Les courses automobiles sans pilote

Courses automobiles sans pilote. Voila où semble rendue l’évolution de la compétition automobile.

Après les courses de voitures électriques il y a deux ans, organisée par la FIA, voilà que maintenant se dessine une compétition de courses automobiles sans pilote.

Son nom est Roborace, toujours supporté par la FIA via la Formule E. C’est une compétition qui consiste à un championnat de véhicules électriques sans conducteur mais autopilotées par logiciel.

Roborace sera un championnat d’intelligence et de technologie. Une course où tous les compétiteurs auront le même type de véhicule en main, seul changera l’algorithme de chacun pour conduire et faire performer le véhicule vers la victoire.

La Robocar peut atteindre une vitesse de 300 km/h.

Le championnat Roborace se déroulera ainsi. 10 écuries, avec chacune deux véhicules, vont compétitionner sur des circuits de la Formule E, pour une course d’une durée d’une heure.  Cette compétition d’algorithme et de technologie débutera plus tard cette année.

Est-ce que les spectateurs seront au rendez-vous?

Voici le vidéo promotionnel de Roborace où on peut voir la Robocar.

Formule E

Formule E: Jacques Villeneuve quitte l’écurie Venturi

Le pilote de courses Jacques Villeneuve, champion du monde de Formule 1 en 1997, ne pilotera plus pour l’écurie Venturi dans le Championnat FIA de Formule E, un championnat de véhicules propulsés par des moteurs électriques.

Le divorce se fait à l’amiable et d’un désaccord sur la vision future de l’équipe, précise le communiqué de l’écurie fondée par l’entrepreneur monégasque Gildo Pastor.

Le champion du monde québécois, embauché l’été dernier, n’aura disputé que trois courses pour l’écurie Venturi, soit en Chine, en Malaisie et en Uruguay, et ce sans jamais réussir à finir une course dans le top 10.

Villeneuve, 44 ans, sera remplacé dès la prochaine course, le 4 février à Buenos Aires, Argentine, par le Britannique Mike Conway, 32 ans.

L’autre pilote de l’équipe Venturi demeure le Français Stéphane Sarrazin qui est actuellement 8e au classement des pilotes avec seulement 16 points de cumulés en trois épeuvres.

Avec aucun point de cumulé en trois épreuves, il est peu probable que Villeneuve se trouve un autre volant au sein d’une équipe inscrite au championnat Formule E.

Quelques québécois suivaient le déroulement de ce championnat, parions que les cotes d’écoute vont baisser maintenant que Villeneuve ne fait plus parti du portait de la Formule E.

Formule E

Villeneuve termine 11e au ePrix de Malaysie

À la m-course, au ePrix de Malaysie, Jacques Villeneuve avait réussi à monter en 10e position, lui qui était 12e sur la ligne de départ.

Mais un arrêt coûteux lors de l’arrêt obligatoire pour changer de voiture l’a relégué en 16e position bousillant ainsi tout son travail effectué lors de la première portion de la course.

C’est Lucas Di Grassi qui a remporté le ePrix de Malaysie, Villeneuve termine 11e, lui qui a pu profiter d’un bon nombre d’avaries chez ses compétiteurs. Pour Villeneuve c’est une amélioration par rapport au ePrix précédent tenu à Beijing.

Stéphane Sarrazin, le coéquipier de Jacques Villeneuve dans l’équipe Venturi, termine au 4e rang.

Tout ce beau monde de la Formule E reprend la compétition le 19 décembre lors de la tenu du ePrix de Punta del Este en Uruguay.

 

Formule E

La Formule E à Montréal, une question de temps

Selon un média québécois, les dirigeants de la Formule E seront en ville la semaine prochaine.

La Formule E à Montréal, c’est une question de temps.

Petit frère du grand circuit de la Formule 1, les dirigeants convoitent le Circuit Gilles-Villeneuve pour présenter leur ePrix montréalais et connaissent bien les installations de la ville et ce qu’elle peut offrir à toute la caravane de la Formule E en termes d’installations hôtelières, de restaurants. de divertissements et de rayonnement.

Mais le maire Denis Coderre, qui s’entête à rarement se mêler de ses affaires, tenterait de convaincre les dirigeants d’avoir un circuit urbain à Montréal pour la Formule E vu son caractère écologique.

À voir l’état des rues de Montréal, chez AutoCarbure.com on se demande comment cela serait possible et sécuritaire pour les pilotes et aussi les spectateurs d’accueillir une course en milieu urbain.  Aussi, combien cela coûterait-il aux montréalais de construire un aménagement pour les puits de ravitaillement et toutes les installation requises pour recevoir un ePrix en milieu urbain?

Ne serait-il pas mieux pour Montréal d’investir des sommes d’argent pour entretenir le circuit Gilles-Villeneuve et de continuer d’y présenter la Formule 1 et d’y accueillir la Formule E et d’attirer d’autres types de courses tel que le championnat Tudor ou encore une étape de la Verizon Indycar Series plutôt que de dépenser des millions sur des installations urbaines vouées à la présentation d’un seul événement.

Selon plusieurs sources, Montréal pourrait présenter le première étape du calendrier 2016 de la Formule E.

Espérons que le maire de Montréal saura être raisonnable mais surtout logique afin que tous les amateurs de sports motorisés puissent assister au ePrix de Montréal dans des conditions optimales.

Certes les voitures de la Formule E sont moins bruyantes que celles de la Formule 1 mais tout de même elles sont agaçantes avec le bruit strident émis par les moteurs électriques.

 

Formule E

Jacques Villeneuve en Formule E

L’ancien champion du monde de Formula 1 Jacques Villeneuve va piloter une voiture de l’équipe Venturi lors de la seconde saison de Formule E avec comme coéquipier Stéphane Sarrazin.

Le champion de 1997 va remplacer Nick Heidfeld pour l’écurie basée à Monaco qui va entrer en compétition comme le 8e manufacturier lors de la saison 2015-2016.

Villeneuve qui a récemment effectuer des essais à Le Castellet en France, a mentionné que la saison dernière il a rencontré plusieurs pilotes qui lui ont dit que la Formule E était un championnat très intéressant.

Le propirétaire de l’écurie Venturi, Gildo Pastor, a mentionné que c’étiat un plaisir d’accueillir Jacques Villeneuve dans sin équipe et qu’il est le premier ex-champion du monde de Formule 1 à se joindre à une écurie de Formule E.

Pour les québécois cet ajout de Jacques Villeneuve en Formule E risque d’augmenter leur intérêt pour ce championnat de voitures électriques.

Maintenant la question que plusieurs se posent ce matin:  À quand un ePrix à Montréal?

Formule E

Nelson Piquet Jr remporte le 1er championnat de Formule Électrique

C’est bruyant avec leur sillement intense, c’est compétitif malgré le moteur électique moins puissant qu’une F1 ou une NASCAR. Quoi qu’il en soit la première saison de Formule E ou si vous préférez Formule Électrique c’est terminée samedi à Londres lors de la 11e et dernière manche du championnat.

C’est le brésilien, Nelson Piquet Jr de l’équipe Nextev TCR/China Racing), fils du légendaire pilote de F1, qui a remporté ce 1er championnat de Formule Électrique.

Parti 16e sur la grille de départ du ePrix dimanche, à la suite de qualifications perturbées par la pluie, Piquet a réussi à terminer 7e de cette épreuve et ce fût assez pour terminé un tout petit point devant le Suisse Sébastien Buemi de l’équipe e.dams-Renault.

Alain Prost à nouveau champion du monde, cette fois comme cofondateur dans l’écurie e.dams-Renault.

Les organisateurs sont satisfaits de la première saison de Formule E, certainement que nombreuses villes voudront une manche du prochain championnat qui devrait débuter quelque parts, tard en Asie l’automne prochain.

Pour en savoir plus sur la Formule E et ses ePrix, consultez le site officiel.

Après les voitures électriques, un championnat de voitures autonomes?

Comme vous savez tous la F1 a innvoyé cette année en lançant un championnat de voiture électrique Fomula E.

Cela est assez populaire et de plus en plus de villes ont demandé de les ajouter comme épreuve au calendrier des années à venir.

L’équipe d’AutoCarbure.com s’est demandé si un championnat de voitures autonomes était à l’horizon?

Après plusieurs recherches, il semble que non pour le moment.

Mais avec des constructeurs avancés en développement de la voiture autonome ou la voiture sans pilote, comme Audi ou Mercedes, on peut déjà rêver.

Rêver d’une épreuve de championnat à Montréal, au circuit Gilles-Villeneuve, de voitures sans pilote qui rouleraient à des vitesses dépassant les 250 km/h afin de compléter 70 tours pour remporter le Grand Prix.

Au lieu de miser des dizaines de millions sur un pilote, les écuries miseraient tout sur le développement de la voiture autonome.

Ce serait un véritable tremplin de recherche & développement pour la voiture autonome et qui sans aucun doute serait transféré rapidement sur les voitures grand public.

Des milliers de gens se déplacent pour voir des robots se tabasser dessus.  Imaginez maintenant se déplacer pour aller voir des courses de voitures autonomes.

I had a dream…

Formule E à la télé, un sillement difficile à écouter

Ce samedi matin à RDS c’était la diffusion de la première épreuve du championnat Formule E en direct de Pékin.

La qualité du reportage était excellente, comme lors des épreuves de Formule 1 ou de NASCAR.  Sauf qu’une petite chose impossible à s’habituer.  Ce sillement aigu émis par les monoplaces entièrement électriques.

Sans son, ça s’écoute bien et on dirait des voiture de Formule 1 roulant à une vitesse atteignant presque 125 km/h de moins.

Aucune monoplace n’a atteint 200 km/h lors des 25 tours de l’épreuve en circuit urbain. Quelque peu déçevant.

Fait à noter, beaucoup de monde dans les gradins pour cette première épreuve de ce nouveau championnat.

Pour la course, quelque chose de bien étrange à la mi-course… les pilotes changent de monoplace au lieu de faire un ravitaillement comme on a l’habitude de voir dans les courses automobiles traditionnelles. Une fois à bord de la nouvelle voiture, le pilote ne peut repartir avant 50 secondes.

Très bonne idée de RDS de réunir le tandem Pierre Houde et Bertrand Houle pour la description et l’analyse de l’événement.  Lors des pauses publicitaires, le continuité de l’événement en caméro aurait été apprécié, tout comme lors de la diffusion de Grand Prix de F1.

Finalement, Nicolas Prost, fils du légendaire Alain Prost, dominait l’épreuve de bout en bout jusqu’au 25e et dernier tour lorsqu’il a provoqué un accident spectaculaire en entrant en contact avec la voiture de Nick Heidfeld qui tentait de lui ravir sa première place.  Heidfeld et sa voiture ont viré à l’envers sur la piste et heureusement le pilote s’en tire sans dommage. On ne peut pas en dire autant de sa voiture. Cet accident a permis à Lucas di Grassi de passer et remporter cette épreuve historique.

La prochaine épreuve de ce championnat cautionné par la FIA est le 22 novembre prochain à Putrajaya en Malaysie.  Consulter le site Internet de la Formule E pour en apprendre davantage.