rouler électrique pas si économique

Rouler électrique, pas aussi avantageux qu’Hydro le prétend

L’article Xtra de La Presse, commandité par Hydro-Québec, a comme titre « Rouler électrique : cinq avantages financiers ». Chez AutoCarbure nous trouvons que c’est un article dont le contenu est malicieux et où plusieurs informations sont manquantes.
 
Juste sur le prix, rien ne peut justifier l’achat d’un véhicule entièrement électrique au niveau de l’économie. Il sera toujours plus cher à l’achat que son équivalent à essence. Donc avec la différence de prix, vous pourrez rouler beaucoup de kilomètres avec votre véhicule à essence avant d’atteindre la différence du prix payé pour l’achat du véhicule électrique.
 
Prenons le cas de la Chevrolet Volt. Son prix de détail plancher est à 41 045$ (avant les taxes de ventes) moins la subvention de 8 000$ le prix de riens à 33 045$. Encore 9 000$ plus chère que la Chevrolet Malibu qui elle a son prix plancher à 24 245$.
 
Si on se fit à l’article 9 000$ c’est 90 000 km. Ajoutons les taxes… c’est donc 10 500$, soit 105 000 km.
Si vous financez votre achat, c’est 10 500$ de plus que vous devrez financer. On peut donc supposer 500$ de plus en intérêt, sur un financement de 60 mois.
 
Donc uniquement pour la différence de prix, votre achat ne sera pas économique avant 110 000 km.
 
Ensuite un facteur oublié. Celui du stress. Celui du stress de constamment regardé l’autonomie du véhicule. Puis en hiver… l’enfer. Ha bien sûr vous allez me dire… pas de stress la Volt se recharge avec une génératrice activé par un moteur à essence. Ha mais alors il faut ajouter ces coûts en essence.
 
Imaginez en été un trajet Montréal Rimouski avec votre véhicule électrique. Combien de fois devrez-vous recharger? À chaque recharge, aucun doute vous prendrez un café durant la recharge, ou quelque chose… il faut ajouter cela au prix. Et sans compter qu’une recharge est pas mal plus longue qu’un plein d’essence.
 
Finalement le facteur bornes… Le réseau québécois de bornes est jusqu’à maintenant très urbain ou si vous préférez très axe Québec – Montréal. En dehors de cet axe, les bornes se font rares.
 
L’article fait mention d’une subvention de 600$ pour faire installer une borne de recharge à votre domicile.
 
En moyenne il en coûte 1 500$ pour acquérir une borne de recharge. C’est un 900$ supplémentaire à débourser. Si vous déménager, c’est encore un 900$ supplémentaire que vous devrez débourser pour faire réinstaller votre borne.
 
Au final c’est donc à partir de 120 000 km que vous économiserez et vu l’argent que vous dépenserez durant le temps de recharge en voyage, nous croyons que c’est à partir de 140 000 km que vous économiserez, donc 7 ans.
 
Donc en clair, avant près de 7 ans, aucune économie par rapport à la différence de prix à l’achat du véhicule électrique vs un véhicule de même catégorie à moteur à essence.
 

Mais paraît-il que durant ce temps vous aurez contribué à sauver la planète en roulant électrique. Ça, rien n’est encore absolument prouvé scientifiquement de ce côté, Tout n’est que théorique.

 

De plus votre Malibu sera disponible en tout temps pour faire une course ou pour toute urgence. Alors que votre véhicule électrique s’il est en train de recharger… vous ne pourrez pas partir rapidement de chez vous.

Évidemment, Hydro-Québec prêche pour leur paroisse et veulent vous voir consommer davantage d’électricité. Mais rien ne garantie que dans l’avenir que le prix de l’électricité ne montera pas. Hydro-Québec demande des augmentations presqu’au 6 mois à la Régie de l’énergie depuis quelques années.
 

 Vous savez dans cet article on voulait démontrer que l’achat d’une véhicule à essence vs un véhicule de même catégorie mais électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit. Bien sûr vous trouverez des choses que vous penserez avantageuses en faveur du véhicule électrique. Mais ne perdez jamais de vue que l’équivalent en essence coûte moins cher à l’achat.

Dans cet article on a comparé la Malibu à la Volt. On aurait pu comparer la Cruze Hatch à la Bolt. La Bolt se vend le double du priz de la Cruze Hatch.On aurait pu aussi comparer la KIA Soul de base à la KIA Soul EV avrc une différence de près de 16 000$ dans le prix d’achat.

Surtout, ce qu’on voulait démontrer c’était que d’utiliser un véhicule électrique n’est pas aussi avantageux que Hydro-Québec le dit.

Nous ne sommes pas contre l’achat de véhicules électriques. Mais on vout met en garde que ce n’est pas aussi avantageux économiquement qu’Hydro le prétend.

Pourquoi gonfler ses pneus à l’azote?

Depuis quelques années, des centres de services, des concessionnaires et certains garages indépendants ont commencé à offrir aux automobilistes une nouvelle option pour le gonflement des pneus. Plutôt qu’à l’air comprimé, ils offrent maintenant le gonflement des pneus à l’azote.  Arnaque ou effet réel, l’équipe d’AutoCarbure s’est penchée sur la question.

En aéronautique, les pneus d’avion sont souvent gonflés à l’azote car ils doivent résister à d’énormes variations de température et que la vapeur d’eau associée à l’air comprimé pourrait geler pendant le vol.

Les pneus de voitures de course NASCAR sont aussi gonflés à l’azote afin de les rendre plus résistants aux changements de température.

Mais pourquoi gonfler les pneus de son automobile à l’azote?
Tout automobiliste sait qu’une pression optimale des pneus aide à économiser du carburant, réduit l’usure de celui-ci et augmente la capacité de bien diriger le véhicule en situation d’urgence. L’azote permet cela sur une plus longue période.

L’air comprimé est composé de 78 % d’azote, 21 % d’oxygène et aussi de d’autres gaz. Donc gonfler un pneu à l’azote revient à le gonfler sans aucun oxygène.  Aussi, les molécules d’azote sont plus grosses que celles de l’oxygène, elles ont donc plus de mal à traverser la paroi du pneu, ce qui permet à celui-ci de conserver sa pression optimale plus longtemps.

Les pneus gonflés à l’air comprimé contiennent souvent de la vapeur d’eau, qui favorise la corrosion des jantes en acier et même celle en aluminium. Certains garagistes prétendent que l’humidité de cette eau peut aussi affecter les capteurs des systèmes de surveillance de la pression des pneus (SSPP) et leur aptitude à fournir des lectures exactes.

L’azote quant à elle, a un taux d’humidité beaucoup plus bas, réduisant ainsi le risque de corrosion et offrant une performance optimale des capteurs de pression SSPP.

Les inconvénients
Gonfler vos pneus à l’azote présente toutefois certains inconvénients. Malgré son aptitude à ralentir le dégonflement, il est toujours possible que la pression des pneus baisse avec le temps. Une fois que cela se produit, un pneu gonflé à l’azote doit être regonflé avec de l’azote pour conserver les avantages mentionnés précédemment. Si vous ajoutez de l’air comprimé à un pneu rempli d’azote, vous devrez le dégonfler complètement avant de le regonfler à l’azote.

L’azote ou pas?
CAA-Québec, de son côté, indique que l’air comprimé fait tout aussi bien l’affaire lorsqu’on vérifie la pression des pneus une fois par mois.  Mais si ça vous ne tente pas de faire cette vérification, allez-y avec de l’azote.

En terminant, bien que l’azote puisse vous épargner de l’argent à long terme, il coûte aussi plus cher que l’air comprimé qui elle est souvent gratuite ou presque. Il en coûte de 3 à 5$ pour remplir un pneu à l’azote.