Vacances de la construction

Vacances de la construction et hausse du prix de l’essence

Tout d’abord, toute l’équipe d’AutoCarbure.com désire souhaiter de bonnes vacances de la construction aux nombreux québécois. Le tout a débuté à midi ce vendredi.

Au Québec, c’est connu, hausse du prix de l’essence à la veille ou le jour d’un congé semble inévitable depuis quelques années.

Les pétrolières sont-elles à blâmer?

Non!

Le gouvernement est à blâmer.

C’est lui, le gouvernement du Québec, qui fixe le prix plancher. Oui oui, pas un prix plafond mais un prix plancher pour le litre d’essence.

C’est la façon hypocrite que le gouvernement du Québec a trouvé de s’assurer de maintenir un prix élevé pour le litre d’essence. La tendance est en baisse partout en Amérique du Nord il est à la baisse.

Avec un prix pluis élevé, le gouvernement s’assure de revenus constants sur les taxes qu’il perçoit outrageusement sur le litre d’essence.

C’est une mascarade qui fait en sorte que les pétrolières sont blâmés alors que c’est le gouvernement qui tire les ficelles.

À Montréal ce matin le prix de l’essence affiche 1,15$ le litre.

Au Vermont, plus précisemment, Burlington, la plus grosse ville de cet État vert américain, le prix de l’essence se vend à $2.22 le gallon. C’est l’équivalent d’environ 76 cents le litre en dollars canadiens. C’est tout de même un prix de l’essence 42% moins cher au Vermont. Au New Hampshire, état moins socialiste, l’essence y est à $1.93 le gallon.

Malgré le contexte du taux de change du dollar canadien versus le dollar américain, si vous faites beaucoup de route durant vos vacances, il peut encore être avantageux de rouler aux États-Unis plutôt qu’au Québec.

Soyez prudent sur les routes, aussi très prudent envers les cyclistes, les motocyclistes et ne l’oublions pas les piétons.

Vous êtes en vacances, soyez courtois et gentil, à quoi bon stresser?

AutoCarbure.com ne vous donne pas de conseils quelconques sur la route ou avec votre automobile. On laisse ça à CAA et autres organismes. De même qu’on laisse les conseils de sécurité aux autorités gouvernementales qui sauront vous “gouvernemamantiser” à votre goût.

Bonnes vacances de la construction 2016 à tous!

Bond de 19% de l’essence ce 17 février à Montréal

Bond de 19% de l’essence ce 17 février à Montréal, subitement les pétrolières affichent le litre d’essence à 1,05$ alors que la veille il était 88,9 cents.

Qu’est-ce qui peut justifier une telle hausse du prix de l’essence à la pompe?

Bon nombre d’entre-vous vont dire que les pétrolières veulent s’en mettre davantage dans les poches.

C’est faux. Pendant ce temps à Edmonton, même pays et mêmes pétrolières, le prix du litre d’essence est à 57,4 cents.

Qu’est-ce qui fait donc que le prix de l’essence a subitement augmenté à Montréal pour se vendre 82% plus cher qu’à Edmonton?

Il faut se tourner vers le gouvernement du Québec et sa Régie de l’Énergie qui fixe le prix plancher auquel les pétrolières n’ont pas le droit de vendre plus bas.

Ainsi via cette régie, le gouvernement du Québec s’assure d’un taux minimal de taxation.

En fait lorsque le prix est à 1,05$ le litre comme présentement à Montréal, le gouvernement récolte plus de taxes que le prix de vente du litre d’essence à Edmonton.

Alors cessez chers consommateurs de blâmer les pétrolières mais blâmez plutôt le gouvernement.  Ce dernier empêche une vive compétition entre les pétrolières afin qu’elles vous offrent un meilleur prix à la pompe.

Que chantait Charlebois déjà? « . Blâme pas le gouvernement. Mais débarrasse toi z’en ».

En matière automobile, le libre choix monsieur Couillard, connaissez-vous ça?

Le gouvernement du Québec veut imposer aux concessionnaires du Québec une norme «zéro émission» pour les nouveaux véhicules vendus.

La norme consistera, comme en Californie, à exiger un pourcentage de véhicules vendus à zéro émission de gaz à effet de serre, les fameux GES.

Cette norme exige donc qu’un certain niveaux de véhicules à zéro émission soit vendus.

Est-ce que ça sera par exemple sous forme de quota, alors qu’un concessionnaire devra atteindre un minimum de, disons, 5% de véhicules à zéro émission par mois?

Qu’en est-il si le quota n’est pas atteint?  Une pénalité au concessionnaire qui la refilera aux clients?

Cette mesure demeure stupide et intrusive de la part du gouvernement.

Ce n’est pas la mission d’un gouvernement de dicter aux concessionnaires quels véhicules ils doivent vendre.

D’autant plus que le gouvernement a une cible complètement loufoque quant au niveau de véhicules électriques au Québec.  Actuellement il y a 7 500 véhicules électriques sur les routes du Québec.

Dans 5 ans le gouvernement veut que ce chiffre grimpe à 100 000.  Autrement dit, vendre 18 500 véhicules électriques par année pour les 5 prochaines années.

C’est du délire.

Il se vend environ 400 000 véhicules neufs par année au Québec.  Le gouvernement voudrait donc que 4,5% des nouvelles voitures vendues soit zéro émission.

A-t-il en place au Québec présentement un réseau pour satisfaire le rechargement de 100 000 véhicules électriques?  Bien sûr que non sinon ça fera la queue pendant un kilomètre pour recharger les Tesla aux bornes disponibles à Drummondville.

C’est complètement loufoque et improvisé de la part du gouvernement Couillard.

Déjà que le consommateur est taxé, voire pénalisé, sur l’essence si son véhicule est gourmand.  Dois-je rappeler que le Québec a la taxe sur l’essence la plus élevée en Amérique du Nord?

Finalement tous les élus du gouvernement Couillard devraient comprendre que le problème avec les supposés changements climatiques sur la planète est dû en grande majorité à cause des volcans.

Plusieurs reportages sérieux sont disponibles sur YouTube à cet effet.

Que les élus de ce gouvernement se lèvent ensemble et disent quel est leur vrai but avec toutes les mesures et règles qu’ils veulent instaurer au nom de sauvons la planète.

Leur vrai but est de vous taxer davantage.  Déjà qu’avec la taxe sur le carbone bon nombres d’entreprises de fabrication et de transformation ne veulent pas s’établir au Québec alors que le dollar canadien est faible et qu’il serait avantageux pour eux de s’établir ici afin de maximiser les exportations.  Cela créerait beaucoup d’emplois mais le gouvernement Couillard, avec ses taxes, étouffe toute créativité en matière de création d’emploi et le taux de chômage de la province s’en ressent.

Obtenir davantage d’argent dans le seul et unique but de ne pas étouffer l’incompétence du gouvernement en matière de Santé, d’Éducation, de Transport et plein d’autres domaines où le gouvernement met son nez et où il échoue.

Que vous soyez en accord ou nom avec les changements climatiques.  Un fait demeure.  La liberté ne doit jamais être brîmé pour faire plaisir à un gouvernement sans vision comme le gouvernement du Québec.  Ce gouvernement improvise et n’a pas de plan réel pour combattre les émissions de GES et ignore l’efficacité des mesures qu’il prendra.

Quand un médecin me parle environnement c’est pour moi la même chose que lorsqu’un musicien me parle mécanique ou lorsqu’un pâtissier me parle plomberie.

Les mesures imbéciles du zéro émission vont faire en sorte que les véhicules neufs vont se vendre plus cher et les consommateurs étouffés par cet inflation gouvernementale ne vont que repousser la date d’achat d’un nouveau véhicule et continueront d’émettre davantage de GES avec leur ancien véhicule.

Quelle sera la solution du gouvernement Couillard pour pâlier à cette faille de leur programme zéro émission?

Probablement imposer une taxes de vieillesse à l’immatriculation de vos vieux véhicules.

Ce gouvernement n’est en place que depuis 25 mois et déjà il est obsolète.

M. Couillard laissez le libre choix aux automobilistes et ils tiennent autant à leur planète que vous.  Alors si ce que vous véhiculez comme peur avec l’émission des GES est vraie, bien le consommateur adaptera son comportement de lui-même.  Pas besoin d’un gouvernement qui improvise sur le sujet pour lui imposer quoi que ce soit.

Le libre choix M. Couillard, c’est votre meilleur alié si vous désirez vous faire réélire aux prochaines élections.

De plus M. Couillard, ne copiez pas trop la Californie, c’est un État qui est techniquement en faillite, vous ne voudriez pas amener le Québec là tout de même.

 

 

 

Le Dodge Challenger ne sera pas le dernier muscle car

Il y a lieu parfois de s’interroger sur l’intelligence des journalistes.  Dans ce cas-ci, récemment, dans un journal beaucoup lu, l’auteur d’un article titrait celui-ci en se demandant si le Dodge Challenger sera le dernier des muscle car.

Si on regarde le Québec on pourrait croire que oui car partout en Amérique du Nord, le prix de l’essence diminue à la pompe, sauf au Québec où il a diminué d’environ 15% alors que le prix du baril de pétrole s’est effondrée de plus de 60% en 12 mois.

On connaît la recette québécoise, le gouvernement impose un prix plancher via la Régie de l’Énergie en s’assurant ainsi d’un minimum de taxes sur chaque litre d’essence vendu.

Mais le Québec pour les muscle car américaines, c’est un bien petit marché.

Au moment d’écrire ces lignes, pas très loin, au New Hampshire, le prix du gallon d’essence est à $2.33 américains le gallon.  L’équivalent en canadien de 82 cents le litre.

Vous comprendrez qu’à 82 cents le litre, roulez en gros V8 c’est aussi coûteux que de rouler en Honda Civic au Québec.

Donc non la Dodge Challenger ne sera pas la dernière des muscle car.

L’équipe d’AutoCarbure.com pense même qu’avec le temps on pourrait voir renaître la division Pontiac chez GM et voir apparaître tout plein de muscle cars tel qu’un retour de la Firebird, de la GTO ou même la LeMans et la Nova avec un format se rapprochant des années 70.  Il pourrait même être possible que Chrysler réanime sa division Plymouth et pourquoi pas Ford ramener ses grosses Lincoln, qui ne sont pas des muscle cars mais dont plusieurs s’ennuie de leur luxe rutilant. Imaginez si Ford ramenait sa Torino toute musclée ou une Thunderbird

Même Hummer pourrait revenir si l’essence se maintenait sous les 2.50$ le gallon.

Non la Dodge Challenger ne sera pas le dernier des muscle car, il pourrait même en apparaître tout plein au courant des prochaines années avec des moteurs encore plus puissant que le Hellcat.

Detroit n’a pas fini d’en donner à ceux qui veulent du muscle.  Ils sont nombreux, il faut sortir de son bureau de journaliste du centre-ville de Montréal pour comprendre qu’aux expositions de voitures, des milliers d’amateurs se déplacent pour voir des muscle cars d’hier et d’aujourd’hui.

Jusqu’à 26 cents de différence sur le litre d’essence dans un rayon de 150km au Canada

À Montréal samedi, plusieurs stations-services affichaient le prix du litre d’essence à 134,4$.

À Maxville, en Ontario, une station Ultramar vendait son litre d’essence à 1,079$ samedi le 13 juin.

Une différence de 26 cents le litre.  Sur un plein de 50 litres, on parle ici d’une différence de 13$.

Sur une base annuelle, d’un plein par semaine, c’est une différence plus de 650$.

La faute aux pétrolières?  Non la faute au gouvernement du Québec qui a une soif insatiable de taxes. À Montréal un litre d’essence de 134,4$ contient près de 52 cents en taxes de toutes sortes.

Vous vous rappelez la chanson de Charlebois… Blâme pas le gouvernement, débarasse-toi z’en!

AutoCarbure.com ne désire pas tourner le fer dans la plaie, mais pendant ce temps à Manchester au New Hampshire le gallon d’essence américain est à $2.53 l’équivalent en dollar canadien et en litre à 0,816$ le litre. Tout de même 65% moins cher qu’à Montréal.  Plusieurs québécois se rendant à l’événement de la NHRA à Epping, New Hampshire ce week-end ont pu faire le plein d’essence à ce prix.

General Motors

Le gouvernement canadien n’est plus actionnaire de General Motors

Le gouvernement canadien a engrangé 2,7 milliards de dollars dans ses coffres après avoir vendu le solde, 4%, de sa participation au capital du constructeur américain General Motors, a annoncé lundi le ministère des Finances.  Ainsi le gouvernement canadien n’est plus actionnaire de General Motors.

C’est en 2009 que le gouvernement canadien et celui de la province de l’Ontario avaient acquis 12% des actions du constructeur américain afin de le sauver de la faillite.  Le gouvernement américain avait aussi acheté des actions de General Motors.

Le gouvernement canadien et celui de l’Ontario avait alors versé une aide totale de 9,5 milliards de dollars en échange d’actions de General Motors.

De cette aide est né l’accélération du développement de la Chevrolet Volt, une voiture entièrement électrique, et ce, dans un contexte où le prix de l’essence à la pompe était faramineux.

24 mars, journée internationale de la courtoisie au volant

C’est le 24 mars et c’est en France la journée nationale de la courtoisie au volant.

Certaines personnes au Québec tentent d’en faire un événement international en déclarant que le 24 mars est la journée internationale de la courtoisie au volant.

Ce serait bien que des gens fassent pression sur le Ministère des Transports du Québec, de la Société de l’Assurance Automobile du Québec ainsi que sur les principaux corps policiers du Québec afin que le 24 mars soit la journée nationale de la courtoisie au volant au Québec, comme en France.  Certaines écoles de conduite pourraient également prendre les devants.

Est-ce que l’idée fera boule de neige et que cette journée sera ainsi déclarée en 2016?

Quoi qu’il en soit, d’ici à ce qu’une journée nationale soit déclarée, les automobilistes québécois n’ont pas besoin d’une journée nationale pour être courtois au volant.  Est-ce que les amoureux avaient absolument besoin d’une journée de l’amour, le 14 février, pour s’aimer?

 

Essence, retournerons-nous à 1,494$ bientôt?

C’était en août 2013?  Une station Petro-Canada de Montréal affichait le prix de 1,494$ le litre.

Retournerons-nous à 1,494$ bientôt?

Aux moments d’écrire ces lignes le prix du litre d’essence était à 1,07$ à Montréal.  C’est 28% inférieur au prix d’août 2013.

Certains experts semblent dire que non.  D’autres disent que oui.

Les finances de la province de Québec dicteront le prix du litre dessence dans les trimestres à venir.

La raison est fort simple c’est que sur un prix de 1,07$ le litre, plus de 45 cents sont versés en taxes aux différents pâliers de gouvernement, celui du Québec en prend la plus grande tranche.

La réponse à la question initiale est donc entre les mains du gouvernement du Québec car selon les experts internationaux, le prix du baril de pétrole ne devrait pas retourné à $100 avant des lunes.

C’est aux alentours de $115 le baril que se maintenant le prix du baril de pétrole sur les marchés internationaux.  À cette époque également, le dollar canadien était seulement à 4% moins dispendieux que le dollar américain.  Aujourd’hui il est à 19% inférieur au dollar américain.

Le gouvernement abandonne le projet de plaques personnalisées au Québec

Le gouvernement Marois avait annoncé en janvier 2014 l’éventuelle mise en place de plaques personnalisées au Québec, l’ex-ministre des Transport Sylvain Gaudreault en avait fait l’annonce et le tout allait débuter en septembre 2015.  Lors de l’annonce, à l’époque, le ministre montrait fièrement une plaque avec son prénom lors de la conférence de presse.

Comme le Québec est une société distincte et ne fait rien pareil comme les autres, le projet viens d’être abandonné par le gouvernement de Phillipe Couillard.  La raison est qu’un groupe de juristes du ministère des Transports cherchaient un moyen d’empêcher les acronymes anglophones de mauvais goûts comme WTF.  Ils cherchaient également à empêcher des plaques comme NAZI ou encore FLQ puissent être émises.

Pourtant des plaques humoristiques comme TGIF ou encore BUTCOTE ou même encore GOPKP  auraient pu naître.

Cela aurait permis de générer des recettes additionnelles pour la SAAQ, les estimations vont de 11 millions lors de la première année.  Mais il semble que le gouvernement prend l’option de ne pas augmenter les revenus de la SAAQ.

Un marché de revente de noms, aurait pu aussi générer davantage de revenus pour la SAAQ.

Alors oubliez votre plaque GOHABS ou encore CHEVYFAN ou PRELUDE ou HEMI avec le fameux “Je me souviens” en bas et avec le logo du Québec dans le haut.

Pour votre véhicule de promenade le gouvernement, dans sa grande vision avec ornières,  a statué que vous êtes comdamnés à avoir un mélange de trois lettres et trois chiffres à six positions différentes sur la plaque.  Pourtant en janvier 2013 la SAAQ annonçait qu’elle pourrait éventuellement manquer de numéros de plaques avec seulement six positions pour les véhicules de promenades.  La venue des plaques personnalisées auraient pu régler à ce problème.