Constats d’infraction vous obtiendrez, si tout de même vous suivez les limites de vitesse par mauvaises conditions routières

Les policiers du Québec pourraient remettre des constats d’infraction s’ils constatent que la vitesse d’un véhicule est excessive par rapport aux conditions routières en vigueur, et ce, même si la limite indiquée sur les panneaux de signalisation est respectée.

Le tout est malheureusement laissé au jugement du policier.  L’équipe d’AutoCarbure.com déplore cette mesure qui donne trop de poids au policier qui émet le constat et laisse toute contestation de mauvais temps ou d’interprétation des conditions routières en vigueur au niveau de la parole du policier contre celle du conducteur du véhicule fautif.

Selon l’article 330 du Code de la sécurité routière (Csr), le conducteur doit réduire sa vitesse lorsque les conditions de visibilité sont rendues insuffisantes à cause de l’obscurité, du brouillard, de la pluie ou de précipitations ou lorsque la chaussée est glissante ou partiellement dégagée. Les contrevenants s’exposent à une amende de 60 $ plus les frais et à deux points d’inaptitude.

Rappel

Aussi les usagers de la route doivent aussi déneiger leur véhicule et s’assurer que le pare-brise, les vitres, les phares et les feux de signalement sont libres de glace, de neige ou de boue. Ne pas le faire, constitue un danger pour le conducteur, mais également pour tous les autres usagers sur la route.

Les usagers doivent également s’assurer que leur plaque d’immatriculation demereunt lisible.   On ne vas pas s’éterniser sur le sujet, une plaque illisible ne permet pas de vous captez sur les photo-radar ni aux caméras sur les véhicules de police de la scanner.

 

Pneus d’hiver avant le 15 décembre

Finalement,  les propriétaires de véhicules ont jusqu’au 15 décembre pour munir leurs véhicules de pneus d’hiver qui doivent arborer le pictogramme représentant une montagne sur laquelle est surexposé un flocon de neige.

Compte tenu qu’au 15 décembre il y a déjà de la neige dans plusieurs régions du Québec, l’équipe d’AutoCarbure.com serait en faveur que cette loi soit ajustée selon les régions du Québec.  Par exemple au Saguenay-Lac-St-Jean, la date d’entrée en vigueur devrait plutôt être le 15 novembre.  Bon nombre se font prendre avec une tempête à la fin novembre et toujours à rouler sur des pneus d’été.

Les pneus quatre saisons, un retour?

Mais encore plus, chez AutoCarbure.com nous pensons que les jadis pneus quatre saisons faisaient très bien l’affaire dans plusieurs régions du Québec et aimerions que le gouvernement reconsidère son obligation de munir les automobiles de pneus d’hiver au moins dans certaines régions du Québec.  À moins qu’on puisse prouver avec chiffres à l’appui qu’il y a moins de sorties de routes l’hiver avec les véhicules munis de pneus d’hiver qu’à l’époque avec des véhicules munis de pneus quatre saisons.  Il faut avoir conduit les deux pour comprendre que l’un en bon état est aussi efficace que l’autre en bon état.  Même qu’un pneu quatre saisons premier hiver et second hiver est autant efficace qu’un pneu d’hiver seconde année.

Rencontres inattendues: prudence au volant

Parfois quand on conduit un véhicule ça ne va pas toujours comme un veut au volant.

Il faut mettre les chances de notre bord et faire preuve de prudence au volant.

On effectue l’entretien normal de notre véhicule, on vérifie à l’occasion le bon fonctionnement des phares et des clignotants.

On s’assure d’avoir la bonne pression d’air dans les pneus.

On s’assure aussi d’avoir assez d’essence pour ne pas en manquer sur l’autoroute ou dans un bouchon de circulation.

On s’assure aussi de bien couvrir ses angles morts et de ne pas être en position d’angles morts d’un autre véhicule.

Finalement à l’approche de l’hiver et de ses intempéries, on s’assure de bien chausser son véhicule avec des pneus adéquats.

Mais le pire arrive aussi, comme sur la photo du véhicule plus haut.  Dans ce cas là il faut être bien assuré.