Salon International de l'Auto de Montréal 2020

Salon International de l’Auto de Montréal 2020

Le Salon International de l’Auto de Montréal 2020 se tiendra du 17 au 26 janvier au Palais des Congrès situé au 1001, place Jean-Paul Riopelle.

C’est l’occasion d’y voir les plus récents modèles de véhicules.  Le salon attire plus de 200 000 visiteurs.

Facile d’accès par le métro Place d’Armes ou via le métro Place des Arts suivi d’une petite marche sous-terraine jusqu’au Palais des Congrès.

Le salon c’est 600 véhicules répartis sur 360 000 pieds carrés.

Cette année c’est la 77e édition du salon.

Besoin d’hébergement? Pensez à loger dans un motel à Montréal.

Les heures d’ouverture du salon seront de 10h à 21h du 17 au 25 janvier inclusivement, la dernière journée, le 26,  le salon ferme ses portes à 18h.

Le porte-parole du salon de 2019 était Bertrand Godin.

Les fabricants automobiles suivants seront présents au salon International de l’Auto de Montréal, noter que l’entreprise Tesla y sera encore absente.

Niveau 1:
Infiniti
Nissan

Niveau 2:
Audi
Cadillac
Chevrolet
Chrysler
Dodge
Fiat
Ford
GMC
Honda
Hyundai
Infiniti
Jaguar
Jeep
Land Rover
Lincoln
Mazda
Mercedes-Benz
Nissan
Porsche
Ram
smart
Subaru
Toyota
Volkswagen

Niveau 5:
Acura
Alfa Romeo
Aston-Martin
Bentley
BMW
Buick
Ferrari
Genesis
Karma
Lamborghini
Lexus
Lotus
Maserati
McLaren
Mini
Rolls-Royce
Volvo

Niveau 7:
Kia
Mitsubishi

100 000 véhicules électriques d’ici 2020 au Québec, le ministre Daoust est dans les patates!

Il y a actuellement 8 500 véhicules électriques ou hybrides rechargeables qui circulent sur les routes du Québec a précisé
dernièrement le ministre des Transports du Québec Jacques Daoust.

L’objectif du gouvernement du Québec est d’avoir 100 000 véhicules électriques qui circulent sur les routes du Québec d’ici 2020.

Autrement dit, 91 500 nouveaux véhicules électriques d’ici 3 ans et des poussières.  Soit près de 2 500 nouveaux véhicules par mois.

Le ministre se dit confiant d’atteindre cette cible.

Chez Autocarbure.com, on considère que le ministre est complètement dans les patates et rêves en couleurs.

La seule façon que le gouvernement pourrait atteindre cette cible c’est que lui-même renouvelle sa flotte des véhicules de ses ministères et organismes
ainsi que celle de ces sociétés d’État et du réseau de la Santé et de l’Éducation en acquérant que des véhicules électriques ou hybrides.

Sans ce coup de pouce du gouvernement, l’objectif demeure impossible à atteindre, surtout avec un litre d’essence qui au moment d’écrire ses lignes, est sous les 1$ à peu près
partout au Québec sauf à Montréal.

Qui au Québec veut réellement acquérir un véhicule électrique avec peu d’autonomie et à presque deux fois le prix pour un véhicule similaire qui roule à essence? Personne!

À moins d’être à l’aise de fortune, très peu de québécois sont enclin à acquérir un véhicule électrique eux qui ont vu leurs revenus familiales disponibles fondre comme neige au soleil depuis quelques années.