y a beaucoup de rangement dans le Flex et la capacité du coffre avec les banquettes abaissées est impressionnante.

La finition extérieure du Ford Flex est impéccable et plus on le regarde et plus on le trouve beau.  Seul point à améliorer, rendre légèrement le véhicule moins carré, ça le rendrait vraiment d’une beauté incroyable et la note se rapprocherait de la perfection.

Bravo Ford!

J’attribue au Ford Flex 2013 SEL AWD une note globale en 50 points de

93% ou 4.7

ford-flex-003ford-flex-001

 

Essai 2011 Chevrolet Traverse LT

Le Chevrolet Traverse LT 2011 est un gros SUV capable techniquement de loger 8 passagers. Mais pas 8 adultes.  Les places de la troisième banquette sont davantage destinées à des enfants et sont très à l’étroit pour un adulte de taille moyenne.  Les places de la seconde banquette sont correctes, sans plus. Mais on ne loge pas trois adultes sur la seconde et la troisième banquette. À six adultes c’est correct et encore, les deux sur la troisième banquette ne sont pas dans le gros confort mais très à l’étroit.  De petits adultes oui mais pas des gaillards de 6 pieds et plus.

La position de conduite est idéale, magnifique vue avant, surélevée comme tout les suv. La place côté passager offre également une belle vue.  Un toît ouvrant éclaire davantage l’habitacle.

Le Chevrolet Traverse ne tourne pas sur un 10 cents comme tous les gros SUV.  C’est virage sont un peu plus long mais se font tout de même avec aisance.  Reculer, la caméra aurait été la bienvenue car la vision arrière est défaillante vue la longueur du véhicule.  Disons qu’on ne stationne pas le Traverse aisément dans une cour de centre d’achat à l’étroit.

Caractéristiques du véhicule:

  • couleur extérieure: bleu marine
  • couleur intérieure: noire
  • sièges en tissus
  • 4 portes
  • nombre de passagers possibles:  8 selon le fabricant (6 adultes c’est correct)
  • moteur v6 3.6L
  • puissance de 281 hp
  • transmission automatique à 6 vitesses
  • prix neuf: 41 860$ (source site Internet du fabricant)
  • garantie du fabricant 3 ans 60 000 km
  • lieu de fabrication:  Michigan, États-Unis

Détails de l’essai:

  • Nombre de kilomètres parcourus pour l’essai:  2036.
  • % de l’essai réalisé en ville: 15
  • % de l’essai réalisé en campagne: 20
  • % de l’essai réalisé sur autoroute: 65
  • Comditions climatiques durant l’essai: été, pluie et soleil
  • Date de l’essai: juillet 2010

La suspension du Traverse est bien.  Pas trop molle comme sur certains SUV ni trop dure.  C’est confortable.  Le freinage est normal pour un SUV de ce type.

Consommation d’essence. Gourmand mais pas trop. C’est tout de même un SUV que je dirais beaucoup plus léger que le Suburban ou le Yukon.

Le Traverse essayé était d’un beau marine à l’extérieure avec l’intérieur noir.  Il a une belle coupe, il n’a pas la gueule carré des gros SUV chez Chevrolet.
J’ai trouvé que le Traverse manquait de puissance sur l’autoroute. Je comprends qu’avec six adultes à l’intérieur et tout plein de bagages, nous étions lourd. Mais tout de même j’aurais aimé plus de puissance. L’accélération est lente et le moteur semble vouloir sortir du capot. Mais une fois en vitesse de croisière ça se replace. C’est juste à l’accélération.
Si vous voyagez six adultes vous aurez très peu de place pour loger les bagages.  Avec la troisième banquette installée, n’aller même pas faire un épicerie vous ne saurez pas où ranger les sacs. L’espace est vraiment limité.

Sur l’autoroute avec le vent, le Traverse n’a pas grand aérodynamisme, alors il prend le vent. Ça tangue un peu mais pas non plus au point d’être effrayé.  Ce n’est pas un Nissan Versa mais un SUV capable d’en prendre.

La radio est correcte sans plus. De toute façon quand vous voyager six adultes, ça jase en masse, la radio est peu utile, sauf pour connaître la situation du trafic sur la route.  La connexion d’un iPod se fait facilement.

La console, le tableau de bord.  Très facile à comprendre et à utiliser.  Rien à dire de ce côté.

Les sièges avant sont très confortables et facile à ajuster.

L’accès aux places arrières est parfait.  Encore une fois je reviens sur la troisième banquette, je vais passer pour un plaignard, mais ces places sont très difficiles d’accès, c’est un gros point négatif de ce véhicule.

J’attribue au Chevrolet Traverse 2011 une note globale en 50 points de

72% ou 3.6

Chevrolet Traverse 2011

Rencontres inattendues: un Jeep Compass bleu

Vous allez me dire, je trippe sur le bleu, bien oui mais bon pas tant que ça mais il faut dire que de voir des véhicules américains bleus, c’est rare au Québec.  Encore plus chez les SUV.

Voici ici un Jeep Compass bleu vu à Montréal garé sur la rue, début septembre.

 

2014 Ford Escape SE

Essai 2014 Ford Escape SE

Essai d’un Ford Escape SE 2014.

Caractéristiques du véhicule:

  • couleur extérieure: blanc
  • couleur intérieure: noire
  • sièges en tissu
  • 4 portes
  • nombre de passagers possibles:  5
  • moteur v4  1.6L turbo DACT à 16 soupapes
  • puissance de 173hp
  • transmission automatique à 6 vitesses
  • prix neuf: 27 949$ (source site Internet du fabricant)
  • garantie du fabricant 3 ans 60 000 km
  • lieu de fabrication:  Louisville, Kentucky, États-Unis

Détails de l’essai:

  • Kilomètres au compteur avant l’essai: 22 233.
  • Nombre de kilomètres parcourus pour l’essai:  629.
  • % de l’essai réalisé en ville: 20
  • % de l’essai réalisé en campagne: 25
  • % de l’essai réalisé sur autoroute: 55
  • Comditions climatiques durant l’essai: été, pluie et soleil
  • Date de l’essai: août 2014

Quand je suis embarqué dans le Ford Escape SE 2014, tout comme le modèle 2013, j’ai tout de suite aimé ma position derrière le volant.  Pas trop haut et plus haut qu’une voiture traditionnelle.  Une belle vue mais on se sent pas «jacké» comme dans les gros SUV.  On a un grand sentiment de sécurité mais on ne sent pas qu’on va «dominer» la route avec ce véhicule.

Évidemment c’est un Escape, qu’est-ce que les gens à qui je l’ai montré ont essayé en premier? L’ouverture du coffre-arrière en montant le pied sous le pare-choc… bien ça ne fonctionne pas. Seul les modèles Titanium du Ford Escape ont cet option de série.

L’ajustement des miroirs est simple, et chez Ford une chose est intéressante avec ces rétroviseurs… c’est le petit carré incrusté qui couvre bien les angles morts.  Presque tous les modèles de Ford ont ça et sincèrement je me demande encore ce que les autres fabricants attendent pour faire quelque chose de similaire sur leurs véhicules.

L’essai du véhicule ce passait par journées chaudes, autant que pour le 2013, l’ajustement optimal de la climatisation n’est pas évident à réussir.

Rien à dire sur la suspension du Ford Escape 2014, identique au 2013, suspension molle mais pas trop et ça roule vraiment doux.

Amélioration de l’écran tactile en 2014 pour le Ford Escape.  Beaucoup plus facile à régler.  Mais encore une fois le système de son inclut dans le modèle 2014 est à revoir. C’est sincèrement un système bas de gamme.  Même problème en soirée quand je roulais, je n’ai pas trouvé la façon de diminuer l’éclairage au maximum de la console tactile.  On s’habitue mais c’est fatiguant pour l’oeil.

Le tableau de bord c’est encore réussi, du bon travail chez les ingénieurs de Ford.

Côté rangement, l’Escape a un bel espace de rangement.  J’aime.  Et si vous désirez avoir vos bagages à l’abri des curieux, c’est possible, une toile peut être déroulée et bingo on ne voit plus les bagages.  Un petit rien du tout que tous les SUV devrait avoir.

Pour ouvrir le capot, définitivement en 2014, même problème qu’en 2013, je veux ouvrir le capot du véhicule … le levier à tirer pour ouvrir le capot est toujours aussi discret et bien caché.  Toujours, situé très bas côté gauche du conducteur, levier noir sur fond noir.  Faut le savoir.  Encore une fois je suggère aux gens de Ford de mettre le levier d’une autre couleur ce qui le rendrait plus visible.

Quand on roule avec l’Escape, on ne sent pas que les 173 chevaux de sont moteurs sont insuffisants pour la grosseur du véhicule. C’est juste parfait.  Je m’attendais à un moteur plus puissant car Ford ont la réputation de mettre des moteurs trop puissants dans leur véhicule, c’est à dire plus que le client en demande. Les changements de rapport de vitesse se font tout en douceur.

Les virages tout va bien.  L’expérience de conduite est agréable.  L’insonorisation serait à améliorer mais bon, le modèle essayé a un toit ouvrant.  Toit ouvrant pas facile à utiliser du premier coup.  Mais j’aime bien que le toit ouvrant aille jusqu’à la moitié de l’arrière.  C’est très lumineux.

Le freinage, comme en 2013, c’est légèrement à améliorer.  Je comprends que je ne suis pas au volant d’une berline mais tout de même je m’attendais à de meilleurs résultats.

Les vents latéraux… je les ai moins senti sur la version 2014.  Pourtant pas grand chose à changé sur le véhicule au niveau de l’aérodynamisme.

La forme du Escape 2014 est belle et franchement les mags choisis le décore bien par rapport à son équivalent 2013. La couleur blanche m’agace d’habitude, ce véhicule porte bien sa couleur.  Il est plus gros que le gris (silver) du modèle 2013 essayé.  Pour vous dire quand je suis arrivé avec ce modèle, mon paternel a trouvé le véhicule pas mal beau. Donc ce véhicule plaît aussi aux retraités.

Reculer avec le Escape est génial, car en 2014, le modèle a été doté d’une caméra.  La vision arrière est correcte mais quand même pas aussi bonne que sur une berline.

Tant derrière que devant, les sièges du Escape sont confortables. Cette fois en 2014, j’ai des sièges en cuir.  Une petite cuirette mais quand même très agréable, c’est confortable.  Dans l’habitacle, il y a beaucoup d’espace pour les jambes à l’avant et aussi à l’arrière.

Il y a aussi beaucoup de rangement dans l’habitacle du Escape mais  ce n’est pas un gros SUV. On a assez de place pour deux breuvages à l’avant et de mettre les autres trucs dans le coffre à gants ou dans la mini boîte qui sert d’appui-bras entre les deux sièges avant. Même problème qu’en 2013, aucun endroit pour mettre mon cellulaire à portée de main. Je dois le mettre dans la porte comme ça lousse… à améliorer.  Ce ne sont pas des grands points, mais des petits points à améliorer qui en ferait un véhicule se rapprochant d’un 80%.

Côté connexion, j’ignore si c’est mon Android ou le système de Ford, mais encore pour ce modèle, je n’ai jamas été capable de brancher mon téléphone au système Bluetooth du véhicule.  À ce beau système du Ford Escape, j’aime pas l’endroit où se trouve la prise USB. Dans le coffre qui sert d’appui-bras entre les deux sièges.  Certains vont aimer ça, pas moi, je trouve ça peu pratique.

Les essuis-glaces, rien à dire, tout va bien de ce côté avec le Escape.  Ils essuient bien.   Autrement dit, ils font ce qu’ils ont à faire.

À comparer avec le modèle 2013 sans toit ouvrant, il  y aurait un point à améliorer sur le Escape avec toit ouvrant.  L’endroit où est placé le plafonnier.  Pas pratique dutout.  Il est au-dessus de la porte du conducteur et du passager.  Vraiment pas utile.  Faudrait le mettre au centre tout juste en dessous des contrôles du toit ouvrant, comme sur le Buick Lacrosse par exemple.

Côté consommation d’essence, c’est correct, sans plus.  Je comprends que je ne conduis pas une berline mais je m’attendais à mieux du moteur Ecoboost.  Peut-être est-ce le 4×4 qui consomme plus que sur un aute véhicule.   Les kilomètres parcouru m’ont coûté 72$ à un prix d’essence moyen de 1,28$ le litre.  Encore une fois je laisse le calcul du coût d’essence aux mathématiciens.

J’attribue au Ford Escape SE 2014 une note globale en 50 points de

78% ou 3.9

ford-escape-se-2014-002 ford-escape-se-2014-003 ford-escape-se-2014-004 ford-escape-se-2014-005 ford-escape-se-2014-006 ford-escape-se-2014-007 ford-escape-se-2014-008 ford-escape-se-2014-009 ford-escape-se-2014-010

Rencontres inattendues: un beau suv Lincoln MKX bleu

C’est dommage que Lincoln n’offre plus cette couleur tant du côté canadien qu’américain.

Après avoir vu le beau SUV bleuté dans une rue du Nord de Montréal, j’ai fais mes recherches.  On ne voit plus chez Lincoln cette couleur depuis 2011.

Tellement dommage. Le véhicule est magnifique et de cette couleur il est tout simplement plus beau.  Bravo Ford d’avoir offert un Lincoln MKX bleu aux amateurs de véhicules colorés.

lincoln-mks-bleu-002

 

 

2013 Ford Escape SE

Essai 2013 Ford Escape SE

Essai d’un SUV Ford Escape SE 2013.

Caractéristiques du véhicule:

  • couleur extérieure: argent
  • couleur intérieure: noire
  • sièges en tissu
  • 4 portes
  • nombre de passagers possibles:  5
  • moteur v4  1.6L turbo DACT à 16 soupapes
  • puissance de 173hp
  • transmission automatique à 6 vitesses
  • prix neuf: 28 499$ (source site Internet du fabricant)
  • garantie du fabricant 3 ans 60 000 km
  • lieu de fabrication:  Louisville, Kentucky, États-Unis

Détails de l’essai:

  • Kilomètres au compteur avant l’essai: 40 233.
  • Nombre de kilomètres parcourus pour l’essai:  537.
  • % de l’essai réalisé en ville: 25
  • % de l’essai réalisé en campagne: 25
  • % de l’essai réalisé sur autoroute: 50
  • Comditions climatiques durant l’essai: été, pluie et soleil
  • Date de l’essai: août 2014

Quand je suis embarqué dans le Ford Escape SE 2013 j’ai tout de suite aimé ma position derrière le volant.  Pas trop haut et plus haut qu’une voiture traditionnelle.  Une belle vue mais on se sent pas «jacké» comme dans les gros SUV.  On a un sentiment de sécurité mais on ne sent pas qu’on va «dominer» la route avec ce véhicule.

L’ajustement des miroirs est simple, et chez Ford une chose est intéressante avec ces rétroviseurs… c’est le petit carré incrusté qui couvre bien les angles morts.

Je suis près à partir mais il fait chaud et je démarre le climatiseur.  Oh bon sens chez Ford c’est un aspect à améliorer.  Contrôle indépendant chauffeur – passager pour la climatisation. C’est bien.  Mais pas facile à régler.

Quand on roule c’est le confort.  Suspension molle mais pas trop.  Je roule sur un boulevard urbain où les poids lourds ont laissé leurs traces et franchement la suspension se comporte très bien.  Je sens qu’il y a un gros travail qui se fait sous mes pieds à ce niveau et je suis content. Les ingénieurs de Ford ont fait du beau travail.

Oh il fait chaud, il y a du trafic, je décide de mettre la radio.  Ho bon sens que c’est pas facile à régler ça aussi.  L’écran est-elle tactile ou pas? On dirait qu’elle l’est quand ça lui tente ou juste en bordure. Évidemment le véhicule à l’essai n’est pas neuf, il y a peut-être trop de saleté ou de nettoyant qui ont été sur cet écran et qui en réduit sa capacité de sensibilité.  Au troisième feu rouge j’arrive à syntoniser le satellite mais pas de savoir quelle chanson qui joue. La qualité sonore du système de son est moyenne.  Je comprends que je n’ai pas un BOSE entre les mains mais quand même pour un SUV de près de 30 000$ je m’attendais à mieux.  Autre problème, le soir, je n’ai pas trouvé comment diminuer à son plus bas la luminosité de l’écran.  Je peux le faire avec le tableau de bord, mais je n’ai pas de commande distincte pour baisser davantage la lumière en provenance de cet écran.  Parlant du tableau de bord, j’adore les aiguilles bleues sur les cadrans.

Au cinquième feu rouge j’y arrive.  Gros point à améliorer chez Ford à ce niveau.  Évidemment si c’était mon véhicule, après la première semaine d’utilisation je maîtriserais la radio, mais ça ne l’est pas. Dans trois jours il retourne d’où il arrive. Je n’ai pas, comme utilisateur, à me casser la tête pour savoir comment régler la radio ou la climatisation.  Pour la climatisation, le lendemain nous étions deux dans le véhicule à tenter de trouver l’ajustement optimale de celle-ci. On a jamais réussi.

Côté rangement, l’Escape a un bel espace de rangement.  J’aime.  Et si vous désirez avoir vos bagages à l’abri des curieux, c’est possible, une toile peut être déroulée et bingo on ne voit plus les bagages.  Un petit rien du tout que tous les SUV devrait avoir.  Encore bravo à Ford.  On voit que ça réfléchit chez Ford pour tenter de se démarquer des autres.

Après quelques commissions en ville, avant que la noirceur s’installe, je décide de prendre quelques clichés du véhicule. Je veux ouvrir le capot du véhicule… Oh bon sens autre point à améliorer chez Ford… je n’ai pas trouvé la manette à tirer pour ouvrir le capot. Faudra que les ingénieurs réfléchissent davantage pour que ça se trouve instantanément.  Le surlendemain je l’ai trouvé, situé très bas côté gauche du conducteur.  Faut le savoir.  Peut-être juste mettre cette manette d’une autre couleur la rendrait plus visible sur tout le plastique noir qui recouvre le filage sous le volant.

Quand on roule avec l’Escape, on ne sent pas que les 173 chevaux de sont moteurs sont insuffisants pour la grosseur du véhicule. C’est juste parfait.  Je m’attendais à un moteur davantage vers les 220 chevaux mais le véhicule va bien ainsi.  Par contre la transmission semble presque glisser entre le premier et le second rapport qui ne se fait pas dans une douceur connue sur d’autres véhicules.

Les virages tout va bien.  L’expérience de conduite est agréable.  L’insonorisation serait à améliorer mais bon, on est pas dans une grosse Mercedes mais dans un SUV américain.

Le freinage, légèrement à améliorer.  Je comprends que je ne suis pas au volant d’une berline mais tout de même je m’attendais à de meilleurs résultats.

Les vents latéraux… bon un SUV assez aérodynamique mais il prend dans le vent.  Ce n’est pas incontrôlable mais on ressent pas mal les vents latéraux.

La forme du Escape 2013 est belle et complètement éloignée de l’aspect carré des Escape de la génération précédente.  C’est un beau véhicule mais il aurait été encore plus beau d’une couleur autre que le fameux argent, qu’on semble vouloir rendre plus lucratif en le nommant ainsi au lieu de dire gris.

Reculer avec le Escape est correct, sans plus.  La vision arrière est quand même pas aussi bonne que sur une berline. Par contre amélioration pour 2014, une caméra avec détecteur d’objets est installée.  Je reviendrai plus tard avec l’essai du 2014, que j’ai eu la chance de compléter également.

Tant derrière que devant, les sièges du Escape sont confortables. On aurait aimé du cuir, mais dans le modèle 2014 que j’ai essayé je l’ai obtenu, ça joue donc en faveur du pointage du modèle 2013.  Il y a beaucoup d’espace pour les jambes à l’avant et aussi à l’arrière.

Il y a beaucoup de rangement dans l’habitacle du Escape mais  ce n’est pas un gros SUV. On a assez de place pour deux breuvages à l’avant et de mettre les autres trucs dans le coffre à gants ou dans la mini boîte qui sert d’appui-bras entre les deux sièges avant. Aucun endroit pour mettre mon cellulaire à portée de main. Je dois le mettre dans la porte comme ça lousse… à améliorer.

Côté connexion, j’ignore si c’est mon Android ou le système de Ford, je vais vous dire, durant mes jours d’essai du Escape, je n’ai jamas été capable de brancher mon téléphone au système Bluetooth du véhicule.  À ce beau système du Ford Escape, j’aime pas l’endroit où se trouve la prise USB. Dans le coffre qui sert d’appui-bras entre les deux sièges.  Certains vont aimer ça, pas moi, je trouve ça peu pratique.

Les essuis-glaces, rien à dire, tout va bien de ce côté avec le Escape.  Ils essuient bien.   Autrement dit, ils font ce qu’ils ont à faire.

Tout comme les contrôles pas trop évident du plafonnier.  Voir photo plus bas.

Côté consommation d’essence, c’est correct.  Les kilomètres parcouru m’ont coûté 66$ à un prix d’essence moyen de 1,35$ le litre.  Je laisse le calcul du coût d’essence aux mathématiciens.

J’attribue à cet essai une note globale en 50 points de

74% ou 3.7

ford-escape-2013-002 ford-escape-2013-003 ford-escape-2013-004 ford-escape-2013-005 ford-escape-2013-006 ford-escape-2013-007 ford-escape-2013-008

Essai 2014 Chevrolet Tahoe LS 2RM

Comme premier essai routier je vais vous parler du SUV Chevrolet Tahoe LS 2Rm 2014.

Caractéristiques du véhicule:

  • couleur extérieure: noire
  • couleur intérieure: noire
  • sièges en tissu
  • 4 portes
  • nombre de passagers possibles:  5 ou 7
  • moteur v8 de 5.3l
  • moteur de 320hp
  • transmission automatique à 5 vitesses
  • prix neuf: 51 565$ (source site Internet du fabricant)
  • garantie du fabricant 3 ans 60 000 km
  • lieu de fabrication:  Arlington, Texas, États-Unis

Détails de l’essai:

  • Nombre de kilomètres parcourus pour l’essai:  357.
  • % de l’essai réalisé en ville: 20
  • % de l’essai réalisé en campagne: 20
  • % de l’essai réalisé sur autoroute: 60
  • Comditions climatiques durant l’essai: été, pluie et soleil
  • Date de l’essai: juillet 2014

Le Chevrolet Tahoe LS 2RM mis à l’essai est un gros monstre noir qui selon moi ne vaut pas le prix que le fabricant exige.

Quand on embarque derrière le volant du Tahoe comme conducteur pour la première fois, un sentiment de puissance nous gagne. Le Tahoe est un gros véhicule, un sentiment de sécurité nous envahit.

Quand on roule c’est le gros confort.  Suspension molle, on se sent dans un bateau.  Le moindre petit trou présent sur la route nous laisse croire que nous conduisons un bateau sur le Memphremagog et que nous frappons une vague.  Sur les chemins de terre, chaque trou présent dans la route fait vasciller le Tahoe avec des mouvements amples mais ça ne cogne pas comme si lorsqu’on était assis dans un Jeep Wrangler ou Sahara.

Lorsque j’ai eu le Tahoe, je savais que j’avais besoin d’espace, j’allais une semaine à la campagne.  J’ai ouvert le coffre arrière, quelle déception!  Un espace très petit permettant à peine d’y mettre 1 grosse valise et une moyenne en y ajoutant un gros cooler.  Rien de plus.

J’ai alors demandé à ce qu’on retire les deux bancs de la troisième rangée.  Ho là on jase!  Pas mal plus de place mais encore là, pas assez de place pour y loger un sac de golf sur sa longueur.  J’ai dû placer le mien en diagonale et le véhicule n’est pas asez élevé pour y accepté un sac de golf sur sa hauteur.

Donc les bagages sont tous dans le Tahoe, on peut partir.  En ville par un soleil de plomb, le Tahoe noir est chaud.  La climatisation fournie mais elle n’est pas facile à ajuster.  Soit que je la règle trop froide ou qu’elle ne fournit pas.  En ce sens pas facile à ajuster.

Sur l’autoroute le Tahoe se comporte bien.  Rien à dire.  On a l’impression que le moteur manque de puissance, mais il ne faut jamais perdre de vue que c’est un véhicule lourd, que ces accélérations sont longues, comme le Expedition ou le Yukon.

Oui bien sûr c’est un gros SUV, le Tahoe est carré et peu aérodynamique.  C’est un glouton de première à la pompe à essence.  C’est davantage un camion pour rouler sur les routes américaines que sur les routes du Québec où le gouvernement nous arnaque surnoisement en cachant les  taxes dans le prix du litre d’essence à la pompe et en embauchant des contracteurs qui n’ont pas encore appris à faire de belles routes comme dans le Nord des États-Unis, où les mêmes conditions climatiques qu’au Québec y règnent.

Tant derrière que devant, les sièges du Tahoe sont confortables. Moins d’espace pour les jambes derrière et j’ose même pas imaginer le peu d’espace qu’il y aurait pour les jambes à la troisière rangée de siège à moins d’y asseoir des pré-adolescents.

Pour reculer le véhicule, brillant! Chevrolet a inclus un petit écran dans le coin inférieur gauche du rétroviseur ce qui nous permet de voir se qu’il y a derrière le véhicule lors du reculons grâce à une caméra arrière.

Il y a beaucoup de rangement à dans l’habitacle du Tahoe, spécialement dans la console entre le conducteur et le passager.

J’aurais aimé plus de luxe dans le Tahoe comme des sièges en cuir.  Mais c’est un SUV de la gamme Chevrolet pas un Cadillac Escalade ou un Lincoln Navigator. C’est tout de même déçevant car nous sommes dans un véhicule de plus de 50 000$.

Le freinage du Tahoe est correct,  sans plus.  Évidemment c’est un gros SUV, ça n’arrête pas comme un Ford Edge, un Jeep Patriot ou un Hyundai Tucson.

J’aurais aimé que Chevrolet améliore la fonctionnalité des essuies-glaces.  Quand on est conducteur et qu’on roule 110k km/h sur l’autoroute et qu’il commence à pleuvoir.  On a pas le temps de commencer à analyser et ni le temps de comprendre comment ça fonctionne.  Ça doit ête zéro prise de tête.  La fonctionnalité des essuies-glaces doit être facile à comprendre.  C’est un aspect a amélioré grandement pour le Tahoe.

Tout comme le système de son.  Je comprends que c’est un système de son de série mais y a place à l’amélioration.

J’attribue à cet essai une note globale en 50 points de

65% ou 3.3

.

Je reviendrai plus tard sur ce blogue sur les détails de l’évaluation en 50 points.  De plus ne vous en faites pas je reviendrai dans les prochains essais avec le plus de photos possibles.

Le Chevrolet Tahoe

Le Chevrolet Tahoe